MILLAY

(Nièvre)


Accueil

 

-Cartes IGN 1/25000e 2825 ouest Saint-Léger-sous-Beuvray et 2725 est Saint-Honoré-les-Bains.

 

-Accès: depuis Luzy, prendre d'abord la D985 en direction de Moulins-Engilbert puis dès la sortie de Luzy, prendre sur la droite la D27 et 4 km plus loin la D124 qui conduit au bourg de Millay. Distance totale depuis Luzy : 8 km.

 

La commune de Millay s'étend au sud du massif du Beuvray et de Touleur et à l'ouest du Mont Dône. Elle est traversée du nord au sud par une voie de Bibracte à la Loire et d'est en ouest par la voie romaine Autun-Fours-Decize. C'est donc à un carrefour ancien que s'est bâti le village.

 

L'église de Millay a été édifiée dans la seconde moitié du XIe siècle, probablement sur un sanctuaire plus ancien, lui-même succédant à un édifice gallo-romain, décelé au XIXe siècle, lorsque furent relevées les tombes qui entouraient l'édifice. On découvrit de nombreuses tuiles romaines, des céramiques, des marbres, des monnaies du Ier au IVe siècle et des sarcophages du haut Moyen Age. Cette église est placée sous le vocable de Saint Maurice. Elle a conservé sa structure originelle malgré les restaurations. Elle se compose d'une nef longue, de plan légèrement barlong, plafonnée, flanquée de deux chapelles latérales, puis d'un transept dont les bras communiquent avec les chapelles latérales par une arcade en plein cintre. Les chapelles latérales et les bras du transept s'alignent extérieurement au nord et au sud. A l'est, les bras du transept s'ouvrent sur deux absidioles. La croisée du transept, plus étroite que la nef, est couverte d'une coupole sur trompes et supporte un clocher éclairé sur chaque face de baies géminées séparées par une colonnette à chapiteau. Le chœur, de même largeur que la croisée du transept, comporte une travée voûtée en berceau plein cintre, suivie d'une abside voûtée en cul-de-four. Une sacristie a été accolée à la jonction de la chapelle latérale nord et du mur gouttereau de la nef. La façade ouest de la nef a été refaite au XIXe siècle.

 

Mégalithes

Au nord du Mont Dône, entre la N81 et la voie de chemin de fer Etang-Cercy-la-Tour, au lieu-dit "Champ de Lavault", à l'est d'un petit bois, trois roches à cupules, proches l'une de l'autre, émergent de la prairie. Elles sont en granit. L'une est dite "Pierre du Pas de l'Ane", évoquant la trace des pas de la monture de Saint Martin. Peu visibles de la route, elles sont à peu près sur une ligne allant de la ferme "Fontaine de l'Alène" au pont enjambant la voie ferrée à la cote 330. La "Pierre de St Maurice", comportant une empreinte de pied, se trouve à 600 mètres plus au sud, au pied même du Mont Dône, près du hameau de la Boutrille, à côté d'une fontaine qui est l'une des sources de l'Alène. Elle a malheureusement été enfouie par des travaux. La "Pierre à Maux" (Pierramot sur carte IGN) se trouve tout à fait à l'ouest de la commune près du hameau de Rechigy, le long d'un chemin vicinal joignant la D985 à la D227 entre les Vernes et Antrezit. C'est une pierre à légendes, saillant d'une émergence granitique, dont le nom évoque la force maléfique. Une tranchée funéraire, d'époque gallo-romaine, aurait été découverte à ses pieds au XIXe siècle.

 

© Roland Niaux, 09 février 1994

Publication électronique : 2006-2007