Article 1er de la Charte de l’Environnement :

“Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé.”

L’ADRISE est présente à vos côtés depuis plus de 20 ans pour défendre et préserver votre cadre de vie et votre environnement.

 Afin de toujours mieux répondre à vos attentes nous vous invitons à répondre à ce petit sondage.

Nusances (2).mp4


Des riverains nous ont contactés pour nous signaler qu'ils subissaient encore ce matin  les rejets atmosphériques de l'usine de Pall Exékia située à Bazet (65) !

Si vous aussi vous êtes victimes de ces odeurs qui durent depuis  bien trop longtemps n'hésitez pas à nous contacter et à nous apporter vos témoignages

Association.adrise@gmail.com  - 06 77 85 22 94

                                      


 Pollution atmosphérique.

"Constitue une pollution atmosphérique, l’introduction par l’homme, directement ou indirectement, dans l’atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens matériels, à provoquer des nuisances olfactives excessives". Article L220-2 du code de l’environnement Titre II.



Pollution au mercure sur le Centre Technique Communal (CTM) de Tarbes !

L'ADRISE été contactée en décembre dernier par les élus CGT du CHSCT de la mairie de Tarbes. Ils nous signalaient que la démolition d'une cuve d'une ancienne station d'épuration située sur le site du Centre Technique Communal de Tarbes avait provoqué  l'écoulement, en très grande quantité, de boues d'épuration et d'eau, sur le sol et dans le cours d'eau qui longe site. Celles-ci contenaient du mercure. 

Ledit canal, dénommé canal du Moulin, se jette dans l'Échez à Bordères.

Pourtant des analyses effectuées préalablement au début des travaux faisaient état d'un taux de mercure très supérieur aux normes autorisées et malgré tout le chantier a débuté dans le plus grand mépris des règles sanitaires et environnementales. La mairie de Tarbes a dans un premier temps minimisé la gravité des faits Depuis le début de l'année 2023, cette affaire ayant pris des proportions énormes, il semblerait que la démolition et la vidange des cuves soient effectués dans un cadre plus réglementaire mais nous n'en avons aucune confirmation, le chantier étant strictement interdit au public. 

Ces faits sont pour nous gravissimes et criminels, nous avons déposé une plainte avec les élus CGT du CHSCT de la ville de Tarbes devant le procureur de la République de Tarbes pour les dénoncer.

Pour plus d'infos cliquez ici 

Zéro tolérance pour les responsables, ils devront assumer leurs actes !

" Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. "


Jean de LA FONTAINE. Les Animaux malades de la peste (1678)