LE COMBAT LIBRE SPORTIF

C'est quoi le "combat Libre"?

Il n'y a pas vraiment de "combat libre"... Libre de quoi d'ailleurs? Aucun combat n'est totalement libre... Même les combats les plus violents, sur les champs de bataille les plus acérés ne sont pas totalement libres! On ne tire pas sur des parachutistes ou sur un porteur de drapeau blanc! Il y a donc toujours des règles :

  • des règles explicites parfaitement connues (comme dans un combat sportif par exemple),
  • des règles tacites (comme par exemple une certaine morale qui fait qu'on ne frappe pas un homme à terre),
  • des règles culturelles (on ne frappe pas avec les pieds dans certaines cultures car les pieds sont sales, ils touchent le sol...)
  • des règles de sécurité (pas les yeux, la gorge, la colonne...) etc...
  • des règles sociales (dans les duels, certains coups sont interdits car considérés comme fourbes...)
  • etc...

En réalité un combat se déroule toujours dans un cadre plus ou moins libre. Par libre, on entend donc une forme de combat qui restreint le moins possible le combattant dans les possibilités techniques, physiques et psychologiques.

Symbole de la section combat libre du club : l'individu est au centre... il s'agit donc toujours d'un développement personnel mais le ring symbolise le cadre nécessaire à la pratique du combat, les casques symbolisent eux la sécurité du pratiquant...
On trouve des traces de combat "libre", il y a plus de 2500 ans sur des gravures grecques représentant des scènes de "Pankration", l'un des plus vieux ancêtres de combat libre.

Le cadre sportif, lui, nous impose un certain nombre de règles à commencer par assurer la sécurité du pratiquant. Sécurité physique et sécurité psychologique. Le cadre sportif doit également permettre une certaine forme de divertissement car c'est l'origine même du sport ("desport" : en vieux français, se divertir).


Finalement le combat libre est une rencontre sportive qui permet à ceux qui en font le choix (car c'est là, un choix et non une obligation) de passer une épreuve. Cette épreuve se doit de rester sportive avec tout ce que cela implique de fair-play et de respect de l’autre. Ainsi, il s’agit d’un échange qui ne peut avoir comme finalité que la satisfaction de tous pour y avoir participé où l’on se teste avec une acceptation limitée de risques minimes évidemment et non une acceptation élargie des risques comme on pourrait la trouver dans des circuits professionnels… La sécurité et l’intégrité des participants devant être une priorité… ...naturellement induite et portée par le respect, le bon sens et l’éthique qui doivent habiter chacun des participants.

le combat Libre au CLUB

Le contrat est simple… Ceux qui prennent part à ce cours en respectant les conditions pratiqueront avant la fin de saison sportive :

  1. Un combat libre complet (pieds/poings – projection/mise au sol – soumission/frappe au sol – clefs/étranglements)
  2. Avec une intensité modérée à sérieuse (frappes portées de 50% à 80%) avec protections
  3. Avec l’assurance que tout a été mis en œuvre pour ne pas se blesser !! (Le risque zéro n’existe pas, mais rien n’aura été laissé au hasard)

Afin que chacun puisse choisir en connaissance de cause, voici un exposé succinct mais complet des orientations prises au club et des règles de comportements et des conditions d’accès qui en découlent.

La typologie d’un cours de combat résulte d’un équilibre entre 3 critères :

  • La sécurité des pratiquants
  • L’intensité et le type des combats
  • Les conditions physiques et mentales des pratiquants.


Pour en savoir plus... vous pouvez lire la note sur les conditions d'accès au cours combat libre.

Ex : On peut par exemple baisser l’intensité du combat pour ne demander que très peu de conditions aux pratiquants… (KARATE DO sportif, JUDO sportif…) Tout le monde peut prendre part au combat, les plus performants gagnent, mais les plus faibles physiquement, mentalement ou techniquement ne se blessent pas ! La sécurité est respectée. Mais les combats sont très réglementés (nombreuses techniques interdites, intensité des frappes restreinte)

Ex : On peut faire faire des combats d’intensité élevée avec une sécurité modérée et des prérequis physiques exceptionnels… C’est par exemple le cas du combat professionnel de MMA ou de boxe (nombreux tests physiques et médicaux) et nombreuses techniques autorisées et acceptation des risques (blessures courantes mais parfaitement acceptées par les « gladiateurs »…)

Ex : On peut faire faire des combats d’intensité élevée, sans restriction ou presque sur les techniques et sans pré-requis, ceci entraînant un turn-over important des pratiquants, de nombreux abandons et blessures… C’est aussi le cas dans certains clubs qui ne privilégient pas la sécurité estimant que c’est à chaque pratiquant de faire ce qu’il faut…

Au club, l’axe qui a été choisi est le suivant…

1 - On ne transige pas sur la sécurité, si un pratiquant, quelles que soient les raisons, se met en danger en pratiquant, alors, il sera alerté voire exclu du cours et remboursé au prorata… Que ce soit son attitude, sa condition physique ou tout autre raison qui soit en cause. Pas de jugement moral mais une sécurité absolue…

2 – On offre la possibilité d’une grande variété technique et d’une intensité respectable des frappes et techniques utilisées… Peu de techniques sont interdites, et les protections permettent « d’y aller » sans pour autant ne pas pouvoir retourner travailler le lendemain !!!

3 – Ceci impose une certaine condition physique et mentale des pratiquants… mais pas technique, les débutants sont acceptés s’ils remplissent les autres conditions !

Frédéric GARCIA 2017 - Tous droits réservés