Bienvenue à Topo Bleau.

 Absent pour plusieurs mois à partir du 10 juillet, sauf durant un courte période en septembre, je ne pourrais répondre à vos diverses demandes avant longtemps n'ayant pas la possibilité de les suivre. Désolé pour ce contre temps... Amicalement Bleau, Pépito.

Suite à plusieurs "indélicatesses"  le téléchargement des fichiers topos est à présent limité aux personnes qui le demanderons (Toutes les adresses mails anonymisées ne seront pas retenues. Désolé pour cette nouvelle disposition, la maison n'acceptant plus les " incordialités ".....

 Pourquoi TopoBleau...     Contact passion.bleau@laposte.net                  

Découpage du site :    
Sous le menu " LE GRAND FONTAINEBLEAU " vous trouverez renseignements pratiques sur ses escalades et des topos en libre accès sur demande.

Sous le menu " BRÈVES AU GRÈS DES ROCHES ", les dernières nouvelles sur les circuits et les publications.

Et sous le menu " BLEAU, EN TOUTES LETTRES " vous trouverez des textes consacrés au Bleau des grimpeurs. Plus précisément des témoignages, des rétrospectives, des chroniques, des récits, etc, pour le peu que nous arrivons à distinguer les différences objectives entre ces genres.
LES TROIS ICÔNES DE TOPOBLEAU.
Ci-dessous, les dix dernières fiches parues ou mises à jour...

   Bleau Classique : Pistes Jaune, Orange et Bleu...

(Juil 2017)   Circuit Bleu D sup - Les Gros Sablons
(Juil 2017)   Circuit Orange fictif AD inf/AD sup - Bois Rond
(Juin 2017)  Circuit Saumon F sup - Nainville -  Rocher du Duc.
(Juin 2017)  Circuit Jaune PD sup   Mont Ussy-Roche d'Hercule.
(Juin 2017)  Circuit Blanc E1/E2   St Germain.
(Mai 2017)   Circuit Bleu D sup  Franchard Sablons.
(Avril 2017)  Circuit Orange AD  Franchard Hautes Plaines.
(mars 2017)  Projet Circuit Jaune PD sup  Canche aux Merciers
(mars 2017)  Circuit Orange AD sup  Mont Aigu.
(mars 2017)  Circuit Jaune PD   Mont Aigu.
(mars 2017)  Circuit Bleu D sup   Mont Aigu.
 
  De Grès Six :  Pistes et Hors Piste.

(Sept 2017) Topo simplifié des voies du Viaduc des Fauvettes
(Avril 2017)  hors piste  Franchard Hautes Plaines
(Avril 2017)  Circuit Rouge TD  Pignon 95.2
(Mars 2017)  Circuit Rouge TD  Rocher de la Segognole.
(Jan 2017)  Circuit Rouge TD inf  Pignon 91.1
(Sept 2016) Circuit Rouge TD sup   St Germain.
(Juin 2016)  Circuit Rouge TD et HP   Cul du Chien.
(Mars 2016) Hors piste  Rocher de Corne Biche.
(Mars 2016) Hors piste  Mauvais Passage.
(Mars 2016) Noir Trivellini et HP Cuvier Châtillon.

  Bleau Ancien :  Où a qui l'on doit quoi ?  
- Comme tout est parti de là, et que rien ne se construit sans fondation, nous nous sommes amusé à creuser dans le fatras des vieux papiers pour tenter de déterrer les relevés initiaux des circuits : les premiers relevés en sommes sur lesquels tout le neuf s'est construit... Ces derniers sont mis en ligne sous le bouton "cliquable" Vieux Schémas. (Voir aussi : L'Art du Schéma, ou le témoignage d'un auteur de topo pas fâché de parler de ce qu'il connait bien : on ne peut plus direct).



