Éducation à la sexualité

Informations à l'intention des parents et autres intervenants

Ce site Web a été conçu par le Centre de services scolaire des Découvreurs.

Dans un esprit de partage et de collaboration, il est mis à la disposition d'autres centres de services scolaires.

Le rôle important des parents dans l’éducation à la sexualité

Les parents sont les premiers responsables de l’éducation à la sexualité de leurs enfants.

  • Ils sont, notamment, source d’information et de soutien.

  • Ils ont maintes occasions d’intervenir en respectant leurs valeurs et en tenant compte de la personnalité de leur enfant.

L’école est un endroit de socialisation important et joue un rôle majeur dans le développement de l’enfant. Cette complémentarité optimise les retombées positives et favorise un développement harmonieux chez l’enfant sur tous les plans.

MÉES, L'importance de l'éducation à la sexualité à l'école, 2019

La vidéo de l’UNESCO, organisation émettrice de lignes directrices en matière d’éducation à la sexualité, explique bien cette complémentarité famille-école.

UNESCO, Être jeune : l’éducation complète à la sexualité

L’éducation à la sexualité facilite le voyage vers l’âge adulte, le rend plus sûr et plus sain.

Les amis, la télévision et l’Internet ne remplacent pas les supports et les informations fiables d’adultes bien intentionnés et qualifiés.

UNESCO, 23 septembre 2016

Le rôle de l'école est complémentaire à celui des parents dans l'éducation à la sexualité

Pour offrir à tous les élèves de l'éducation à la sexualité sur chacun des sujets importants, le Ministère accorde une place plus formelle à celle-ci dans leur cheminement scolaire. Ainsi, depuis septembre 2018, les contenus définis par le Ministère sont obligatoires pour les élèves du primaire et du secondaire des établissements privés et publics. Ces contenus sont disponibles au préscolaire.

MÉES, http://www.education.gouv.qc.ca/parents-et-tuteurs/education-a-la-sexualite/

L’importance, pour les jeunes, de recevoir une éducation à la sexualité en dehors de celle que leur donnent leurs parents est également démontrée :

  • Plusieurs parents ressentent un malaise à parler de sexualité avec leurs enfants.

  • De façon générale, les parents qui donnent une éducation à la sexualité à la maison n’abordent pas tous les sujets importants, ce qui peut amener les jeunes à manquer d’information et à être ainsi plus vulnérables à certains problèmes (ex. : ITSS, grossesse, violence sexuelle) .

  • À l’adolescence, les jeunes commencent à prendre des distances de leurs parents et se tournent moins vers eux pour parler de sexualité.

L'éducation à la sexualité offerte à l'école :

  • permet de mettre en place des situations d’apprentissage dans un contexte formel, où pourront être abordés les sujets qui répondent aux besoins des enfants et des adolescents et qui sont susceptibles d’avoir le plus d’effet sur eux, dans l’immédiat ou dans un avenir rapproché;

  • fournit un environnement d’apprentissage sain et sécuritaire ainsi que des outils et du matériel conçus pour soutenir ces apprentissages;

  • mise sur la concertation et la collaboration de différents acteurs, dont les parents.

MÉES, L'importance de l'éducation à la sexualité à l'école, 2019

L’éducation à la sexualité dans nos écoles depuis longtemps

Corinne Germain, conseillère pédagogique, éducation à la sexualité, Centre de services scolaire des Découvreurs

L’école québécoise a une responsabilité en matière d’éducation à la sexualité depuis près de 40 ans. Cette responsabilité a d’abord été assumée au moyen du cours Formation personnelle et sociale (des années 1980 jusqu’au début des années 2000). Depuis le début des années 2000, l’éducation à la sexualité est assurée par une variété d’interventions du personnel scolaire. (MÉES, http://www.education.gouv.qc.ca/parents-et-tuteurs/education-a-la-sexualite/)

À titre d'exemples, voici plusieurs actions en éducation à la sexualité qui sont déployées dans les milieux scolaires depuis plus de 40 ans:

  • Programme Vers le Pacifique (ou autres types d'ateliers) au primaire en lien avec les relations interpersonnelles, gestion des conflits, expression des sentiments.

  • Ateliers de l'infirmière scolaire sur la puberté présenté aux élèves en 6e année primaire et sur les moyens contraceptifs présenté aux élèves en 2e secondaire. (Depuis 2019, l'atelier sur la puberté se donne en 5e année primaire).

  • Ateliers d'organismes communautaires en lien avec différentes thématiques au secondaire : violence dans les relations amoureuses, prévention de l'exploitation sexuelle, diversité sexuelle, etc.

