Sainte Hélène (vers 248/250 - † 329)
Égale-aux-Apôtres
 
Sainte Hélène naquit vers le milieu du IIIe siècle, à Drépane (Derpanum) en Bithynie (devenue Hélénopolis). Selon Saint Ambroise, Hélène était de condition modeste, fille d'auberge, avant que le tribun militaire Constance Chlore, qui ne pouvait l'épouser, en fît sa concubine et l’associa à sa glorieuse destinée. Quand Dioclétien fit de Constance Chlore le César des Gaules (293), il lui imposa de répudier Hélène pour qu’il épousât Théodora, princesse impériale, fille de Maximien Hercule. Constance Chlore se montra toujours bon pour Sainte Hélène, et la laissa dans un exil doré à Trèves avec son fils (306 - 22 mai 337), né en Serbie à Nish.
 
A la mort de Constance Chlore (306), ses fidèles de l’armée de Bretagne acclamèrent comme leur empereur son fils, qu’il avait eu avec Hélène. Celui-ci devint empereur d'orient et d'occident en 324 sous le nom de Constantin, porté au trône impérial de Rome par ses légions stationnées en Gaule. Il ne cessa de combler d'honneurs sa mère.
 
Eusèbe, qui affirme qu'elle devint chrétienne après la conversion de Constantin, souligne la piété d'Hélène, ses prières dans les églises, sa charité pour les pauvres et les prisonniers. Entrée à Rome avec son fils, elle reçut le titre de Nobilissima Femina et la résidence impériale du Sessorium, près du Latran. Après que Constantin eut battu l’empereur d’Orient, Licinius (324), Hélène, proclamée Augusta, investie du droit de battre monnaie à son effigie et de porter le diadème.
 
Voici ce que dit saint Ambroise : "Hélène, première femme de Constance Chlore, qui ceignit depuis la couronne impériale, était, paraît-il, une humble fille d’étable. Noble fille d’étable, qui sut mettre tant de sollicitude dans la recherche de la Crèche sacrée ! Noble fille d’étable, à qui fut réservé de connaître l’Étable de Celui qui guérit les blessures de l’humanité déchue ! Noble fille d’étable, qui préféra les abaissements du Christ aux dignités trompeuses du monde ! Aussi le Christ l’a-t-Il élevée de l’humilité de l’étable au sommet des grandeurs humaines."
 
Elle fut envoyée par son fils Constantin en 326 à Jérusalem, à la recherche du bois sacré sur lequel fut crucifié, selon la chair, le Christ notre Dieu. En effet, alors qu'il envahit l'Italie en 312, combattant Maxence et Maximin qui s'étaient ligués contre lui, il vit dans le ciel, un après-midi, au dessous du soleil, une colonne lumineuse en forme de croix, avec cette inscription: « Par ceci tu vaincras ». Le 30 octobre 312 il entra triomphalement à Rome, et le Sénat le proclama Auguste et Empereur d'Occident.
 
En Palestine, où Sainte Hélène veut recueillir les précieuses reliques de la Passion et rechercher les lieux de la Nativité, de la Passion et de la Résurrection du Christ, elle lance la construction de trois basiliques pour honorer la crèche et la croix du Seigneur, pour protéger les Lieux Saints et les « grottes mystiques » chères aux chrétiens: celle de Bethléem, celle où le Christ fut déposé dans l'attente de la Résurrection, celle des enseignements.
 
Voici ce que dit saint Ambroise : "Elle commença par visiter les Lieux saints ; l’Esprit lui souffla de chercher le bois de la croix. Elle s’approcha du Golgotha et dit : « Voici le lieu du combat; où est la victoire ? Je cherche l’étendard du salut et ne le vois pas. » Elle creuse donc le sol, en rejette au loin les décombres. Voici qu’elle trouve pêle-mêle trois gibets sur lesquels la ruine s’était abattue et que l’ennemi avait cachés. Mais le triomphe du Christ peut-il rester dans l’oubli ? Troublée, Hélène hésite…. Mue par l’Esprit-Saint, elle se rappelle alors que deux larrons furent crucifiés avec le Seigneur. Elle cherche donc la croix du milieu. Mais, peut-être, dans la chute, ont-elles été confondues et interverties. Elle revient à la lecture de l’Evangile et voit que la croix du milieu portait l’inscription : « Jésus de Nazareth, Roi des Juifs ». Par là fut terminée la démonstration de la vérité et, grâce au titre, fut reconnue la Croix du salut.
 
Sainte HELENE découvrit donc la Sainte Croix de Notre Seigneur Jésus-Christ en 327.
 
A la suite de ce pélerinage, elle rendit pieusement son âme à Dieu, à l'âge de quatre-vingts ans. Ses funérailles eurent lieu à Constantinople (ville dont les fondements furent jetés en 324 par son fils Constantin). Son corps fut transféré à Rome où elle dans une église ronde, dans un sarcophage en porphyre, sur la voie appelée Lavicane. Ce sarcophage est actuellement conservé au Palais du Vatican.
 
La gloire de sainte Hélène c’est d’avoir été la mère du grand Constantin.
"Constantin, dit saint Paulin de Nole, doit plus à la piété de sa mère qu’à la sienne, d’avoir été le premier empereur chrétien." Contrairement aux autres empereurs, Constance Chlore reconnaissait le vrai Dieu. Les prêtres chrétiens étaient admis à sa cour et y vivaient en paix. Une telle bienveillance ne peut être attribuée qu’à l’influence de l’impératrice sur le coeur de son époux. Sainte Hélène a donc joué un grand rôle dans la fin des persécutions, puisqu’elle fut l’épouse et la mère des deux hommes qui, sous son influence, protégèrent le christianisme. Qui sait même si les prières d’Hélène ne méritèrent point à Constantin l’apparition miraculeuse de la Croix, par laquelle il remporta la victoire et devint seul maître de l’empire ?
Hélène vivait sans étalage de grandeurs. Nourrir les pauvres, donner aux uns de l’argent, aux autres des vêtements, à d’autres une maison ou un coin de terre, c’était son bonheur. Sa bonté s’étendait aux prisonniers, aux exilés, à tous les malheureux. Le peuple ne pouvait voir sans une joie mêlée de larmes son impératrice venir en habits simples et communs prendre sa place à l’église dans les rangs des fidèles : une telle conduite n’a sa source que dans l’Évangile. Hélène eut, avant sa mort, la consolation de voir Constantin, non seulement protecteur de la religion de Jésus-Christ, mais chrétien lui-même.
 
Elle est commémorée le 21 mai, le même jour que son fils: l'empereur Constantin le Grand. Tous deux sont considérés comme Egaux-aux-Apôtres.
Tropaire de Sainte Hélène
Ton 4
Par tes œuvres saintes tu édifias ton cœur comme saint temple de Dieu,
Bienheureuse Hélène.
Tu as révélé au grand jour la Sainte Croix de Notre Sauveur,

Et tu fis construire de saints temples, là où il subit les Saintes souffrances pour nous sauver.

Illuminée par la divine clarté,

Tu délaissas les ténèbres de l'ignorance.

Et tu servis fidèlement le Roi des siècles,

Le Christ, Notre Dieu.

Intercède à présent, toi égale aux apôtres,

Auprès du Dieu de miséricorde,

Afin qu'Il accorde à nos âmes le pardon de nos fautes et la grâce du salut.






 
Crypte de  Sainte Hélène se trouvant au pied du Golgotha (Jérusalem)