Comprendre

La Saint-Martin : de quoi s'agit-il et pourquoi nous la fêtons?

La fête de la Saint-Martin, traditionnellement fêtée le 11 novembre selon le calendrier romain catholique, est souvent célébrée en soirée par un défilé de lanternes animée de chants. En guise de préparation, on aura pris soin de confectionner une lanterne en y mettant un lampion et de pratiquer les chants. Cette lanterne deviendra le symbole de la lumière intérieure appelée à s’intensifier avec l’approche de l’hiver.

Dans notre contexte contemporain, la communauté de Trille des Bois reconnaît l’aspect rassembleur de cet événement plutôt que ses origines religieuses. De plus, cette situation se situe en même temps que d'autres fêtes tant culturelles que religieuses, ayant la même intention et touchant à certains des mêmes thèmes:

  • Elle coïncide avec la période précédant la plus longue soirée de l'année, le solstice hivernal.
  • La lune de la Gelée qui arrive en novembre est célébré par plusieurs Premières Nations. C’est la période où les eaux sacrées commencent à se couvrir de glace. C’est la saison où la création ralentie et débute son sommeil profond pour la saison d’hiver. Cette lune nous rappelle de ralentir et de se reposer pour que la guérison fasse partie de notre vie.
  • Chez les Romains de l'Antiquité on honorait le soleil naissant, le Sol Invictus, à peu près à cette période de l'année.
  • La fête hindoue et sikh de la lumière, marquant aussi un changement de saison, s'appelle la Diwali.
  • Dans la tradition juive, on allume des bougies dans les fenêtres et les portiques lors de la Hanouka pour une période de 8 jours, partageant ainsi la lumière avec les passants.
  • Ce sont les bouddhistes qui miroitent la volonté de l'illumination et de l'éveil de soi durant la Bhodi en éclairant une statuette du Bouddha sous un figuier.
  • Autour de ce temps de l'année, dans de nombreuses cultures musulmanes, on dégustera un repas chaud et festif à la Mawlid, date de naissance du prophète Mahomet.

Pour nos enfants, l'important est de reconnaître qu'au moment où la lumière extérieure s’atténue, nous sommes appelés à faire jaillir en nous une lumière, humanisée par la chaleur humaine et le don de soi. Cette générosité peut être illustrée par le geste de Martin de Tours, un légionnaire romain en Gaule, qui partagea sa cape avec un mendiant qui avait froid.

Le conte « L'argent du ciel » des Frères Grimm illustre la générosité.