  • Les contenus de la progression des apprentissages en science et technologie:

    • 5e et 6e années : décrire l'anatomie et la fonction des principaux organes du système reproducteur de l'homme et de la femme & décrire des changements physiques propres à la puberté. (PDA, science)

    • 2e secondaire : infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) et les moyens contraceptifs. (PDA, science)

    • 3e secondaire : système reproducteur, régulation hormonale chez l'homme (spermatogenèse, érection, éjaculation), régulation hormonale chez la femme (ovogenèse, cycle ovarien, cycle menstruel). (PDA, science)

  • Les contenus des cours du domaine du développement de la personne (formation personnelle et sociale, éthique, morale) développent le jugement critique et la pratique du dialogue. Ceux-ci permettent d'amener les élèves à prendre conscience des diverses façons de penser et d'agir, notamment au-delà des stéréotypes sexuels, se situer par rapport aux normes, le rôle de chacun dans le respect de la diversité, les relations interpersonnelles, l'évaluation des effets de nos actions, etc. (PDA, ÉCR)

  • Ateliers animés par le policier de l’école sur l’autoprotection en 1re année primaire et sur le consentement au secondaire, notamment en lien avec le bal de finissant.

Ainsi, les thématiques abordées comprennent, par exemple, le respect, l'identité, l'amitié, les parties du corps, les rapports égalitaires entre les femmes et les hommes, la puberté et les relations amoureuses. La prise en charge collective de l'éducation à la sexualité permet aux élèves de recevoir l'information par des personnes compétentes, ayant l'expertise selon le sujet abordé. Les élèves apprennent aussi à connaître les différentes ressources à l'école.

De plus, les adultes de l’école, que ce soit l’enseignant, le psychoéducateur, la TES, l’éducatrice du service de garde ou la direction, peuvent à l’occasion faire des interventions d’éducation à la sexualité informelles en classe, dans le corridor ou dans la cour d’école, à un moment ou à un autre, dans le but de recadrer une situation et d’encourager le savoir-être et le savoir-vivre (ex : être capable de bien exprimer ses sentiments, respecter la bulle de l’autre et son intimité, être tolérant et ouvert aux différences, utiliser les mots justes, explication de la signification de certains mots, arrêt d'agir sur des situations de discrimination - sexisme, homophobie, etc.).

L'éducation à la sexualité permet d'acquérir des connaissances et compétences utiles dans la vie. Dans les ateliers, les jeunes seront amenés à développer leur jugement critique afin de faire des choix éclairés. Pour ce faire, il y aura des échanges à propos de valeurs qui guideront les comportements et attitudes des enfants et des adolescents. Il s’agit de valeurs universelles et sociétales telles que la tolérance, le respect de soi et de l’autre, l’empathie, l’affirmation de soi.

Les contenus ont été choisis de façon à répondre aux besoins des enfants et des adolescents, tout en respectant leur développement psychosexuel (les questions que les élèves se posent selon leur âge). "L’éducation à la sexualité tient compte des recommandations d’experts internationaux et des meilleures pratiques en matière d’éducation à la sexualité qui sont fondées sur le principe qu’elle doit être accessible à tous, ajustée à l’âge des enfants et des adolescents" (SIECCAN, 2010), à leur niveau de développement.

Les cours d'éducation à la sexualité n'encouragent pas les jeunes à avoir des relations sexuelles. Au contraire, le manque d'information les amène trop souvent à souscrire à la pression sociale ou à ne pas se protéger contre les ITSS/grossesse non planifiée.

En effet, tel que mentionné dans la vidéo de l'UNESCO, les jeunes qui vivent une relation et qui sont bien informés " peuvent plus aisément réfléchir à l'avance pour prendre des décisions éclairées et décider :

  • S'ils veulent vraiment avoir des relations sexuelles

  • Quand

  • Avec qui

  • Dire non si ce n’est pas ce qu’ils souhaitent

Toutes les données probantes montrent que la prise en charge collective de l’éducation à la sexualité aide non seulement les jeunes à retarder leur première expérience sexuelle, mais aussi à prévenir :

  • Le VIH

  • Les ITSS

  • Les grossesses non désirées"(UNESCO, Être jeune : l’éducation complète à la sexualité, YOUTUBE)

Intégrer la prévention des ITSSS dans les plans d'action régionaux de santé publique

Chaque année, plus de 40 000 Québécoises et Québécois reçoivent un diagnostic d’infection transmissible sexuellement et par le sang (ITSS). Bien qu’elles affectent l’ensemble de la population, les ITSS se propagent particulièrement dans certains groupes dont les jeunes âgés de 15 à 24 ans. Non traitées, elles peuvent causer des complications graves pour la santé et engendrer des coûts importants pour la société.

La prévention des ITSS est l’une des mesures de la Politique gouvernementale de prévention en santé. C’est aussi l’un des objectifs poursuivis par le Plan stratégique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec 2015-2020 et par le Programme national de santé publique 2015-20255 (PNSP).Source : MSSS, https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2016/16-216-04W.pdf , JOINDRE, DÉPISTER ET DÉTECTER, TRAITER Intégrer la prévention des ITSS dans les plans d’action régionaux de santé publique, La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux, consulté 17 janvier 2020.

Sexoclic2A-Pourquoi-faire-de-leducation-a-la-sexualite_Janvier_2019.pdf

SEXOclic, CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, Pourquoi faire de l’éducation à la sexuallité à l’école

Sexoclic2B-10questions-que-tout-le-monde-se-pose_Janvier_2019.pdf

SEXOclic, CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal,10 questions que tout le monde se pose au sujet de l’éducation à la sexualité

Accéder au site avec votre téléphone