Valeurs, orientations et principes d'action

Les valeurs auxquelles se réfère lMÉTABOLE se déclinent dans neuf orientations et principes d'action

L'humain au cœur des projets et de l'organisation

Faire de l'association et de ses activités des lieux d'épanouissement et de promotion de chacun.

Pour les personnes accueillies, c'est placer leurs attentes et leurs besoins au cœur de l'élaboration, de la mise en œuvre et de l'évolution des projets d'établissements et des projets personnalisés.

Pour les professionnels, c'est postuler que la qualité du service rendu passe par la considération de tous les intervenants, c'est-à-dire reconnaît que si travailler c'est « produire » et « subvenir à ses besoins », c'est également « être », c'est-à-dire exister et s'accomplir.

La clinique comme élément déterminant de la pensée et de l'action

Faire de « l'observation et la pratique au chevet du patient » la méthode d'analyse des situations et de l'action est la meilleure façon de garantir que les projets thérapeutiques et sociaux sont au plus près des besoins des personnes accueillies.

L'« accompagnement psycho-social » comme conséquence du nécessaire décloisonnement des pratiques

Le bouillonnement subjectif qui caractérise l'adolescence s'accommode mal du cloisonnement des pratiques professionnelles des champs de la psychologie clinique et socio-éducatif. Cela a conduit MÉTABOLE à développer une clinique et une pratique psychothérapique innovantes fondées sur leur décloisonnement et leur articulation refondée : l'accompagnement psycho-social.

Agir sans se substituer

Il s'agit là d'éviter de mettre en œuvre des pratiques qui, au nom de la protection, mais aussi de l'efficacité, tendent à se substituer plus ou moins à la personne accueillie. Être résolument à ses côtés, passeur attentif et bienveillant ; favoriser son autonomisation en évitant toute surprotection qui isole et ne prépare finalement pas à la réalité de la vie en société.

L'innovation comme posture et comme source de créativité

L'innovation, tant au niveau des réponses proposées que des pratiques professionnelles, apparaît comme une posture pertinente face au caractère fondamentalement subversif de l'adolescence qui tend à s'exprimer hors des règles fixées et des cadres proposés. En tant qu'elle est synonyme de mouvement et sollicite la créativité, l'innovation est garante de vitalité institutionnelle.

La qualité du service rendu au meilleur coût comme but de la rationalisation des dépenses

Le tarissement des financements publics nous conduit à repenser les dépenses de façon à arriver à un « meilleur coût » qui permet à l'institution de garantir la qualité du service rendu et son adaptation à l'évolution des besoins, plus qu’à un « moindre coût » qui ne produit qu'une économie à court terme et dont l'expérience montre qu'il s'accompagne inévitablement d'une dégradation du service rendu et des conditions de travail.

La gestion au service des projets d'établissement et de service

À l'heure où la gestion tient une place de plus en plus importante, cette orientation rappelle qu'elle n'a de sens et de raison d'être qu'en tant qu'elle sert les projets d'établissements et de services, c'est-à-dire la personne accueillie. La gestion est et doit demeurer un moyen et non une fin.

L'organisation institutionnelle au service du projet

Le projet développé au service des jeunes accueillis et qui vise à les aider à advenir en tant que sujet en devenant acteur de leur propre vie nécessite une organisation institutionnelle adaptée, c’est-à-dire qui sollicite les initiatives et valorise les compétences de tous les intervenants.

De même, la banalisation des bureaux et des lieux d'hébergement favorise la non-stigmatisation des personnes accueillies et leur inscription au cœur du tissu social, au plus près de la réalité.

Le partenariat comme méthodologie de l'action

Partir des besoins de la personne accueillie c'est être en mesure de répondre à des situations très diverses. Plutôt que de tenter d'y répondre en interne, il s'agit de solliciter les partenaires les mieux à même de répondre à chacun des besoins repérés, en privilégiant les dispositifs de droits communs. Dans ces conditions, le partenariat n'est pas seulement une orientation, mais une véritable méthodologie de travail.