le peintre- céramiste

.......J’ai compris dans l’atelier de Gilles, pendant qu’il me montrait son travail et m’expliquait sa technique, ce qui est sa manière de nous parler de lui, le processus qui l’anime. Un processus de transformation, un système de clapet qui fait penser à la tradition japonaise : observer, absorber, digérer, rendre. C’est un processus de découverte en même temps que de recréation du monde. L’artiste ne part pas de rien : il y a bien quelque chose au monde mais à quoi il n’accède pas directement. Comme le chaton, sur la pelouse pour lui infinie, déroule sous ses yeux un paysage interstellaire de brins d’herbe, Gilles fait du monde son marché, multiplie les histoires, les émotions, les images, les rencontres, les sensations, puis il rentre à la maison et il se l’approprie en le transformant dans son art......

Tiré du texte de la préface de Christian Soleil......Gilles Chapel ou la recréation de l’univers