CHATEAU-CHINON

(Nièvre)


Accueil

- Cartes IGN 1/25000e 2724 est Château-Chinon et 2824 ouest Arleuf – Haut Folin.

 

- Bâti sur une butte rocheuse dominant le cours de l'Yonne, le long de la D978, Château-Chinon se situe à 66 km de Nevers et 37 km d'Autun. Sous-préfecture de la Nièvre, capitale du Morvan, Château-Chinon est la ville la plus importante de notre Pays d'Art et d'Histoire. Quoique modeste, elle n'en est pas moins divisée en deux communes, Château-Chinon-Ville et Château-Chinon-Campagne, cette dernière comprenant les hameaux du pourtour, en quelque sorte la banlieue de Château-Chinon. Cette partition, fruit d'intérêts divergents concernant les propriétés collectives de petites communautés rurales, remonte à la période post-révolutionnaire. Précisons bien qu'il n'existe aucune animosité entre les citoyens des deux communes. Château-Chinon-Campagne a sa mairie au cœur de Château-Chinon-Ville. Les deux communes n'ont qu'un seul monument aux morts des dernières guerres. Elles seront donc traitées globalement.

 

Le château

Au sommet de la butte naturelle de Château-Chinon, un retranchement a été aménagé dès les temps protohistoriques. Des monnaies et céramiques gauloises découvertes au XIXe siècle au cours de travaux attestent cette occupation, qui s'est poursuivie au cours des premiers siècles gallo-romains. Au Moyen-Age, c'est un véritable château fort qui couronne la hauteur. De cet ouvrage, quelques vestiges de maçonnerie demeurent visibles, ainsi que l'aménagement général du site: une plate-forme d'environ 300 mètres de longueur et 100 mètres de largeur, qui était autrefois entourée de murailles et défendue par fossés et talus. On pense que cette forteresse fut bâtie au Xe siècle, et détruite définitivement au cours des guerres de la Ligue après le siège de Château-Chinon de 1591.

 

A cette époque, l'ouvrage consistait en un grand corps de logis, garni à chacun de ses angles d'une tour de 7 mètres de diamètre aux murs très épais, une cinquième tour encore plus massive servant de donjon, à côté duquel se trouvait une chapelle dédiée à Saint Laurent. Sa position stratégique en limite du Morvan et du Nivernais fit de Château-Chinon, durant tout le Moyen-Age, une place forte très disputée qui eut à soutenir de nombreux sièges. Sur le sommet du site, un calvaire et une table d'orientation ont été installés. On y jouit d'une vue remarquable sur le bourg, sur les monts du Morvan et sur les collines du Bazois. Les pentes boisées permettent d'agréables promenades.

 

Le bourg

Il s'étend sur les pentes sud de la hauteur portant le château. Ancien bourg médiéval, ceint d'une muraille fortifiée, la ville actuelle conserve, dans sa topographie, le souvenir de ses défenses. On en fait le tour en suivant successivement, depuis la place Notre-Dame, sur la D978, la rue de la République, rue du Champlain, place St Christophe, rue de l'Ecole, rue des Fossés. Place Notre-Dame, l'une des portes de la ville, la porte Notre-Dame (MH) a été sauvegardée, et de part et d'autre les façades et les toitures des maisons actuelles conservent le profil de deux grosses tours rondes de défense. Dans le haut de la ville, on voit encore une belle tour, rue de la Paix, et une autre un peu en retrait de la rue des Fossés. Ce sont les derniers témoignages des fortifications détruites par Louis XI après sa victoire sur Charles-le-Téméraire en 1475.

De ses anciens monuments religieux, Château-Chinon n'a rien conservé. Il existait un prieuré St Christophe dont le souvenir survit dans le nom de la place St Christophe, et peut-être dans la maison portant le n° 3 de la dite place, maison sur le pignon de laquelle apparaissent les traces de maçonnerie d'un arc en plein cintre et d'un arc rampant. Il s'agit sans aucun doute de l'intégration dans un bâtiment moderne d'un vestige de construction médiévale monumentale.

