TERNANT

(Nièvre)


Accueil

 

- Carte IGN du 1/25000e 2726 est Grury.

 

- Accès : depuis Luzy, prendre la D973, direction Bourbon-Lancy et Moulins. A 4 km de Luzy, prendre à droite la D30, qui passe à Tazilly, puis Ternant. Distance de Luzy à Ternant : 13 km 500.

 

La commune de Ternant offre des vestiges d'une présence humaine à toutes les époques. Au XIXe siècle, A. Desforges, instituteur à Flety, membre fondateur de la Société Préhistorique de France, a trouvé sur le territoire de Ternant de l'outillage en silex des périodes paléolithique et néolithique.

 

Le nom même de Ternant évoque l'époque gauloise. Il est formé sur le radical "nan" signifiant l'eau. C'est sur Ternant que se rejoignent les trois principaux ruisseaux qui forment la Cressonne, affluent de la Loire.

 

Une villa ou un riche habitat gallo-romain existait en bordure de l'un de ces ruisseaux, à 150 mètres au sud du bourg. On y a trouvé, entre 1900 et 1910, des murs épais, des dalles en béton, des enduits peints, des céramiques de Lezoux, des outils et monnaies attestant une occupation du 1er siècle av. J.C. jusqu'au haut Moyen Age, avec 43 sépultures du IVe ou Ve siècle. Au Moyen Age, Ternant fut le siège d'une puissante seigneurie, attestée dès le XIIIe siècle, dont les membres figurent parmi les grands vassaux des ducs de Bourgogne.

 

Le château de Ternant se dressait au milieu du village, bâti sur un promontoire dominant les vallées des affluents de la Cressonne. on en voit des vestiges dans les maisons du bourg: une tour polygonale, une tour ronde engagée dans un gros bâtiment présentant sur une façade extérieure les pieds-droits et les corbeaux d'une cheminée médiévale, des fenêtres à meneaux et à accolades, les consoles d'un ancien chemin de ronde. Toutes les parties visibles extérieurement paraissent dater des XVe et XVIe siècles, le gros œuvre serait du XIIIe siècle.

 

L'église paroissiale St Roch, tout près du château, a été construite en 1820 avec les matériaux provenant de la démolition de l'ancienne collégiale de Notre-Dame, fondée en 1444. Son mobilier comporte quelques statues, un saint évêque (probablement le Saint Martin de l'ancienne église d'Hiry), un Saint Sébastien et un Saint Roch en bois doré, et surtout l'inestimable trésor composé de deux magnifiques triptyques du XVe siècle, chefs d'œuvre de l'art flamand (MH). Le retable de la Vierge (hauteur 1 m 58, largeur 3 m 15), fut commandé par Philippe de Ternant, chambellan de Philippe-le-Bon, duc de Bourgogne, Chevalier de la Toison d'Or, et son épouse Isabeau de Roye. Il a dû être exécuté entre 1444 et 1454, date du décès de Philippe de Ternant. Le panneau central, en bois sculpté, peint et doré, représente les épisodes de la Dormition de la Vierge. Les volets peints à l'huile figurent d'autres scènes de la vie de Notre Dame, et aux extrémités les donateurs agenouillés devant un autel, à gauche Philippe de Ternant accompagné de Jean-Baptiste, à droite Isabeau de Roye avec Sainte Catherine.

Le retable de la Passion (hauteur 2 m 38, longueur 5 m 45), a probablement été commandé par Charles de Ternant, fils de Philippe, compagnon de Charles-le-Téméraire. Exécuté par un atelier brabançon vers 1460, il fut sans doute destiné à orner le maître-autel de la nouvelle église de Ternant qui venait d'être bâtie. Comme celui de la Vierge, il est composé d'un panneau central, en bois sculpté, peint et doré, et de volets en bois peints à l'huile. Il représente les différentes scènes de la Passion et de la Glorification du Christ. Ces deux retables sont parfaitement présentés, éclairés et commentés dans l'église de Ternant.

 

Hiry, hameau de Ternant, à 1 km 500 au nord du bourg, le long de la D260, était autrefois paroisse, et avait une église, démolie à la fin du XIXe siècle. La cuve baptismale et le bénitier ont été transportés à Tazilly, au château de Ponay. La statue de Saint Martin, patron de la paroisse, a été déposée à l'église de Ternant. L'ancienneté et l'importance de ce village se manifestent par la qualité de quelques unes de ses maisons, notamment l'ancienne cure comportant un mur très épais et les restes d'une cheminée médiévale, ainsi que l'ancienne maison commune, bâtiment du XVe siècle avec fenêtres à accolades et linteau à écusson.

 

Aux Devants, à 1 km au sud-est de Ternant, le long d'un chemin joignant les hameaux de Coneuf à Lenteur, s'élève une ancienne chapelle rurale à peu près ruinée, à un croisement de voies anciennes.

 

© Roland Niaux, 09 février 1994

Publication électronique : 2006-2007