Illustrations diverses : 

 Jeu des différences : En haut un document fabriqué pour servir à un collectif, et en bas un autre document quasi identique qui ne doit rien au précédente parait-il d'après le coloriste auteur : - Peut-on vraiment le croire ? 



https://sites.google.com/site/topobleau/Home/Le-code-de-la-piste.png     
https://sites.google.com/site/topobleau/Home/Chemin-des-Martyrs-Drei-Zinnen.png
  Cette pancarte a fait du chemin à travers les années depuis le temps qu'on la voit posé sur sa petite vire  !   - Qui l'a posée là et pourquoi ?  - Mystère !

Circuits Jaunes en Péril... 


Les nouveaux bleausards ne le savent pas, les anciens l’ont sans doute remarqué, en forêt domaniale de Fontainebleau, notre terrain de jeu autour du circuit n’a pas évolué durant près de vingt ans, pas un seul circuit n’a pu être créé, même pour remplacer un circuit usé en train de disparaitre sous la mousse, le dernier en date ayant été créé avec l’autorisation de l’ONF étant le circuit bleu de Rocher Guichot dans les Trois Pignons en 1995, le suivant en 2015 pour l'orange de la Drei Zinnen. (Je ne parle pas des trois ou quatre circuits « sauvages », comme le Noir du Rocher Canon et les circuits de la Gorge aux Châts, peints sans un accord préalable qui n'a fait que durcir la position de l'ONF et favoriser les tensions ! (1). 

 

Et pour la maintenance « lourde », seuls cinq circuits ont été « profondément redessinés » entre 1995 et 2015 toujours en forêt domaniale de Fontainebleau. Il est important de le préciser, car pendant ce temps là, il y a eu en revanche un certain nombre d’actions dans les massifs « libres d’action » comme dans les massifs de l’Essonne, par exemple. Pourquoi cela, parce que durant près de vingt ans, les possibilités d’initiatives ont été « verrouillées » par l’ONF , favorisées par quelques «  actions malheureuses » qui a compliquées les rapports comme dit plus haut, mais aussi à cause d’un certain conservatisme de quelques grimpeurs qui tenaient la place et qui n’ont pas vu à temps que l’on était en train de perdre ce qu’il était prévu de conserver longtemps. 

En effet, comme les initiatives se sont limitées à quelques opérations de maintenance « à l’identique », et moins qu’il en aurait fallu, notre terrain de jeu a vieilli, il s’est abîmé, et certaines pistes ont fini par être complètement délaissées comme le bleu du Gros Sablons, entre autres (Clin d’œil à un ami qui châtie bien comme tout bon ami). Aussi, après cette lente détérioration de notre terrain de jeu, sans doute imprévisible il y a vingt cinq ans lorsque cette politique « de rigueur » a été « imposée », il y a trois ans environ, des initiatives ponctuelles, « non concertées et en indépendants » comme dénoncé par certains théoriciens du " comment il aurait fallu s'y prendre " (2), ont été prises par quelques « vieux pisteurs » que cette situation désolait de plus en plus. Et en rien de temps, il y a eu plus de circuits entretenus et amendés dans la forêt domaniale qu’il y en a eu durant les vingt années précédentes. Mieux que cela, et ce n’est pas par hasard, la communauté a bénéficié de plusieurs nouveaux circuits, créés dans la forêt domaniale de Fontainebleau avec l’autorisation de l’ONF cette fois-ci, grâce au dialogue mené par les actifs, et à l’assouplissement des positions de l’ONF qui a constaté, comme nous, la dégradation des circuits d’escalade et des sols. Oui, je l’affirme, à l’inverse de la réputation colportée sur l’ONF, les responsables de l’ONF ont écouté les arguments « des bonnes volontés » et entendu leurs demande, puisqu’ils ont validé six nouveaux circuits entre 2014 et aujourd’hui… Evidemment, il y a eu quelques grimpeurs « militants », parmi ceux qui ont tenu « la place » des années durant, qui n’ont pas appréciés cette « indépendance », et pas d’avantage cette agitation « incontrôlée » autour des circuits, et qui ont joué de leur influence pour jeté le trouble, voire l’opprobre (3) sur les plus actifs, mais globalement, en dépits de ces anicroches « inévitables », nous avons pu faire un boulot de rénovation socialement utile.


