SAVIGNY-POIL-FOL

(Nièvre)


Accueil

 

- Carte IGN 1/25000e 2726 est Grury (très accessoirement 2725 est St Honoré-les-Bains).

 

- Accès : depuis Luzy, prendre la N81 direction Decize. Au bout de 7 km, prendre sur la gauche la D191. La plupart des habitations de Savigny-Poil-Fol s'égrènent le long de cette route. On rencontre l'église et la mairie au bout de 4 km 500 à partir de la N81 (distance depuis Luzy 11 km 500).

 

Savigny-Poil-Fol fut au Moyen-Age le siège d'une puissante châtellenie du duché de Nevers. La baronnie de Luzy relevait de Savigny-Poil-Fol. Il ne reste rien de cette puissance passée, plus de traces du château féodal. Sans doute devait-il s'élever autour de l'église dont l'emplacement, à l'écart de la route et des maison voisines, se situe sur une sorte de motte dominant les prairies voisines.

 

Savigny est un toponyme issu d'un nom de personne, Sabinus, d'époque gallo-romaine. C'est un nom très fréquent : il existe en France 26 communes du nom de Savigny et quantité de hameaux et lieux-dits du même nom, sans compter les Savilly, Savignac et Savigné de même formation sémantique. Quant à "Poil Fol", il caractérise sans doute l'aspect pileux de l'un des premiers seigneurs de ce Savigny.

 

Il n'y eut sans doute jamais un gros habitat autour de la forteresse de Savigny. Si aujourd'hui on ne voit pas vraiment de bourg, il en allait de même autrefois. Au XIXe siècle, âge d'or de nos campagnes, du moins dans le domaine du peuplement, Savigny-Poil-Fol atteignait 365 habitants. Elle en a 135 au recensement du 1990, en sorte que le dépeuplement y est beaucoup moins grave que dans les communes voisines.

 

L'église, dédiée à Saint Georges, est le seul monument de Savigny-Poil-Fol. Cette église robuste, trapue, est composée d'une nef plafonnée, de plan presque carré, précédée d'un vestibule flanqué de deux chapelles, voûtées en berceau plein cintre. Le clocher s'élève en façade au-dessus du vestibule. De plan rectangulaire, reconstruit au début du XXe siècle, il est couvert d'ardoises, comme le reste de l'édifice.

 Le chœur est formé d'une travée légèrement trapézoïdale, plus étroite que la nef, couverte d'une voûte d'ogives, et de deux chapelles, l'une au nord et l'autre au sud, voûtées en berceau transversal plein cintre, l'ensemble excédant légèrement la largeur de la nef sans rupture de continuité dans la toiture. La travée de chœur est suivie à l'est d'une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four. Cette abside est du XIIe siècle, le reste de l'édifice, pour le gros œuvre, est du XIe siècle. Au dessus du portail d'entrée, à arc plein cintre, on remarque sur la façade ouest, en hauteur, les vestiges de deux petites statues mutilées, encastrées dans la maçonnerie. Dans le chœur, deux pierres tombales gravées, du XIVe siècle, sont incorporées au dallage, de chaque côté de l'autel. On peut voir également deux têtes de personnages sculptés sur un mur de la chapelle nord du chœur. Parmi le mobilier, signalons une Vierge portant l'Enfant Jésus, en bois polychrome, art populaire local, sans doute XVIIIe siècle, dans la même chapelle nord.

 

Bois Gizet, domaine situé en bordure de la D3, à 5 km à l'ouest de l'église, dans une clairière de la vaste forêt occupant toute la partie ouest de la commune, fut autrefois le siège d'une importante verrerie, qui prospéra jusqu'au XVIIIe siècle. Il n'en reste d'autres vestiges que des débris de verre fondu dans les terres voisines de la propriété.

 

© Roland Niaux, 09 février 1994

Publication électronique : 2006-2007