Communauté de Paroisses du Quatelbach

Bienvenue sur le site de la Communauté de Paroisses du Quatelbach,

regroupant les paroisses de Illzach, Modenheim, Sausheim, Baldersheim et Battentheim

Retrouvez-nous égalament sur notre page FB : https://www.facebook.com/cp.quatelbach/

RDV sur le page CONFINEMENT pour avoir des nouvelles des uns et des autres.


Message aux paroissiens ...

restons en lien ...

Nous voici au 2ème jour de confinement, et pour certains, cela peut déjà paraître long.

15 jours nous sont annoncés, mais est-ce que cela sera suffisant ?

Restons en lien … avec les plus fragiles

Notamment avec les plus âgés d’entre nous, ceux qui ne sont pas connectés.

Si la visite n’est pas possible, il y a toujours le téléphone.

Peut-être serait-il aussi bon de voir avec les personnes qui n’ont pas la possibilité de se procurer ou d’imprimer l’attestation de déplacement (voir PJ)

afin de leur transmettre ce document. Vous en connaissez sûrement.

Restons en lien … spirituellement

Comme cela avait déjà été annoncé dans mon précédent mail,

chaque matin à 8h30 je vous invite à vous unir dans la prière

en lien avec l’office des laudes l’eucharistie que je célèbre pour vous.

Dans mesure du possible, les cloches sonneront dans nos églises,

ainsi que le dimanche à 10h (en lien avec les paroisses du diocèse)

Parmi toutes les propositions déjà évoquées,

il y aussi celle de Radio Maria : https://www.radiomaria.fr/

Ou encore, cette Neuvaine de solidarité contre l’épidémie coronavirus

https://priere.retraitedanslaville.org/neuvaine-solidarite-coronavirus/

Pour réfléchir à l’évangile de ce dimanche,

je vous propose la fiche Saveurs d’Évangile (voir PJ)

Restons en lien … avec le diocèse

Vous en avez l’habitude, dans notre Communauté de Paroisses, chaque vendredi de Carême

est une journée de jeûne, de prière et de partage.

Nous pouvons poursuivre cette habitude

et nous aurons ainsi aucun mal à rejoindre la proposition de notre archevêque :

Restons en lien … avec les soignants

Vous avez sûrement entendu parlé de cette initiative :

Tous à vos balcons et fenêtres à 20h00 pour applaudir les médecins, infirmières, tous le personnel hospitalier, pompiers, …

et les encourager et les soutenir dans leur mission et leur combat.

Mais n’oublions, le meilleur moyen de les aider, c’est de RESTER CHEZ SOI …

Il y a aussi l'initiative des évêques pour le 25 mars, fête de l'Annonciation ...

Restons en lien … avec les moyens modernes

Beaucoup d’outils modernes de communication permettent de garder du lien.

Voilà aussi une bonne occasion de les découvrir.

Comme par exemple les groupes sur WhatsApp (pas de compte, juste un n° de téléphone) ou Messenger.

À l’échelle de notre Communauté de Paroisses du Quatelbach,

je vous propose une expérience de partage de notre vécu quotidien,

partage de photos d’activités, de livres lus, de films visionnés.

Pour cela je vous invite à vous rendre dans un espace (gratuit, sans pub, mais juste une inscription)

en contactant la paroisse : cure@quatelbach.fr

Je suis sûr que nous avons beaucoup de chose à nous dire,

et que cela pourra nous détendre un peu …

Aussi, je vous encourage vivement à vous joindre cet espace,

même si ce n’est que pour regarder

Cordialement,

P. Eric++, votre curé

Premier message à mes chers Alsaciens pour le temps de l’épidémie

A la différence de douleurs qui n’atteignent qu’un seul membre mais que nous partageons par la solidarité unissant les membres d’un même corps, aujourd’hui nous sommes tous atteints.

Je songe à cette fable de Jean de La Fontaine « Les animaux malades de la peste » : « Ils n’en mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » Maintenant ou demain, nous serons tous frappés en notre chair, dans notre famille, à travers les difficultés de l’entreprise etc.

Si certains passent entre les gouttes, ce sera miracle… et, j’ose croire qu’ils n’en seront que plus sensibles à la souffrance des autres.

Tenez-bon ! Courage ! Même le pire a une fin. Mais beaucoup d’entre nous vont trouver le temps de l’épidémie long voire extrêmement long, dans l’attente exaspérée que reprenne la vie normale.

Leur patience sera mise à rude épreuve pour des raisons opposées, que je signale afin que nous portions ceux qui sont plus que les autres sous le joug de la durée, la lenteur d’un temps qui n’en finit pas. Regardons-les.

