R

É T
I N E(S)


1H40 | 2026 | 1.37:1 | NOIR & BLANC

FILM EN PRODUCTION

FICTION ROMANCE FANTASTIQUE
DE YANNIK RUAULT 

La vie de Lillian est bouleversée par sa rencontre avec Clay, son double. 

Dans notre société gouvernée par la peur, une peur qui passe à l'intérieur de nous, chacun d’entre nous est victime, coupable et innocent. Dans cette société qui ne croit plus au grand récit, ni même à l’idée du progrès, comment pouvons-nous trouver un avenir ? Quelle vérité profonde donner au sens de nos vies ? Devons-nous nous retourner sur nous-même en espérant une révélation intérieure, au risque de nous regarder à l’infini, de nous perdre dans un narcissisme qui nous coupe des autres, ou devons-nous nous confronter à l’Autre, aux autres, combattre nos fantômes intérieurs, des forces qui nous dépassent, au risque de perdre la bataille et de ne jamais trouver notre vérité profonde ?



















RÉTINE(S) est un film de cinéma comme un portrait intime de notre société dans laquelle le narcissisme grandit considérablement, engendrant à présent une réduction à l'extrême des champs idéologiques. En ce que le Narcisse est incapable de comprendre l’Autre, son symptôme est le terreau fertile pour que s’épanouissent deux idéologies et aucune autre. Un libéralisme matérialiste avec pour horizon l'anomie du moi - chacun vivant de fausses vérités privatisées. Un nationalisme régressif avec pour obsession la préférence du moi - chacun faisant nation en son fort intérieur.




















À nous les Inaffranchis de ce moi qui nous échappe, nous le connaissons si mal, le cinéma révèle ses secrètes profondeurs et ses monstres car le cinéma c’est projeter en grand, voir en monstres. RÉTINE(S) anime ces monstres du vivant, du plus réel, celui de nos organes, au plus abstrait, celui de nos fantômes et absolu, celui de nos amours.




















La rétine est la membrane interne de l'œil destinée à recevoir les impressions lumineuses et à les transmettre au nerf optique. Pour cette raison, elle peut être considérée comme un double miniature de l'écran de Cinéma, surface destinée à recevoir la lumière et à la transmettre à notre esprit.