AdourA

AdourA l'association de l'Adour et de ses Affluents

Des hommes, des bateaux, des affluents, un fleuve...

Cette Association a pour but la Batellerie du Fleuve et de ses affluents

Recherche, Restauration, Mise en valeur, Mise à disposition, Exploitation

et Transmission du savoir.

AdourA l'association de l'Adour et de ses Affluents

Les tribulations de Bayoune, de Guiche à Saubusse...

Le 13 août 2018, Bayoune, après plus d’une décennie abandonnée sur la cale de Guiche, retrouvait son élément naturel pour être conduite jusqu’à son nouveau port d’attache, Saubusse.

Au terme du voyage, elle fut délicatement hissée sur le quai, calée hors sol et lavée.

Grâce au travail acharné et appliqué de toute l’équipe, elle avait retrouvé son rang de reine de l’Adour !

Le projet consistant à la rénover pouvait prendre corps.

Nous avons fait appel à toutes les bonnes volontés, et nombreux sont ceux qui ont répondu présent.

Un chapiteau qui permette de reconstruire Bayoune au sec nous était indispensable. Une équipe de bénévoles s’est constituée pour assurer le montage du bâtiment. D’autres personnes, partenaires ont fourni gracieusement les engins, ou les matériaux nécessaires au chapiteau. Qu’ils soient tous ici à nouveau remerciés chaleureusement.

Le chapiteau est pratiquement terminé, nous allons bientôt officiellement débuter la restauration de Bayoune.

Afin d’assurer au projet un avenir structuré, le collectif de la galupe a décidé de créer une nouvelle association totalement au service du bateau. Cette association a vu officiellement le jour très récemment. Elle s’appelle Adoura pour Adour et a pour affluents. Sa devise : des hommes, des bateaux, des affluents, un fleuve… est le fruit d’une réflexion commune et très inspirée des membres d’Adoura présents lors de l’assemblée constituante.

Elle a donc pour vocation de mener à son terme la restauration puis, une fois remise à flot de façon durable, la gestion de l’existence future de Bayoune.

Nous sommes sur la bonne voie, celle qui va comme par le passé relier Dax, Bayonne, Peyrehorade, Mont de Marsan et tant d’autres. C’est Adoura, la voie de l’Adour et de ses affluents.

Bon vent à tous.

Gilles LECRECQ, Président d’AdourA.


Présentation de Maurice LAMY

lors de l’Assemblée constituante de l’association ADOURA

Je voudrais vous parler maintenant de quelqu’un qui ne peut pas être des nôtres ce soir mais qui nous rejoindra très bientôt et à maintes occasions.

Il était tombé dans l’oubli, comme Bayoune.

Mais il a été retrouvé et nous allons lui redonner toute sa place dans l’histoire de l’Adour et de ses affluents, comme Bayoune.

Il s’agit de Maurice LAMY, fondateur de l’association Val d’Adour Maritime et initiateur du projet de construction de Bayoune en 1995.

Nous avons retrouvé sa trace dans les documents de VAM où il est cité à maintes reprises, puis nous avons pu prendre contact grâce à quelques personnes qui avaient gardé un lien avec lui. Il est venu à Saubusse au printemps dernier pour voir la galupe et me rencontrer. Il m’a raconté son histoire avec Bayoune.

Elu de Bayonne puis d’Urcuit, il a travaillé à la DDE, chargé de l’Adour. Attaché au passé vivant du fleuve et conscient du lien qu’il créé entre les hommes et entre les terres, il a souhaité, je le cite : « faire renaître une dynamique autour des cours d’eau du Bas-Adour Maritime » et la construction de Bayoune en était le fer de lance.

Il a même été plus loin dans sa volonté de créer du lien en convaincant l’association Grands Voiles et Moteurs de rejoindre le projet de la galupe en intégrant des jeunes en réinsertion à sa construction.

Maurice LAMY est un homme de cœur. Non seulement amoureux de l’Adour et des terres qu’il traverse mais également des hommes qui le côtoient.

Considéré par ses pairs, dans les premières années d’existence de l’association VAM, comme celui, je cite, « à qui revient tout le mérite d’avoir eu l’idée de la création de l’association » voire, je cite,« comme son âme », il a dû cependant s’en éloigner, quelques années plus tard, en désaccord avec l’orientation qu’elle prenait. Très certainement l’absence d’attention portée à l’entretien de Bayoune qui l’a conduite au sort que l’on sait, a contribué aussi à lui faire prendre ses distances.

Nous sommes donc particulièrement touchés et heureux de fonder aujourd’hui une nouvelle association qui renoue avec le désir qu’avait Maurice LAMY quand il a crée VAM. Je le cite s’adressant à Bayoune dans l’éditorial du Sel de l’Adour paru quelques semaines avant sa mise à l’eau en avril 1998 :

« Chère galupe, les eaux marines te porteront vers Lahonce, la douceur des eaux de montagne t’accueillera à Peyrehorade près des Abbayes de Sorde et d’Arthous, le vent basque sur les Nives t’appellera au sud, la crue viendra contrer ta navigation mais ton aventure te conduira au seul cap : celui du carrefour des hommes qu’est le Bas-Adour Maritime. Sois la noble ambassadrice des « Pays de l’Adour ».

Alors, pour tout ce qui vient de vous être transmis sur Maurice LAMY, Mesdames et Messieurs, membres de cette Assemblée, je voudrais vous demander d’accepter de nommer Maurice LAMY membre d’honneur de notre association.


Gilles LECRECQ, à Saubusse le 6 septembre 2019