Ceux qui ruinent leur santé en travaillant trop pour nous : le personnel soignant avant tout, lui qui arrive déjà à saturation. Mais aussi les policiers et militaires qui vont assurer l’ordre et nous éviter le pire (Imaginons une attaque terroriste d’ampleur avec un groupe armé attaquant un hôpital. Ce serait une tragédie innommable).

Sur-occupés habituellement, comment les uns et les autres vont-ils tenir le coup ? Certainement beaucoup d’autres catégories de personnes rejoignent les soignants et les forces de l’ordre, par exemple nos chers pompiers toujours disponibles.

Ceux qui dépriment en travaillant trop peu et qui n’auront même plus ce minimum de vie sociale que leur fournissaient les commerces, les marchés et les messes : ces personnes seules à qui on ajoute le confinement à la solitude.

Ces chefs d’entreprises qui voient leur activité fondre et qui songent à tout arrêter.

Ces jeunes qui perdent leurs espoirs de réussites scolaires malgré les propositions des établissements scolaires ou universitaires.

Sûrement, là encore, j’oublie beaucoup de monde.

A ceux-là, à ceux qui sont rudement éprouvés, je propose l’aide de l’Église. Nous ne ferons pas de miracle mais à nous tous nous sommes une extraordinaire force d’amour.

Et pour être à la hauteur des appels lancés par les hommes nos frères, je me permets de fixer aujourd’hui notre attention sur trois points très concrets :

La discipline personnelle.

Puisque nous sommes disciples du Christ, nous avons l’habitude de la discipline divine ! Or, comme le disent saint Paul (Rm 13) et saint Pierre (1P 2), Dieu parle et passe par les autorités politiques et judiciaires car Il est la source de leur autorité.

Nous devons donc vivre les consignes et recommandations données avec zèle et foi. Sans rechigner mais avec la conscience d’être disciples du Seigneur en exécutant les ordres.

Par cette obéissance, nous avançons spirituellement. Non seulement la raison mais aussi la piété nous pressent d’être disciplinés. Jusqu’aux moindres détails. Soyons ponctuels dans notre obéissance.

La solitude terrible.

Certes le Carême est un temps de désert et le désert est souvent caractérisé par la solitude. Tant mieux si nous pouvons trouver un peu de calme ces prochaines semaines. Mais je pense aux gens seuls déjà accablés par la solitude avant l’épidémie.

Solitude éprouvante, hier. Solitude angoissante aujourd’hui. Solitude mortelle demain.

Nous pouvons réagir ensemble à partir de la demande instante que je vous fais : que chaque catholique s’engage à un contact journalier avec deux personnes seules qu’il connaît. Il n’y a pas que les grands vieillards à être seuls.

Un coup de téléphone, une communication vidéo, un SMS pour prendre et donner des nouvelles, proposer une aide etc. Nous sommes très nombreux et peu de personnes passeront dans les mailles du filet de notre charité.

L’Eucharistie spirituelle.

Plus de messes publiques ne veut pas dire plus de messes du tout. Les prêtres ne cessent pas de dire la messe, chaque jour, en particulier pour le peuple qui leur est confié.

A chacun de s’unir à cette incomparable source de vie chrétienne. Comment ? Bien entendu il y a les moyens de communications : la messe télévisée, radiodiffusée, numérisée. Mais il y a aussi la communion spirituelle.

Elle n’est pas une nouveauté. Des chrétiens vivent sans possibilité d’aller à la messe pendant de longs mois (par exemple en Amazonie, nous a rappelé le pape François). Unissons nos cœurs à l’heure de la messe ! Les cloches sonnent toujours…

N’oublions pas l’Eucharistie !

Entretenons la mémoire de la messe ! Dans ce sens, je vous laisse deux belles citations de Madeleine Delbrêl : « Vivons-nous chaque confession, chaque communion comme des gens qui ne sauraient pas quand ils pourraient à nouveau se confesser ; à nouveau communier ? » (L’éblouie de Dieu, Nouvelle Cité, 2020, p. 118)

Et encore : « Toute cette intensité de charité poussée jusqu’au bout n’est pas encore la bout de la charité de Jésus dans l’Eucharistie car il est une présence au monde entier. Il est le véritable Adorateur, le Distributeur comblé, revêtu de toute grâce, comblé de tous les dons de la source de vie. C’est là que nous pourrons apprendre cette vie d’intimité avec le monde entier. Chacun de nous doit être, à l’exemple de Jésus, l’adorateur unique pour le monde entier, car si notre cœur est livré à l’Eucharistie, il est présent à tous les cœurs humains… Alors devrait s’éveiller en nous la pitié pour les autres à travers le cœur de Jésus. » (L’éblouie de Dieu, Nouvelle cité, 2020, p. 114-115)

Amitiés fraternelles à tous dans le Seigneur !

