Parcours 2023

2023 English Version

LE 1000 DU SUD 2023 SUR OPENRUNNER

Informations routières

FEUILLE DE ROUTE - sera publiée fin Juillet

FICHIERS GPX - seront disponibles fin juillet

1000 du Sud 2023 Gravel

Une édition spéciale gravel !

En 2023, nous proposons une édition spéciale gravel, avec des cols jamais empruntés par le 1000 du Sud, dont le célèbre Parpaillon.

Pourquoi mettre le Parpaillon sur le 1000 du Sud? Pourquoi envoyer des cyclistes routiers sur les 20,5 km d’une piste où ils vont être en difficulté, sans même pouvoir apprécier le calme de la montagne, vu qu’aujourd’hui, l’endroit est prisé des 4x4 ?... C’était une décision difficile à prendre. Or ce col mythique fait partie de l’histoire du cyclotourisme depuis le début du 20ème siècle (voir la documentation). Le 1000 du Sud y passera, au moins une fois.

En revanche, l’édition 2024 sera 100 % goudronnée.

Une fois cela décidé, nous nous sommes dit: Vu que le Parpaillon découragera de toute façon les purs routiers, pourquoi ne pas en profiter pour mettre davantage de gravel au menu?

Outre le Parpaillon, nous emprunterons les pistes suivantes (pour la plupart en meilleur état que celle du Parpaillon):

  • sur les hauteurs de Menton, la piste qui relie le Col de Braus au hameau de Ségra via la Baisse du Pape et le Col du Farguet;

  • la Baisse de Sanson, sur la frontière italo-française, qui relie Triora à La Brigue;

  • le Col de Tende, sur la frontière franco-italienne, qui relie la vallée de la Roya à la vallée de la Vermenagna dans le Piémont;

  • le Col des Guérins, au sud des Hautes-Alpes;

  • le Col du Royet, dans la Drôme;

pour un total de 66 kilomètres (la route du Parpaillon y compris). Vous verrez que les cols additionnels sont en partie goudronnés.

Ces routes non goudronnées sont décrites et illustrées dans le document 1000 du Sud 2023 Gravel.


Elles ont été choisies selon deux critères.

  • L’expérience doit en valoir la peine (... à vous de juger).

  • Il doit être possible d’y passer de jour.

Ce deuxième critère est le plus difficile à satisfaire, étant donné que chacun roule à son rythme. Pour faciliter à chaque participant de gérer sa progression de façon à emprunter de jour les routes non goudronnées, notamment dans le troisième tiers du parcours (qui comporte en son début les cols des Guérins et du Royet), nous avons accordé 7 heures de délai supplémentaire.

En outre, nous avons essayé de ne pas multiplier les difficultés sur routes goudronnées. La seule grande difficulté est le Col Agnel. Mais comme les participants seront équipés de très petits braquets, les 9 derniers kilomètres du versant italien passeront mieux…

Un départ lundi matin (le 4 septembre) à 07:00 permet le découpage suivant : stop 1 (lundi soir) entre Menton et Vintimille ; stop 2 (mardi soir) dans la vallée de la Varaita (avant le Col Agnel) ; stop 3 (mercredi soir) entre Barcelonnette et Tallard ; restent alors entre 350 et 400 km à faire avant vendredi 18:00 (au lieu de vendredi 11:00 selon le délai classique de 100 heures).

Un départ dimanche soir (le 3 septembre) à 20:00 permet le découpage suivant : stop 1 (lundi soir) vers Molini di Triora ou La Brigue (avant ou après la Baisse de Sanson, qu’il est conseillé de passer de jour) ; stop 2 (mardi soir) entre Molines et Guillestre (après le Col Agnel) ; stop 3 (mercredi soir) dans la vallée de la Drôme ou dans la vallée de la Roanne (avant ou après le Col du Royet) ; restent alors entre 220 et 265 km à faire avant vendredi 07:00 (au lieu de vendredi 00:00 selon le délai classique de 100 heures).

Si vous prévoyez vos étapes à l’avance, ne sous-estimez pas le temps nécessaire à franchir le Parpaillon. A titre informatif, lors du passage de Sophie en 2018, avec beaucoup de pauses photo, et une longue pause récompense au tunnel, elle avait mis 3h30 pour faire les 20,5 km de piste qui séparent le Pont du Réal de la Chapelle Sainte-Anne (au Pont du Réal, on a déjà 16 km de grimpette dans les pattes).


Quel équipement utiliser?

Un vélo robuste. Des pneus larges et des développements type VTT. Des chaussures qui permettent de marcher aisément. Des bidons XXL pour emporter beaucoup d’eau. Après, c’est à chacun de décider selon son niveau technique - et le poids des sacoches complique un peu l’exercice.


Description d’ensemble

(Description des routes non goudronnées : voir le document 1000 du Sud 2023 Gravel).

Le début du parcours, jusqu’au Pont Charles Albert sur le Var, est classique, sans trop de difficulté (Tourtour, Ampus, Comps-sur-Artuby, plateau de Thorenc, Gréolières, Coursegoules, Bouyon, Le Broc). Nous serons encore en terrain connu dans les gorges de la Vésubie (où il y a toujours un peu de trafic), mais la suite, jusqu’à Menton, est nouvelle: la Baisse de la Cabanette via le Col Saint-Roch, les spectaculaires lacets qui ont fait la célébrité du Col de Turini, le Col de Braus via le Col de l’Ablé... une belle incursion dans l’arrière-pays maralpin, qui se conclut par un joli petit bout de gravel, avant de redescendre vers la civilisation.

