Géographie et histoire

            Un peu d'histoire

        Le nom de ce village proviendrait d'un riche gallo-romain nommé Cersius ou Cérésius qui y aurait établi sa "villa" en des temps très lointains. Une autre hypothèse évoque le mot latin "cérasus" qui signifie cerisier. Notre colline était-elle particulièrement recouverte de cerisiers à cette époque ? En tout cas, c'est sur ces éventuelles racines que nous nous sommes appuyés pour définir le nom de nos habitants, les séréziens .

        Le village s'est ensuite développé et en l'an 1300 l'évêque de Bourges, nommé "Gilles de Rome", lui donne le titre de paroise, ce qui suppose un habitat assez important.

        L'histoire de Sarzay est intimement liée à celle de son château et à la famille qui l'a construit et habité pendant des siècles, les Barbançois.
        Cette famille originaire de la commune de Roche, prés de Chatelus-Malvaleix (Creuse) est venue s'installer en Berry au XIVème. Les premiers écrits concernent Matthieu de Barbançois, seigneur de Sarzay en 1348. Son fils Guillaume s'est fait remarquer par ses exploits guerriers pendant la guerre de cent ans. En 1360, a la tête d'une armée de "quarante lances" (c'est-à-dire 40 chevaliers entourés chacun d'un certain nombre de fantassins) il reprit la ville de La Châtre aux Anglais.Mais emportés par leur fougue ou peut-être des sentiments moins nobles, ces troupes ont pillé et massacré les habitants de La Châtre, plus que les Anglais ne l'avaient fait.  " Comme il est impossible pendant les guerres intestines de contenir les soldats dans la discipline, ses gens firent plusieurs dégâts en la ville de La Châtre, pour raison de quoi le seigneur de Chauvigny le poursuivit (en justice) ce qui l'obligea d'obtenir lettres d'abolition du Roy Charles VI le 7 Février 1385 pour se mettre à couvert de ces poursuites."  Toutefois, après avoir chassé les Anglais de La Châtre, il leur reprit également les châteaux de Briantes, Le Chassin, et Lys St Georges.

        Son descendant, Jean, dit "le bâtisseur" hérite du titre au milieu du XVème, et, ayant augmenté la fortune de la famille, est très probablement à l'origine de la construction du château dont nous connaissons les vestiges aujourd'hui (le donjon, la chapelle, probablement l'église du village) mais aussi des enceintes, ponts-levis et 38 tourelles maintenant disparus. Par son testament du 12 Septembre 1476, "il choisit sa sépulture en l'église paroissiale de Sarzay et dispose de ses funérailles à des personnes de qualité, sa femme et François de Barbançois son fils aîné". Il y dispose également de la répartition de ses biens entre ses enfants.

        Le petit-fils de Jean, Hélyon dit "le brave" est connu pour son duel contre le seigneur François de Saint-Julien-Véniers. Un différent opposait les deux hommes au sujet de propos concernant le comportement du sire de Latour-Landry lors de la bataille de Pavie. Notons au passage que, bien qu'à peine 6 ans après Marignan, cette bataille est beaucoup moins connue car ce fut une cuisante défaite et une catastrophe pour la chevalerie Française qui y fut décimée. François 1er autorisa le duel entre les deux protagonistes et y assista en personne à Moulin en Février 1538.
        Le souci est qu'Hélion était âgé de 70 ans alors que Véniers était dans la pleine force de l'âge. Son fils Charles voulant le remplacer, Hélyon refusa, disant "qu'il le frotterai bien lui-même". En effet, au cours du combat, Hélyon blessa son adversaire qui en décéda quelques jours plus tard. Les circonstances de ce combat sont longuement évoquées par La Thaumassière dans son histoire du Berry d'une part à cause de la disparité des âges des protagonistes qui met en valeur le grand courage d'Hélyon de Barbançois, mais aussi parce que ce fut l'un des derniers combats singuliers "faits par ordonnance du souverain".

        Son fils Charles, participe activement aux guerres de religion. "En 1545, capitaine du ban et arrière-ban du Berry, il avait voulu que sa compagnie porte des vêtements uniformes. Les gentilshommes et les soldats avaient reçu, à ses frais, des chausses de drap bleu et des  collets de maroquin blanc. Son enseigne était de taffetas bleu avec une grande croix blanche au milieu" . Nommé gouverneur d'Issoudun, en 1562 il y exerce une terrible répression contre les protestants. L'historien protestant Théodore de Bèze exagère probablement en le décrivant : "sa cruauté, sa violence rappellent les plus terribles figures de cette époque ; il avait toujours à la bouche ces mots : tue! tue! assomme!"
        A suivre...

Les villes et villages proches de Sarzay :

 
 A vol d'oiseau
 Fougerolles (36230)  5.06 km
 Montipouret (36230)  5.40 km
Tranzault (36230)  5.42 km
Le Magny (36400)  5.67 km
Montgivray (36400)  5.68 km
 La Châtre (36400)
  6km
   


Population :




Statistiques sur la population

Logements :

Le nombre de logements sur la commune a été estimé à 215 en 2007.
Ces logements se composent de 136 résidences principales, 44 résidences secondaires ou occasionnels ainsi que 35 logements vacants.



Voies de communication et transports :

Le territoire communal est desservi par les routes départementales: 41, 41A, 49, 51 et 927.

Autrefois la ligne d'Argenton-sur-Creuse à La Chaussée passait par le territoire communal, une gare (Sarzay - Fougerolles) desservait la commune.

Maintenant les gares ferroviaires les plus proches sont les gares de Châteauroux (31 km) et Argenton-sur-Creuse (32 km).

La commune est desservie par la ligne F du réseau L'Aile Bleue.

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre, à 35 km.

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée 46 et par le sentier de grande randonnée 654.





Climat et historique météo.

Les salaires à Sarzay