Monuments modernes

Rue Notre-Dame, la sous-préfecture et la Caisse d'Epargne : cette dernière est une belle construction XIXe, bâtie dans un style tout à fait étranger au Morvan, avec ses parements de briques rouges. Rue des Fossés, la mairie de Château-Chinon-Ville, ancien Palais de Justice, présente un péristyle et un fronton classique. La place qui lui fait face est ornée du bassin-fontaine haut en couleurs de Jean Tinguely et Nicky de Saint-Phalle. Elle est entourée de bâtiments utilitaires de style moderne. L'ensemble s'harmonise parfaitement.

 

Les musées

- Musée du Septennat : Château-Chinon a donné un Président de la République à la France. Le Président a donné à Château-Chinon (au département de la Nièvre plus précisément) les cadeaux reçus dans l'exercice de ses fonctions, cadeaux souvent somptueux émanant de chefs d'états étrangers, de personnalités, de collectivités publiques ou privées. Pour les abriter, on a choisi un beau bâtiment du XVIIIe siècle, l'ancien couvent Sainte-Claire, situé tout en haut de la ville, au pied de la terrasse du calvaire. L'accès en est aisé, et bien signalé. Les collections présentées dans un souci chronologique et thématique offrent au visiteur une grande variété d'objets précieux, anciens et contemporains, provenant des plus grandes manufactures, ou chefs d'œuvre d'artisans des cinq continents : bijoux, armes, poteries, verreries, céramiques, tapis, laques, argenterie, gravures, tableaux, pièces de mobilier. Le Musée du Septennat a une fréquentation très élevée. Il plaît à un public varié, non spécialisé, et à toutes les tranches d'âge.

 

- Musée du Costume : tout à côté du Musée du Septennat, le Musée du Costume a élu domicile dans l'ancien hôtel de Buteau-Ravisy, belle construction du XVIIIe siècle. Constitué au départ d'une collection privée acquise par la ville de Château-Chinon, il s'enrichit constamment de dons et d'achats divers. La musée présente l'histoire du costume et de tous ses accessoires de mode et de toilette, dans tous les âges de la vie, dans les différentes classes sociales, principalement en Morvan, du XVIIIe siècle à nos jours. L'intérêt est à la fois historique, artistique, sociologique et ethnographique.

 

La Chapelle du Chêne est située sur les hauteurs au sud-ouest de la ville, dans la forêt communale de Château-Chinon, en bordure d'un chemin forestier qui était une ancienne voie romaine de Château-Chinon à Moulins-Engilbert. Il y avait là autrefois une chapelle bâtie sur un site gallo-romain, avec tous les signes des cultes de la nature : fontaine sacrée, pèlerinages, arbre remarquable, dépôts votifs, légendes et superstitions. Il n'en reste que le souvenir historique - la chapelle actuelle est un édifice rebâti en 1868 - et un agréable motif à promenades en forêt, autour d'un centre équestre.

 

La Chapelle de Montbois est un autre lieu de culte établi sur le rocher, au sommet d'une hauteur située à 2 km au nord de la ville, entre l'Yonne et la D37, surplombant le hameau de l'Huis Gaudry, ancien carrefour de voies gallo-romaines. Cette chapelle, construite en 1588, régulièrement orientée, est placée sous le vocable de Saint Roch. On y venait autrefois en procession depuis Château-Chinon et Corancy pour le 16 août, fête de Saint Roch. Elle est aujourd’hui en fort mauvais état. Aussi, les statues qu'elle abritait ont été transportées au Musée du Costume, notamment une Vierge à l'Enfant, en bois polychrome du XVIIe s. et une Sainte Reine. A l'intérieur de la chapelle, une plaque indique que l'édifice a été donné le 26 février 1859 à la fabrique de Château-Chinon par le comte de Saint Phalle, ancêtre de l'auteur de la belle fontaine monumentale de la rue des Fossés.

 

© Roland Niaux, 09 février 1994

Publication électronique : 2006-2007