Une fois passée l’agglomération côtière, le 1000 du Sud part à l’assaut des montagnes ligures. De Dolceacqua à Badalucco, via le Passo Ghimbegna, nous découvrons de belles petites routes très calmes. Si elle est ouverte, nous emprunterons la SP21 bis, qui passe au fond de la vallée de la Fora di Taggia (cet ancien tracé a été doublé par l’actuelle route principale, SP548, construite plus haut, dans le but de créer un barrage sur le torrent, projet abandonné depuis).

La pittoresque ville de Molini di Triora (“les moulins de Triora”), célèbre pour ses sorcières et sa fête de l’escargot, marque le début de la longue ascension vers la Baisse de Sanson, sur la crête frontalière. Une véritable petite aventure (voir la description) au terme de laquelle nous nous retrouvons en territoire français (en fait, La Brigue et Tende ne sont devenues françaises qu’en 1947), dans la vallée de la Roya qui, depuis les ravages de la tempête Alex et la fermeture du tunnel de Tende, a pris des allures de “bout du monde”.

Au bout de ce bout du monde, surgit l’impressionnante Route des 46 lacets, qui mène au Col de Tende: un des grands moments du 1000 du Sud 2023 (voir la description).

Nous revoilà chez nos amis transalpins (en tout, 215 km du parcours se situent en Italie). Entre la vallée de la Vermenagna (Limone Piemonte - Borgo San Dalmazzo), une transition en plaine (déjà effectuée en 2021), et la vallée de la Varaita (Sampeyre), nous traversons beaucoup d'urbanisation, avec la circulation qui va avec (à faire de nuit, peut-être).

La SS20 semble ne jamais vouloir être autre chose qu’un faux plat montant, jusqu’à ce qu’elle butte dans un mur, au sortir de Chianale - les 9 derniers km du Col Agnel, point culminant du 1000 du Sud, à 2744 m d’altitude. De l’autre côté, c’est le Queyras, le département des Hautes-Alpes, Guillestre, et la vallée de la Durance.

Un autre grand moment du 1000 du Sud se profile - le Parpaillon! Le tunnel, à 2643 m d’altitude, est situé au kilomètre 563 du parcours. Pas moins de 42 km, dont 20,5 km non goudronnés, séparent Saint-André d’Embrun, dans la vallée de la Durance, de La Condamine, dans la vallée de l’Ubaye.

Une fois les deux géants passés, il reste à parcourir un peu plus de 400 km de moindre altitude.

Après Barcelonnette, nous suivons l’Ubaye jusqu’au pied du barrage de Serre-Ponçon, en amont duquel elle se jette dans la Durance. La D900 puis la D900b sont des routes assez fréquentées; en revanche, à partir du barrage, nous quittons la grande départementale pour une petite route très calme, qui nous mène à Tallard.

Il peut s’avérer bon de s’arrêter du côté de Tallard, plutôt que de franchir de nuit le Col des Guérins (1312 m). L’ascension de ce col, entièrement goudronnée, se poursuit par un replat non goudronné, puis une descente non goudronnée, dans l’ambiance sauvage de Châtillon-le-Désert.

Dans la foulée, on passe le petit Col des Verniers, avant de traverser les vallées voisines du Petit Buëch (Pont de Chabestan) et du Grand Buëch (Aspremont). Le Col de Cabre, déjà souvent emprunté par le 1000 du Sud, nous fait basculer dans le département de la Drôme.

On peut également faire halte dans la vallée de la Drôme, bien que les possibilités d’hébergement ne soient pas légion, afin d’aborder à la lumière du jour le Col du Royet, qui présente la dernière section non goudronnée du parcours. Ce col mène à Rimon, village perché au-dessus de la Roanne, où l’on retrouve le goudron. Juché sur une crête au milieu d’un coude de la Drôme, le Col du Royet (1144 m) est un col remarquable, panoramique.

Nous voilà maintenant descendus dans la vallée de la Roanne. Il nous reste un peu plus de 230 kilomètres à parcourir en direction du sud. Nous commençons par une succession de petites routes et de cols de moyenne altitude, au cœur d'une région peu peuplée - un vrai régal pour le cycliste, à condition qu’il prenne soin d’emporter des vivres: cols de Planlara, Chamauche, Pommerol, du Laux, du Reychasset, de Pierre Vesce, Saint Jean, et enfin, du Négron, où l’on quitte la Drôme pour les Alpes de Haute-Provence.

Enfin nous rentrons au Camp de Base par le plus court chemin (via Manosque, dont le passage s’est un peu amélioré depuis l’ouverture de la piste cyclable traversant la vallée de la Durance).


Le tracé du 1000 du Sud 2023 a une autre particularité. Il est plus méridional que ceux des éditions précédentes (le point le plus au nord est Ville-Vieille, dans le Queyras), et ne passe pas au Col du Festre.