Nitmiluk (Katherine Gorge) : Smitt Rock


J8 : Di 06/06/10



Dans les gorges de Katherine, dont le nom aborigène est Nitmiluk NP, là aussi, nos activités sont contrariées. Ce système de treize gorges consécutives se visite de préférence en canoë sur une demi-journée, une journée ou même deux jours… pendant la saison sèche. Nous avions envisagé le parcours « Under the stars »… avec camping dans la cinquième gorge et retour le lendemain.

Mais dans l’état actuel de la rivière (niveau d’eau élevé, eaux boueuses, surveillance des crocodiles non terminée), la pratique du canoë, la baignade et le camping sur berge sont interdits. Les gorges seront praticables en canoë à partir du 19 juin.



Tant pis, ce sera randonnée ! De la randonnée courte à la randonnée sur plusieurs jours, le choix ne manque pas dans le réseau des Southern Walks.



Toutes les randonnées partent du Visitor Center et suivent le même sentier au départ puis, selon le cas, un chemin transversal mène à l’aplomb des gorges à différents points plus ou moins éloignés.

Nous optons pour une distance moyenne. Lily Ponds (19,5 km en six heures trente) nous semble un bon compromis pour la journée.

Allez, c’est parti !

Tantôt caillouteux, tantôt sableux, mais facile malgré quelques petites montées bien senties, le chemin traverse cette petite vallée où eucalyptus et palmiers se disputent la place entre les rochers.






En levant la tête, on aperçoit ces loriquets à tête bleue (Trichoglossus haematodus) en train de butiner la sève des fleurs d’eucalyptus. Faisons une petite pause pour écouter leur doux bavardage !


 Cherchez l'oiseau !



Changement de paysage un peu plus loin avec ces petites termitières dispersées partout dans le bush.



Celles-ci nous évoquent les griffes d’un monstre, jaillissant des entrailles de la Terre !




En suivant les cailloux du Petit Poucet…



… on finit par arriver à l’embranchement vers Lily Ponds. C’est là qu’il faut se décider : tourner vers la gorge ou poursuivre jusqu’à l’intersection suivante. Bon, puisqu’on est si bien lancés, poursuivons, ce qui devrait nous permettre d’entrevoir Smitt Rock, le monolithe au pied duquel on aurait dû camper !

A l’embranchement de Smitt Rock, ça se corse un peu. Il y a d’abord deux ruisseaux bien boueux à franchir dans lesquels je finis par atterrir avec mes gros sabots. Me voilà avec les pieds au frais !

Le parcours devient plus varié, plus ludique, plus difficile mais la vue est plus dégagée et les paysages sont encore plus beaux !






Yes ! Le sentier arrive maintenant au bord du canyon. Devant nous, la quatrième gorge et au milieu de la rivière, le fameux Smitt Rock !

Le rocher nous évoque un peu Steamboat Rock dans Dinosaur NM (UT-USA).



Descendre jusqu’au pied du rocher n’apporterait sans doute rien de plus. Nous décidons par conséquent de nous arrêter là pour le pique-nique… tout en profitant de la vue plongeante sur la gorge.



Quelques pas de plus nous amènent à un petit bassin bien rafraîchissant… avant le retour sous la chaleur de l’après-midi !



Heureusement des citernes d’eau installées çà et là (eau non potable) et l’ombre bienfaisante des palmiers et des eucalyptus permettent de récupérer régulièrement.



Un dernier détour par un point de vue… et par les pelouses du Visitor Center nous valent deux belles rencontres : cette femelle kangourou (avec la poche pleine ?) et ce Méliphage à oreillons bleus (Entomyzon cyanotis).






Une super journée et une sacrée randonnée : départ 9 heures, retour 17 heures, huit heures arrêts compris pour environ 400 mètres de dénivelé. Nous craignions d’avoir beaucoup de monde un dimanche, or il n’y avait absolument personne sur notre itinéraire, seulement une poignée de randonneurs sur les premiers circuits courts !

Pour finir la journée en beauté, le Lonely Planet nous indique que le meilleur restaurant de Katherine est le Katie’s Bistro. Le dimanche, c’est le jour du buffet : c’est parfait et d’un très bon rapport qualité/prix !

Deuxième nuit à Katherine.


Vers le Kimberley, pays des baobabs >>

<< Gunlom Falls & Pools

Accueil