Val au prise avec la Ligne Courbe, un bis en 4a. 

Oui, j’évoque ce mauvais souvenir car il se trouve qu’avec le projet de rénovation de la Piste Jaune AD inf de Franchard Hautes Plaines dont j’imagine amender, je me retrouve dans la même situation que pour le jaune de la Roche aux Sabots qui m’a valu et qui me vaut encore d’être « attrapé » comme un sale gosse qui a fait une grosse bêtise, malgré mes cheveux blancs. Oui, comme pour le Jaune AD inf de la Roche au Sabot, je me propose « de mon propre chef », étant incapable d’en écouter un autre, de reprendre et de modifier le difficile circuit jaune de Hautes Plaines à moitié disparu. Et cela en incluant des nouveautés et en abandonnant quelques voies éparses : sauf qu’il conservera la même couleur malgré sa difficulté réelle, pour avoir un reproche potentiel en moins à supporter, car c’est fou comme en changement de couleur pour une autre peu générer de la colère…

 

L'ex 4 jaune devenu le 9 jaune : Poignée de Main : 3a.

 - Mais pourquoi diable, je tiens tant à reprendre « les vieux jaunes » ? (4) – On peut aussi se demander pourquoi et comment n’est venue l’idée de reprendre celui-là plutôt qu’un autre ? - « On a le droit de savoir ! » : comme m’a dit un type pas content après moi, et qui du même coup, m’a révélé que ce que j’avais fait à la Roche aux Sabots : « n’avait ni queue, ni tête ». Dit comme ça, sans justifier son opinion, avant de repartir sans écouter la moindre de mes explications… Bizarre ! 

Comme la question a été posée, peut-être serait-il bon que je réponde ici ! L’idée de reprendre ce jaune, plutôt qu’un autre, c’est d’abord circonstanciel, comme souvent. En tout cas, comme cela a été le cas pour la reprise de la Roche aux Sabots dont les étapes se ressemblent… La première étape, c’est qu’il fallait remarquer que le circuit Jaune de Franchard Hautes Plaines était très abîmé et impraticable en fin de parcours : en gros de comprendre qu’il avait besoin que l’on s’occupe de lui. En fait, il y a longtemps que la Jaune d’Hautes Plaines est dans cet état, et il y a longtemps que je me dis : « Forcément, quelqu’un va bien s’en préoccuper un jour… Quelqu’un du club créateur, une collective militante de la FSGT, ou simplement un habitué qui l’aime bien… Bien aimer un circuit, les sentiments, ça compte aussi dans ce genre d’initiative. C’est pour cela que je l’ai entretenu, il y a déjà douze ans environ... S’en occuper est motivant car il faut reconnaître que dans le genre, c’est un beau circuit jaune. Mais pas un « jaune » facile, pas un jaune fait pour les débutants, ou alors des doués, des sportifs, ou déjà un peu débrouillés, mais globalement, il a un tempérament à satisfaire les grimpeurs de niveau « modeste » qui possèdent déjà un bonne technique de pied et un bon bagage gestuel.

La deuxième étape est que, devant le constat de ce unième « abandon de piste » de plus en plus évident avec les années ; et comme ça me chagrinait de le voir à nouveau s’abîmer, j’eu envie de faire quelque chose. Mais l’envie ne suffit pas ; déjà deux ou trois fois avant, j’ai eu envie aussi, et j’ai flâné le long du circuit pour estimer le boulot de reprise… Mais lorsque je découvrais le nombre de voies à nouveaux disparues sous la mousse, en final du circuit, d’un coup un vague sentiment d’inutilité du travail me décourageait de sortir une brosse. 

