Le gros oiseau

J’étais un gros oiseau épinglé dans le ciel,

collé sur l’horizon, de la poix plein les ailes,

avec le bec dans l’eau et le coeur lourd de fiel ;

je faisais du rase-mottes sur ma vie ritournelle.

Je n’étais qu’un moineau égaré hors d’enfance,

des broussailles plein les plumes et les rêves déjà rances,

embusqué, gobe-lune, roitelet sans défense,

je piaillais l’amertume sur des murs de silence.

J’étais un gros oiseau dans sa cage prudence,

je n’étais qu’étourneau attendant délivrance,

jusqu’à ce soir immense où tu frottas ton aile

à ma paupière lasse, ma petite hirondelle.