LA CHAPELLE-SOUS-UCHON

(Saône-et-Loire)


Accueil

 

- Carte IGN 1/25000e 2825 est Autun

- Accès : depuis Mesvres, 4 km par la D228

 

La Chapelle-sous-Uchon est une agréable commune comprenant un petit bourg à une croisée de chemins et quelques hameaux (25 hameaux et écarts). Son relief assez tourmenté s’étend entre les montagnes d’Uchon et celle de la Certenue, où de nombreuses promenades pédestres sont possibles sur des circuits balisés. Le GR 131 sert de limite aux communes de la Chapelle-sous-Uchon et de Saint-Symphorien-de-Marmagne. Ce sentier recouvre en partie un très ancien chemin, suivant une ligne de crête, entre la Certenue, haut lieu de pèlerinages et les étangs d’Uchon.

 

La Chapelle-sous-Uchon conserve le souvenir d’un château jadis célèbre, qui s’est appelé d’abord Alone puis Toulongeon (son nom actuel). Les seigneurs d’Alone étaient, dès le XIIe siècle, parmi les plus puissants de la région. En 1610, la seigneurie fut acquise par Antoine de Toulongeon, qui la fit ériger en comté. Antoine de Toulongeon avait épousé Françoise de Rabutin-Chantal, fille de Sainte Jeanne de Chantal, fondatrice de l’ordre de la Visitation. Ils eurent, entre autres enfants, une fille qui épousa Roger de Bussy-Rabutin, dont l’Histoire amoureuse des Gaules, lui valut d’être embastillé plusieurs années par Louis XIV. Bussy-Rabutin était le cousin de Madame de Sévigné. Ainsi, beaucoup de personnages célèbres du XVIIe siècle séjournèrent ou vinrent en visite au château de Toulongeon. Avant la Révolution, Toulongeon appartenait à Charles Gravier de Vergennes, ministre des Affaires étrangères de Louis XIV. A la Révolution, le château fut pillé et détruit. On a peine aujourd’hui à imaginer son antique splendeur dans les bâtiments d’habitation actuels qui intègrent dans leur ensemble une base de tour ronde et quelques éléments architecturaux.

 

© Roland Niaux, 09 février 1994

Publication électronique : 2006-2007