J’imagine que vous le connaissez ce sentiment… On a beau être courageux, altruiste, bourré de bonnes intentions, il y a des fois, on n’a pas l’énergie, on se dit qu’on n’a pas le temps. Je crois même me souvenir, que la dernière fois où j’ai préféré m’en retourner à mes plaisirs, plutôt que de m’occuper de ceux des autres, ça fait bien trois ans environ...


Tout peut être effacé… pour la traversée de Retour en Arrière (3a) comme certains passéistes en rêvent...

Puis, il y a peu, alors que je ne m’y attendais pas, voilà que monsieur Christal Deroche : pinceau d’argent en 2016, pisteur à poil ras qui n’a pas son pareil pour flairer les bonnes à faire au propre, me proposa de repeindre la piste orange du coin qui commençait à perdre son éclat… Chose qui fut aussitôt menée à « très bien », grâce au célèbre quatuor prestigieux, composé de Pascale Auclou, Christelle Legrat, Jemmie Dupophe et notre directeur artistique, Christal Deroche dont la culasse de sa moto, a bien voulu le laissé arriver jusqu’à nous ce jour-là. (De vrais bénévoles ceux-là, pas des moralisateurs taciturnes qui ont la mauvaise idée de laisser à d’autres, le soin de concrétiser leurs bonnes idées…). Mais voilà, j’eu beau regarder ailleurs, faire celui qui voyait rien, impossible de ne pas remarquer combien les vieilles flèches du jaune semblaient misérables, toutes pâlottes à côté des flèches toutes pimpantes du circuit orange. S'en occuper alors, ça serait chouette ! : me dis-je le cœur ému par la misère de ce pauvre circuit. Seulement, si le mal me prenait de prendre l’initiative de reconstruire carrément la boucle, je me retrouvais dans la même situation que pour la Roche aux Sabots : que l’on me reproche : « de détruire les circuits qui ne me plaisent pas, pour les faire à mon goût, sans m’occuper de ceux qui étaient contents comme ils étaient auparavant ». - Faut-il craindre le courroux des notables du Web qui ne comprennent pas l’enjeu ? Faut-il abandonner ses convictions ? Celle entre autres que nous avons impérieusement besoin de circuits « faciles » en bon état, même si cela impose qu’il faille abandonner impérativement une partie de circuit, voire même en entier, pour remplacer, ce qui est usé ou insatisfaisant, par du neuf ? C’est bien ce que l’on a cherché à faire à la Roche aux Sabots, c’est bien ce que je cherche à faire dans ce petit massif. Que les vieux circuits abîmés, ou en partie perdus sous la mousse, retrouvent de l’intérêt : en l’occurrence, en cherchant à ajouter de la plus-value et en augmentant leur valeur sociale en se débrouillant pour qu’ils soient à nouveau accessibles dans leur intégralité… Je comprends, que cette démarche heurte un nombre « inconnu » de grimpeurs. Je comprends que cela engendre des controverses, que ça fasse débat chez les plus calmes. En revanche, je trouve inadmissible qu’un type, au prétexte de se prévaloir d’être le porte-parole des mécontents, se soit servi de son site Web pour chercher à rallier à ses jugements, des milliers de personnes contre cette cause, contre cette initiative pour être plus exact. Comment ne pas se sentir seul après un tel déploiement de force. J’en tremble encore. D’un autre côté, si je veux savoir quelle valeur donner à ce travail, il suffit que j’écoute ceux qui les fréquentent les circuits refaits. C‘est à eux, que les actifs s’adressent pour avoir des avis fiables et utiles qui pourront faire évoluer les projets, car ce sont eux les vrais experts. 


