TAZILLY

(Nièvre)


Accueil

-Carte IGN au 1/25000e 2726 est Grury.

 

-Accès : depuis Luzy, prendre la D973, direction Bourbon-Lancy -Moulins. A environ 4 km de Luzy, prendre sur la droite la D30 qui conduit à Tazilly. Distance depuis Luzy : 6 km 500.

 

La commune de Tazilly occupe l'espace d'une vaste clairière, au sud-ouest de Luzy, traversée par la voie gallo-romain d'Autun à Bourbon-Lancy, dont le tracé correspond à peu près à celui de l'actuelle D973. Les vestiges de cette époque lointaine demeurent perceptibles, tout d'abord dans la toponymie: le nom même de la commune, Tazilly, et celui de plusieurs de ses hameaux, Chigy, Perrigny, Rigny, sont de formation latine et évoquent d'ancien domaines ou villas des premiers siècles de notre ère. Un menhir, témoin encore plus ancien, s'élevait en bordure de la voie romaine Autun-Bourbon, à proximité d'un carrefour avec une voie secondaire faisant encore aujourd'hui limite entre les communes de Tazilly et de Marly-sous-Issy. Cette position remarquable laisse à penser que bien après la civilisation mégalithique, le menhir fut utilisé comme borne et repère par les maîtres du sol. Pour être mieux vu, il a été réérigé en 1986 tout au bord de la D973, côté est, à environ 5 km 700 de Luzy. On l'aperçoit après avoir dépassé d'environ un kilomètre la D30 et le chemin menant au hameau de Chigy. C'est un monolithe de granit clair mesurant au total 4 m 50 de long et 1 m 30 de large. Il présente aux deux tiers de sa hauteur, sur une face plane, des traces de pré-débitage.

 

La chapelle de Barnaud, à un peu moins de 3 km au sud-est du bourg de Tazilly, est aujourd'hui une simple exploitation agricole. C'était autrefois une maison forte, bâtie sur une motte en bordure de la voie romaine Autun-Bourbon, dont les vestiges sont toujours visibles. Des morceaux de murailles énormes apparaissent en bordure des murs actuels. La chapelle était ouverte au culte jusqu'à la Révolution.

 

L'église de Tazilly, au centre du bourg, est placée sous le vocable de Saint Denis. Construite au XIIe siècle, remaniée au XVIe, elle a été entièrement démolie à la fin du XIXe siècle. Une autre église a été reconstruite sur le même terrain. Son seul intérêt est qu'elle conserve un remarquable tableau (MH), huile sur toile d'un anonyme ayant réalisé au XIXe siècle une copie de la Vierge à l'Enfant peinte en 1642 par Laurent de la Hyre, conservée au Musée du Louvre.

 

© Roland Niaux, 09 février 1994

Publication électronique : 2006-2007