Communiqués‎ > ‎

A Sens et dans l'Yonne on dit NON au trafic d'enfants qu'est la GPA

publié le 28 juin 2015 à 23:12 par ManifPourTous Sens

 La Manif Pour Tous regrette la position provocatrice du procureur général qui incite la Cour de Cassation à se prononcer pour la reconnaissance (certes sous conditions) de la gestation pour autrui.

 

« La décision de la cour de cassation attendue pour le 3 juillet est un faux débat même si ses conséquences pour la dignité des femmes et des enfants n’en seront pas moins dramatiques » estime Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous. « La seule et véritable question est toute simple : est-on pour ou contre la GPA ? Est-on pour ou contre une « pratique intolérable de commercialisation des êtres humains et de marchandisation du corps des femmes » comme le rappelait il y a quelques mois Manuel Valls » poursuit-elle.

La GPA est aujourd’hui interdite en France mais rien ne s’oppose à ce que des Français aillent acheter un bébé fabriqué sur commande dans une usine à bébé en Inde ou en Thaïlande. Ce sont aujourd’hui notamment des Français qui font vivre le business de la GPA. Et ils le feront demain avec le soutien explicite de Jean-Claude Marin, procureur général de la Cour de cassation qui encourage l'inscription des enfants nés à l'étranger de gestation pour autrui sous la condition d'un test de filiation. S’il se déclare opposé à une retranscription automatique de l'acte de naissance étranger qui  reviendrait selon lui « à une reconnaissance automatique de la gestation pour autrui », il n’en demeure pas moins qu’il préconise un pas supplémentaire en faveur d’une tolérance de cette pratique. Le Premier Ministre avait d’ailleurs souligné lui-même qu’ « il ne faut pas laisser dire non plus que ces enfants sont sans filiation ni identité. Ils ont une filiation et une identité, mais établies à l’étranger. »

« Nous avons une responsabilité historique. Nous avons un choix de société qui est lourd de conséquences : accepter que des enfants soient fabriqués et arrachés à leur mère le jour de leur naissance, accepter que des femmes soient loués, asservies telles des esclaves des temps modernes, accepter qu’un bébé ait un prix (de 20.000 dollars pour les bébé low cost en Thaïlande à 120.000 dollars pour les bébés de luxe aux Etats-Unis), ou s’engager en faveur de l’abolition universelle de la Gestation Par Autrui ! » explique Ludovine de La Rochère. 

Malgré la provocation odieuse du Procureur général, La Manif Pour Tous invite les membres de la Cour de cassation à se prononcer en leur âme et conscience le 3 juillet prochain et à préserver la dignité de la femme et l’intérêt supérieur de l’enfant.

Comments