Une bien belle envolée dans L'Élégante : 3a

Oui toujours ce dilemme : la paix est précieuse. Et pour la garder, faut-il renoncer tout simplement à peindre ; ou au contraire, faut-il peindre pour l’obtenir ? En somme comme le noir s’oppose au blanc dans les consciences misent en tourment par un choix cornélien : Faire ou ne pas faire, telle est la question, à laquelle les actifs se doivent de répondre, et assumer les risques d'être " pourri " s'ils consentent agir.

L'heure est grave, la situation inconfortable, impossible d'en rigoler... - Que faire : manger des clous ou se faire clouer au pilori ? Coûte que coûte, il me faut examiner sa conscience et revenir avec une réponse. Là, comme un homme fatigué, je me suis posé sur un caillou, puis j'ai posé mon menton sur les phalanges de ma main fermée et j’ai commencé à réfléchir…

- « Regarde la couleur du ciel… », me suis-je dit à un moment donné, mon âme vêtue de blanc cassé. « Regarde le bleu du ciel  - Que crains-tu… Qu'il te tombe sur la tête, d’être maudis par les étoiles frimant au firmament ? - D’accord, au crépuscule, elles se montrent, elles brillent à la gloire d’elles-mêmes. Mais le jour venu, où sont-elles ? – Nul part : la lumière que l’on voit, ce ne sont pas eux qui la produisent, elles se tiennent bien trop loin de la terre ferme pour espérer d’elles un miracle. D'accord, la nuit est leur royaume, elles peuvent y prendre l’apparence de monstres, et servir à faire des prédictions terrifiantes... mais après... Pour les choses « terre à terre », écoute plutôt le vieil adage des sages : lèves-toi et le ciel t’aidera… ». Ce qui revient à dire : fait et n’espère rien qui vaille de leur part. 


Questionnement éthique : un dilemme épique qui finit toujours mal... Assurément !

Oui, c’est un peu pédant, biscornu, mais la preuve en est, c’est ainsi que les doux rêveurs se parlent en eux-mêmes, ils soliloquent des grandes phases comme des pierrots sous la lune. N’empêche que gonflé à bloc, la conscience apaisée, j’ai fini par me dire : « Puisque personne n’en veut, je vais l’entreprendre, moi ce circuit. Et tant pis, s’il y a des coulures, des anciens numéros mal effacés, du rouge dans la jaune, des signes mal maîtrisés à cause de mes vieilles mains qui tremblent, mais pas question de laisser perdre davantage un si beau circuit « historique », dont il serait « irrespectueux de modifier... » Oui, c’est un des arguments que l’on sert parfois... Argument qui ne me convint pas. Car en réalité, d’où vient ce principe ? De la nostalgie, du regret que les choses changent ? Aller ! Je vais dire que je ne sais pas… Mais par contre, ce que je sais, c’est que le terrain de jeu a besoin de mouvement : c’est de la dynamique même de l’escalade que les choses bougent. Peut être même, que demain, on effacera un bon nombre de circuits parce que l’on aura une approche pédagogique tellement différente que l’on apprendra aux jeunes grimpeurs « à voir » les voies sans flèche, et à concevoir eux-mêmes leur enchaînements comme avant l’apparition du premier circuit en somme. Et puis, c’est ce que nous autre faisons en quelque sorte ; sauf qu’après, on se propose de le « matérialiser », sachant qu’un circuit est de toutes manières éphémère, comme sont éphémères les voies en salle d’escalade. Oui, ce que nous faisons est de l’éphémère comme est éphémère la peinture jaune que nous apprêtons à réaliser. Et si ça ne plait pas ; si 'initiative s’avère malheureuse comme ils disent, ce n’est pas grave en réalité, puisque « le mal » a son remède : car en peu de temps, tout peut être effacé… pour un retour en arrière comme certains passéistes en rêvent... 


Aperçu du tracé prévu par la rénovation du circuit.

