Communauté de Paroisses du Quatelbach

Bienvenue sur le site de la Communauté de Paroisses du Quatelbach,

regroupant les paroisses de Illzach, Modenheim, Sausheim, Baldersheim et Battentheim

Retrouvez-nous égalament sur notre page FB : https://www.facebook.com/cp.quatelbach/

ATTENTION aux horaires d'ouverture du secrétariat (voir page contact)

A vous de composer une phrase avec l'ensemble de ses mots
(qui peuvent être sous forme d'adjectif)

Décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans les territoires sortis de l'état d'urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé


Article 1

I. - Afin de ralentir la propagation du virus, les mesures d'hygiène définies en annexe 1 au présent décret et de distanciation sociale, incluant la distanciation physique d'au moins un mètre entre deux personnes, dites « barrières », définies au niveau national, doivent être observées en tout lieu et en toute circonstance.

II. - Les rassemblements, réunions, activités, accueils et déplacements ainsi que l'usage des moyens de transports qui ne sont pas interdits en vertu du présent décret sont organisés en veillant au strict respect de ces mesures.


Article 47

I. - Les établissements de culte relevant du type V défini par le règlement pris en application de l'article R. 123-12 du code de la construction et de l'habitation sont autorisés à recevoir du public dans le respect des dispositions qui leur sont applicables et dans des conditions de nature à permettre le respect des dispositions de l'article 1er.

Toutefois, les personnes appartenant à un même foyer ou venant ensemble dans la limite de dix personnes ne sont pas tenues de respecter une distanciation physique d'un mètre entre elles dans ces établissements.

II. - Toute personne de onze ans ou plus qui accède ou demeure dans ces établissements porte un masque de protection.

L'obligation du port du masque ne fait pas obstacle à ce que celui-ci soit momentanément retiré pour l'accomplissement des rites qui le nécessitent.

III. - Le gestionnaire du lieu de culte s'assure à tout moment, et en particulier lors de l'entrée et de la sortie de l'édifice, du respect des dispositions mentionnées au présent article.

IV. - Le préfet de département peut, après mise en demeure restée sans suite, interdire l'accueil du public dans les établissements de culte si les conditions de leur organisation ainsi que les contrôles mis en place ne sont pas de nature à garantir le respect des dispositions mentionnées au présent article.


ANNEXE 1

I. - Les mesures d'hygiène sont les suivantes :

- se laver régulièrement les mains à l'eau et au savon (dont l'accès doit être facilité avec mise à disposition de serviettes à usage unique) ou par une friction hydro-alcoolique ;

- se couvrir systématiquement le nez et la bouche en toussant ou éternuant dans son coude ;

- se moucher dans un mouchoir à usage unique à éliminer immédiatement dans une poubelle ;

- éviter de se toucher le visage, en particulier le nez, la bouche et les yeux.

Les masques doivent être portés systématiquement par tous dès lors que les règles de distanciation physique ne peuvent être garanties.

II. - L'obligation de porter un masque de protection mentionnée au présent décret s'applique aux personnes de onze ans ou plus.

Corps & Sang du Christ | 14 juin 2020

Le déconfinement … un nouvel Exode ?

Pour évoquer l’Eucharistie, il faut immanquablement se référer à la fête de Pâque, la nuit du Jeudi Saint. Mais cette dernière Cène s’enracine également dans la Pâque juive dont ne pouvons faire abstraction. Car notre Pâque chrétienne est aussi une libération dont nous faisons mémoire à travers le Corps et le Sang du Christ.

Cette Pâque juive nous la retrouvons donc tout naturellement dans la première lecture et plus particulièrement dans le don de la manne, ce pain venu du ciel, alors que les Hébreux viennent de quitter l’Égypte et entame un temps d’Exode à travers le désert et ses pièges : faim, serpents, scorpions, nostalgie de l’Egypte.

Mais aujourd'hui, en cette période de déconfinement, ne sommes-nous pas - nous aussi - comme en Exode ? Nous avons quitté un monde dit ancien ou d’avant, nous attendons un nouveau monde, ou celui d’après, mais en attendant nous errons dans un monde fait d’incertitudes, de gel, de masque et de distanciation.

Cet Exode, nous le vivons après avoir traversé à pied sec 56 jours de confinement. 56 jours où le temps s’est comme figé, immobilisé. Nous les avons traversés, non pas entre des murailles d’eau à droite et à gauche, mais entre 4 murs, ceux de nos maisons et appartements.

À peine avions-nous posé le pied de l’autre côté, que la mer rentra dans son lit, que le temps recommença à s’écouler et à défiler, et nous voilà repris dans le tourbillon de la vie, dans un rythme que nous ne choisissons plus, que nous ne maitrisons plus.