17 mars 2020

+ Luc Ravel, Archevêque de Strasbourg


grain de sénevé

La paroisse St Jean-Baptiste d'Illzach vient d'atteindre le niveau "Grain de sénevé" (1er niveau) du label EGLISE VERTE pour son engagement pour le soin de la création.

https://www.egliseverte.org

Des paroissiens à la UNE

clic-droit pour ouvrir les images en grand

Une nouvelle page est née sur notre site.

Elle concerne le chantier de transformation pastorale et missionnaire.

Vous y trouverez toutes les actualités du projet.

Il y a actuellement (au 9 janvier 2020) 32 personnes dans la barque Tibériade.

Allez vous inscrire sur la page dédiée

SOLiDarité

Une opération "cent pour un" a été mise en place au profit d'une famille de paroissiens.

Plus de renseignements sur la page solidarité du site

Formation biblique

Le Centre Porte Haute se délocalise dans notre communauté de paroisses.

Alors n'hésitez pas à répondre à cette proposition.

Plus de détail avec un clic droit sur l'image, ou alors à cette adresse : https://urlz.fr/aohG pour trouver le tract d'inscription.

En cliquant sur la bannière, retrouvez la lettre mensuelle d'information de avril du CPH.

La communauté de paroisses est l ‘espace habituel où la vie de l’Église est appelée à se déployer dans toutes ses dimensions : célébrer, servir la vie des hommes, annoncer l’Évangile.

Son défi est celui de l’unité dans la diversité, de l’ouverture aux autres, du respect des spécificités et des différences.

Ainsi apparaît un nouveau visage de l’Église. C’est une Église qui fait appel à la responsabilité de tous les baptisés.

La communauté de paroisses est un groupement pastoral formé de plusieurs paroisses. Le curé a la charge pastorale. Une Équipe d’ Animation Pastorale (E.A.P.) formée de 4 à 7 membres (ordonnés et laïcs) participe à l’exercice de la charge pastorale.

La communauté est dotée également d’un Conseil Pastoral, celui-ci désigne en son sein les membres du bureau ainsi qu’un (e) animateur (trice) et un (e) secrétaire. Le bureau est chargé de convoquer le conseil pastoral et de l’animer. La mission du conseil pastoral est d’analyser, discuter, prendre des initiatives de faire des propositions.


Historique

En septembre 2003, les paroisses de Baldersheim et Battenheim n'ayant plus de curés, sont rattachées à la paroisse d'Illzach. Depuis plus de deux ans, le Diocèse a mis en route le chantier de regroupement des paroisses.

Le 22 octobre 2003, nos cinq conseils pastoraux se réunissent pour étudier les différentes étapes à franchir pour réaliser leur regroupement en une communauté. L'objectif est "de garder la proximité en respectant la spécificité de chaque paroisse, et de préparer la mise en place de relais pour établir les liens locaux nécessaires à notre union." Il fut procéder à l'inventaire des activités réalisées en commun et de celles particulières à chaque paroisses. Comment travailler en communauté?

Le 30 novembre 2003 eut lieu , en l'église St Bernard de Modenheim, le 1ère cérémonie liturgique rassemblant les cinq paroisses, pour montrer clairement la démarche qui était entreprise. "Oser prendre le large en communauté!"

Le 13 février 2004, réunion pour élaborer le nouveau conseil pastoral. "Nous sommes tous appelés, adultes et jeunes, à entrer dans un dialogue vital par lequel nos questions humaines s'ouvrent à la révélation de Dieu."

Le 1er juin 2004, 1ère réunion du nouveau Conseil Pastoral (CP) et nomination du conseil.

Le 30 janvier 2005, lancement officiel de la Communauté de Paroisses par Mgr KRATZ, marqué par une journée de rencontres, d'échanges, de dialogues et de divertissements dans la salle de l'ACL à Sausheim. Au cours de la cérémonie eucharistique, en l'église St Laurent, eut lieu la présentation du Conseil Pastoral et son envoi officiel en Mission. "Chacun doit s'efforcer de voir plus loin que son clocher. Il est important que davantage de personnes se sentent concernées et acceptent de prendre leur part à telle ou telle activité, propositions ou initiatives qui sont lancées." (Mgr Kratz)

La reconnaissance officielle de notre communauté aura lieu le dimanche 11 décembre 2005

Diocèse de Strasbourg

Zone Pastorale de Mulhouse