Mélange de genres

01 JUILLET 2016


On apprend à l'instant que le bureau d’Etudes BIOTOPE Guyane tente l’impossible : inviter toutes les personnes, dont la fonction est de protéger notre Guyane, en pleine trêve estivale, à une petite « sauterie », dans les locaux même du consortium minier Colombus-Nordgold. Mais si, l'invitation est ICI, (1) et c'est le 8 juillet à Rémire !

Objectif de cette rencontre : présenter l’état initial de la biodiversité dressé par BIOTOPE. Quel challenge et prouesse que de prétendre avoir inventorié la riche biodiversité des 19 000 hectares de forêt équatoriale huit concessions Colombus-Nordgold ! Nous reviennent alors les constats d’un scientifique de l’IRD, au séminaire « Pour des outre-mers acteurs de la biodiversité », avouant, malgré une carrière sur le terrain, n’avoir pas découvert 2% de ce que recelait la forêt en matière faunistique et floristique.
Nous reviennent aussi les propos de la Fondation Biotope, qui reconnaissent eux-mêmes  que la Guyane est « Un territoire où le potentiel de découvertes et d’inventaire de la faune et de la flore sont immenses ».

Devant tant de certitude, on ne saurait que conseiller aux invitées, avant même d’imaginer se rendre à la table des négociations d’un projet d’exploitation, qui n’a encore, aucune légitimité, tant administrative que sociétale, de relire le rapport de World Rainforest Movement (juin 2016), qui traite des mesures de compensations d’un projet minier, à Madagascar. A lire dans son intégralité ou les extraits ici.

Mais surtout, découvrir l’article du journaliste de Charlie Hebdo, Fabrice Nicolino, qui lance un appel solennel à Nicolas Hulot, Allain Bougrain-Dubourg, Pierre Rabhi, et tous autres…
, repris sur le quotidien Reporterre.

Si cela n’est pas suffisant pour vous encourager à Résister, visionnez le magnifique film « Demain », ce docu nous montre « qu’il est possible de bouger, en attendant plus, en espérant mieux,... car le pire danger qui guette notre pauvre humanité, c’est l’immobilité, la passivité, le renoncement. Hors du mouvement, point de salut ! ».


Comments