Depuis le 11 mai, nous avons appris à revivre, avec un peu plus liberté, mais avec peut-être de la crainte, de l’angoisse face à un autre qui représente un danger potentiel. Alors, nous avançons à petits pas, progressivement, par étape, dont une nouvelle sera peut-être annoncée ce soir alors que celui qui nous guide va prendre la parole … sans avoir gravit l’Horeb – comme Moïse - mais sans doute porteur de tables pour une nouvelle alliance.

Nous voyons en effet que le jour d’après, n’est pas un retour au jour d’avant. Tout n’est de loin pas rentré dans l’ordre, et nous ne savons pas quand nous retrouverons un semblant de normalité. Est-ce après 40 semaines, 40 mois, 40 années d’Exode comme les Hébreux ? Mais alors, qu’est-ce que cela voudra dire « normal » alors que le monde d’après était annoncé comme un monde nouveau et différent, car nous aurions appris.

Nous voyons que les effets seront durables, profonds voire violents, notamment au niveau social et économique. Aussi, tels les Hébreux dans le désert, la nostalgie des oignons et de la viande d’Égypte nous guette nous aussi. Dans ces conditions, sommes-nous prêts au changement ? De quoi cette crise viendra-t-elle finalement nous libérer ? Quelle est donc cette ’’terre promise’’ qui nous attends ou que nous attendons ? Une terre qui sera à conquérir, qui demandera encore des luttes, et qui ne sera atteinte qu’en traversant une seconde fois les eaux à pied sec.

Dans le désert, le peuple avait faim. Dieu lui envoya des cailles et la fameuse manne. À la sortie du confinement, les catholiques avaient faim, faim de pain, faim d’Eucharistie. Pendant près de deux mois, vous avez expérimenté que ’’ l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur. ’’ Privés d’eucharistie, vous avez, j’espère, retrouvé le goût de la Parole Dieu.

En cette sortie du confinement et de jeûne, le calendrier liturgique nous donne de célébrer le Corps et le Sang du Christ, l’occasion de retrouver le sens de l’Eucharistie. Un sens que nous donne le discours de Jésus sur le Pain de Vie dans l’Évangile de Jean. Mais aussi un sens que nous donne Paul dans la seconde lecture : ’’ Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps. ’’

Ce qui est tout aussi important que l’hostie Corps du Christ, c’est le Corps-Eglise que nous formons en participant à l’eucharistie. Durant le confinement, vous avez assisté à l’eucharistie, vous étiez spectateur. En vous installant dans un banc, même à 1m de distance du voisin, vous devenez acteur et construisez le Corps du Christ, une Communauté de croyants nourris de la Parole, du Pain et du Service du Prochain.

Le Corps spirituel a probablement tenu bon, grâce à la Communion des Saints que nous avons vécue et expérimentée, mais le Corps physique de notre Communauté a sûrement subi quelques dommages, puisque nos rassemblements ne réunissent pas encore tout le monde.

C’est donc à la vitalité, à l’activité et au dynamisme de ce Corps que nous devons travailler. Après ce temps de pause et d’immobilisme, il lui faut de la ré-éducation. Nous devons réapprendre certains gestes et comportements. Parmi ceux-ci, il y a notre chantier pastoral et missionnaire qui s’est figé à la veille d’une réunion où nous devions vous présenter la vision élaborée par l’équipe ad hoc. Cette vision est toujours là, et elle n’a rien perdu, ni de son actualité, ni de sa pertinence.

Les conditions actuelles ne nous permettent pas encore de vous rassembler en grand nombre pour vous la présenter et pour vous faire réagir, dans la suite de la démarche synodale que nous avions mis en œuvre pour l’élaborer. Mais pour vous mettre l’eau à la bouche, j’essaierai de vous en parler un peu dans les prochains temps pour vous la faire découvrir, sans la dévoiler, mais en vous rendant peut-être impatients et en piquant votre curiosité.

En tout état de cause, la barque de notre chantier a quitté la cale-sèche du confinement, et elle est à nouveau à flot. Et c’est au Corps que nous formons, à l’équipage que nous sommes de la conduire au large. C’est pourquoi, je vais conclure avec la prière de notre chantier …

Dieu Notre Père, et Père de tous les hommes Ton Fils Unique Jésus-Christ ressuscité d’entre les morts a confié à Ses disciples le mandat d’« aller et de faire de toutes les nations des disciples».(Mt 28,19)

Tu nous rappelles que par le baptême nous participons tous à la mission de l’Église. Par les dons de Ton Esprit-Saint, accorde-nous la grâce d’être des témoins de l’Évangile, courageux et ardents, pour que la mission confiée à l’Église, encore bien loin d’être réalisée, puisse trouver des expressions nouvelles et efficaces qui apportent au monde la vie, la joie et la lumière.

