Un EOS 350d + Trépied


Accueil        Matériel       Outils     Observations     Liens Utiles    Galerie

Test de l'outil avec un APN sur trépied

Pour vous initier à l’observation astronomique et à la surveillance grand champ avec mon outil d'observation, il n’est pas nécessaire de posséder un matériel très sophistiqué. Un appareille réflexe numérique avec un objectif de 50 à 200mm monté en parallèle sur un petit télescope  à monture motorisé permet de faire des observations de variables et  la surveillance de nova.

Encore plus simple :

Pour faire un test, j’ai utilisé un simple EOS 350 D avec l’objectif d’origine EFS 18 – 55mm monté sur un  trépied.

 

Les paramètres pour ce test :

  • Mode RAW : obligatoire
  • ISO : 1600
  • Temps de pose : 10’’
  • Nombre de pose sur Cassiopée : 36 poses soit 360’’
  • Nombre de darks : 21
  • Nombre d’offset : 40
  • Nombre de flat : 31
  • Focale : 52mm
  • Ouverture : 5.6
  • Mise au point manuelle : FWHM proche 4 pixels

La mise au point reste le plus difficile avec ce type d’objectif. On remarque que ces objectifs bien que de qualité par rapport à d’autres appareilles ne sont pas forcément à la hauteur pour faire des images bien piquées. Avec une ouverture à 5.6, on ne remarque pas la déformation type coma en bordure de champ. Une optique fixe avec une plus grande ouverture serait bien meilleure.

Dans ce test bien que le temps équivalent ne soit de que de 60’, j’obtiens une magnitude limite de 9.7 avec plus de 3600 étoiles sur le champ. Sur cette constellation et avec la qualité de mise au point obtenue je pourrais pousser à 18 x 20’’ les poses pour gagner une demi-magnitude. L’APN monté en parallèle sur un télescope, je peu gagner une magnitude en faisant 4 poses de 60’’. Dans  ce cas, il faudra réduire à 400 iso pour une meilleure dynamique.

Acces à l'image FIT

La réduction astrométrique :

J’ai utilisé le catalogue Sky2000 recommandé par Christian Buil pour faire la réduction astrométrique du champ. Les autres catalogues ne donnent pas un bon résultat car ils sont complètement à coté de la plaque (sans jeu de mot) pour la reconnaissance des étoiles sur un champ très large.

 

Les résultats :

12 variables longues périodes sont identifiées sur le champ, une treizième n’est pas mesurable car trop proches d’une compagne pour être correctement évaluée.

 

Extrait des résultats