KOBUDO‎ > ‎

kama


        
                    


A l'origine le Kama est une faucille, servant à couper les tiges des céréales et du riz.
C'est une des armes les plus courantes du Kobudo d'Okinawa, avec le Tonfa, le Bo et le Nunchaku.
Cette arme peut être très dangereuse pour le pratiquant, déconseillée aux jeunes et adolescents.
Une maîtrise totale de l'arme et l'exigence d'une manoeuvre sans erreur, sont nécessaires.
L' étude de cette arme est en général réservée aux pratiquants de niveau avancé.
Le Kama a une lame effilée en métal, en forme d'arc fixée à un manche de bois d'une longueur
légèrement supérieure à l'avant bras du combattant.
Cependant il existe des kamas en bois pour l'entraînement des moins confirmés.

La lame ' Mine ' possède un coté tranchant ' Ha ' très affûtée et un non-tranchant ' Se ', placée à angle droit par rapport au manche ( E ). 
La pointe de cette lame se nomme ( Kissaki ), à l'opposé le segment qui la fixe au manche s'appelle ( Tomegane ). 
La partie de la poignée inverse à la lame se nomme (Esoko ).


De nombreuses techniques linéaires adaptée à la rotation du corps sont appliquées.

La pointe du kama ( Kissaki ) est utilisé pour frapper et effectuer des techniques de pénétration ; 

la lame ( Mine ) pour couper les différentes parties du corps les plus vulnérables (poignets, ligaments des genoux, cou, etc.) 

couper les jarrets et éventrer les chevaux. 

L'extrémité de la poignée ( Esoko ) permet de faire des attaques directes sur plusieurs points vitaux du corps.

Le côté fixation de la lame ( Tomegane ), est également utilisé pour des techniques de percussion (tempes, etc...), 

ainsi que des techniques de parade et neutralisation d'une autre arme.





Aujourd'hui, les  armes de Kobudo sont assujetties à la règlementation des armes blanches.

LES ARMES BLANCHES (Sixième catégorie)

Toutes les armes de Kobudo (rigides, ou tranchantes) sont des armes classées de 6ème catégorie. 
Leur port est interdit sans autorisation administrative. Leur transport est réglementé et ne peut se faire sans motif légitime :
Tout objet susceptible de constituer une arme dangereuse pour la sécurité publique et notamment les sabres, katana, wakizashi, tanto, poignards, matraques , fléaux japonais, étoiles de jets.

Port et Transport

Le port des armes du Kobudo est soumis à Autorisation administrative.

Le transport est interdit sans motif légitime :
Pour se rendre sur un lieu d’entrainement avec licence ; pour cause d’achat facture à l’appui pour se rendre à son domicile.
Pas d’utilisation ailleurs que dans un lieu privé avec autorisation du propriétaire (salle de sports, gymnase, dojo…).
Dans tout les cas son transport doit se faire dans un sac fermé, hors de porté de main.

Une licence sportive permet au pratiquant du Kobudo  de transporter son ou ses armes de son domicile à son lieu d'entraînement (salle de sport, dojo...). Celle-ci doit être impérativement placée dans un sac.

Certaines armes de la 6e catégorie ne peuvent être acquises et détenues par des mineurs (sauf âgés de plus de seize ans avec accord de la personne exerçant l'autorité parentale).

Avertissement

Toutes armes de Kobudo, sont des armes classifiées en 6ème catégorie. Leurs utilisations, leur port et leur transport sont régis par la législation en vigueur dans le pays.

BUDO KAI ASSOCIATION PARIS  ne peut être tenue responsable d'une utilisation illégale des techniques enseignée à ses adhérents.

Tout manquement à ces règles expose le pratiquant à la radiation immédiate du Club.


Comments