Nous te confions tout particulièrement notre chantier de transformation pastorale et missionnaire de notre Communauté de Paroisses du Quatelbach. Donne-nous le courage et l’audace d’avancer « au large », de quitter le rivage de nos habitudes et de nos sécurités, de prendre le risque de l’innovation et de la créativité, car nous savons que c’est Toi qui nous conduis et que « si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain » (Psaume 126,1)

Aide-nous à faire en sorte que tout homme puisse découvrir un jour ton visage d’amour et de miséricorde par la rencontre avec ton Fils, Jésus le Christ. Amen.

Eric Maier+

grain de sénevé

La paroisse St Jean-Baptiste d'Illzach vient d'atteindre le niveau "Grain de sénevé" (1er niveau) du label EGLISE VERTE pour son engagement pour le soin de la création.

https://www.egliseverte.org

Des paroissiens à la UNE

clic-droit pour ouvrir les images en grand

SOLiDarité

Une opération "cent pour un" a été mise en place au profit d'une famille de paroissiens.

Plus de renseignements sur la page solidarité du site

En cliquant sur la bannière, retrouvez la lettre mensuelle d'information de avril du CPH.

La communauté de paroisses est l ‘espace habituel où la vie de l’Église est appelée à se déployer dans toutes ses dimensions : célébrer, servir la vie des hommes, annoncer l’Évangile.

Son défi est celui de l’unité dans la diversité, de l’ouverture aux autres, du respect des spécificités et des différences.

Ainsi apparaît un nouveau visage de l’Église. C’est une Église qui fait appel à la responsabilité de tous les baptisés.

La communauté de paroisses est un groupement pastoral formé de plusieurs paroisses. Le curé a la charge pastorale. Une Équipe d’ Animation Pastorale (E.A.P.) formée de 4 à 7 membres (ordonnés et laïcs) participe à l’exercice de la charge pastorale.

La communauté est dotée également d’un Conseil Pastoral, celui-ci désigne en son sein les membres du bureau ainsi qu’un (e) animateur (trice) et un (e) secrétaire. Le bureau est chargé de convoquer le conseil pastoral et de l’animer. La mission du conseil pastoral est d’analyser, discuter, prendre des initiatives de faire des propositions.


Historique

En septembre 2003, les paroisses de Baldersheim et Battenheim n'ayant plus de curés, sont rattachées à la paroisse d'Illzach. Depuis plus de deux ans, le Diocèse a mis en route le chantier de regroupement des paroisses.

Le 22 octobre 2003, nos cinq conseils pastoraux se réunissent pour étudier les différentes étapes à franchir pour réaliser leur regroupement en une communauté. L'objectif est "de garder la proximité en respectant la spécificité de chaque paroisse, et de préparer la mise en place de relais pour établir les liens locaux nécessaires à notre union." Il fut procéder à l'inventaire des activités réalisées en commun et de celles particulières à chaque paroisses. Comment travailler en communauté?

Le 30 novembre 2003 eut lieu , en l'église St Bernard de Modenheim, le 1ère cérémonie liturgique rassemblant les cinq paroisses, pour montrer clairement la démarche qui était entreprise. "Oser prendre le large en communauté!"

Le 13 février 2004, réunion pour élaborer le nouveau conseil pastoral. "Nous sommes tous appelés, adultes et jeunes, à entrer dans un dialogue vital par lequel nos questions humaines s'ouvrent à la révélation de Dieu."

Le 1er juin 2004, 1ère réunion du nouveau Conseil Pastoral (CP) et nomination du conseil.

Le 30 janvier 2005, lancement officiel de la Communauté de Paroisses par Mgr KRATZ, marqué par une journée de rencontres, d'échanges, de dialogues et de divertissements dans la salle de l'ACL à Sausheim. Au cours de la cérémonie eucharistique, en l'église St Laurent, eut lieu la présentation du Conseil Pastoral et son envoi officiel en Mission. "Chacun doit s'efforcer de voir plus loin que son clocher. Il est important que davantage de personnes se sentent concernées et acceptent de prendre leur part à telle ou telle activité, propositions ou initiatives qui sont lancées." (Mgr Kratz)

La reconnaissance officielle de notre communauté aura lieu le dimanche 11 décembre 2005

Diocèse de Strasbourg

Zone Pastorale de Mulhouse