Deux mois sont passés depuis le début du texte. On en est où avec tout ça. Aux étapes de la concrétisation… L’Envie s’étant transformée en motivation, après six ou sept heures sur le tas à ferrailler, brosse en main, contre la nature hostile, enfin, la mousse tombée, nous avons mis à jour, trente deux voies et une dernière pour l’arrivée. Au passage, quelques variantes intéressantes, en reprenant les plus beaux passages de l’ancien Jaune, complétés d’une douzaine de nouveautés, pour remplacer les voies laissées à la mousse ; ou à leur isolement, quelque part de l’autre côté du chemin sur la butte d’en face. L’ancien tracé était un PD sup parait-il. Du PD sup à l’ancienne comme on n’en fait plus depuis 1969, date de sa création… Attention les embûches et les bûches, ça va valser sur les tapis. Il faut savoir que ce nouveau enchaînent a été testé par les petits gros du club et par les plus aériennes acrobates du même club, et ils et elles ont « validés » le circuit. Je dois à ce propos remercier Antoine Melchior pour son retour avisé après avoir expérimenté le circuit « bloc à bloc » en projet et fait quelques propositions qui ont été considérées d'une manière ou d'une autre. (En fait comme d’habitude on synthétise les observations et les propositions pour faire évoluer le projet pour une plus grande qualité... La peinture a été fournie par le cosiroc. 


(1)    Durcissement étant aussi consécutif à trente années de créations anarchiques au gré des envies des uns et des autres, avec souvent des résultats dommageables qu’il a fallu réparer, évidemment sans ceux qui les ont engendrés. En effet, la majorité de ces créations " à la va vite " ont disparu ou ont été repris et amendées dans les années quatre vingt/quatre vingt dix, et assez peu ensuite. 


(2)   Les Techniciens du : Comment il aurait fallu faire ? Ce sont des gens qui ont la bénéfique bonne idée d'en avoir aucune lorsqu'il s'agit de prendre des initiatives, mais en revanche, ils savent parfaitement expliquer à ceux qui en prennent comment il aurait fallu qu'ils fassent pour que ça soit bien. Inutile de vous dire que les choses progressent à grands pas grâce à ces manchots savants. J'en ai un en marionnette dans une vitrine tellement je suis fan. 


(3)    Je vous renvois aux prises de position du missionnaire masqué publiées dans TL2B à propos de la reprise des circuits de la Roche aux Sabots… Un mauvais souvenir impérissable de l’été 2015…

 

(4)     Ensemble des reprises depuis 2014 en forêt domaniale (Trois Pignons et Fontainebleau).

-   Le Jaune AD de Rocher Fin, usé et exposé, remplacé par un vrai jaune propice à l’initiation.

-   Le Jaune PD du Rocher des Potets qui été en parti « désorganisé » avec des numéros manquants ou en doublons ».

-   Le Jaune PD sup de la J.A martin, entretenu avec apport de quelques nouvelles voies pour compenser les voies usées.

-   Reprise d’une partie des vieux triangles Jaune de niveaux PD/AD de la Gorge aux Châts pour construire un véritable circuit AD inf de 30 passages.

-   Le Jaune AD de la Roche aux Sabots, transformé, sans changer le niveau, en orange, avec une proposition de créé un vrai jaune d’initiation pour lequel nous n’avons pas eu l’autorisation de tracer.

-    Le Jaune AD inf hétérogène de 95.2, repris jusqu'au ex numéro 18 sans changer le niveau initial, pour un tracé entièrement nouveau ensuite d'un niveau moyen allant jusqu'à AD sup. ( Une possibilité de créer un circuit jaune de 25 passages pour l'initiation est à l’étude ).

-   Reprise du Jaune AD inf de " Loulou " à Franchard Haute Plaine pour lequel j'ai fait cette présentation "parapluie".

-   Et enfin, le projet de remplacer le vieux circuit jaune actuel de la Canche aux Merciers, par deux tracés autonomes : l’un de niveau PD sup et l’autre de niveau PD inf.