Accueil‎ > ‎

Le Mobilier Religieux au XIXè


Jean Marie Valentin
Archives historiques de Rennes.
•    Sa vie...


Fils d’un maître menuisier ébéniste, Jean-Marie Valentin a été remarqué pour son adresse à dessiner et sculpter dans l’atelier de son père.
Jean-Marie Valentin est né à Bourg-des-Comptes (35) en 1823. Il a été l’élève de Jourgeon et Barré à Rennes, de Rude et Lanno à Paris. 
Après ses études dans la capitale, il s’orientera vers le mobilier religieux. Aussi : « l’artiste aurait puisé le secret de son art dans sa foi ». Il a dessiné et sculpté des autels, des chaires et des grands personnages dans ses ateliers de Rennes et de Paris. Il a travaillé également avec des architectes. En 1888, il a reçu  un prix honorable pour le monument funéraire de Saint Yves à Tréguier (22).
Hélas, beaucoup de ses œuvres ont disparu, soit par la modernisation des édifices, soit par les bombardements de la seconde guerre mondiale.
L’artiste se faisait aider par son jeune frère Antoine qui exécutait les ornements.
Vers 1920, Paul Valentin, fils du statuaire, a réalisé un travail de mémoire sur la vie et l’œuvre de son père. Ce dossier, valeur d’archives, est conservé précieusement par ses enfants et petits enfants.
Article paru dans le journal de Rennes le 13 aout 1896
 
« Le samedi 8 août mourait dans la rue Stanislas à Paris, un homme dont le talent fait honneur à la Bretagne et dont la statue devra trouver place dans le Panthéon Breton, si ce grandiose projet aboutit jamais.
Mr Valentin naquit à Bourg des Comptes en 1823. Il fut un sculpteur chrétien qui, comme ses ancêtres du moyen age, sut imprimer les œuvres dont il a rempli, je ne saurai dire combien d’églises, le sceau de l’art et de la foi. C’est, dans l’église Notre Dame de Rennes, la statue de Mr Aubrée; dans l’église de la Guerche, celle de Mr Fouré. Ailleurs, ce sont des autels ou des chaires, comme dans la cathédrale de Dol de Bretagne, dans les églises de Saint Servan, de Dinard, de Bain, etc...
Qui ne connait l’incomparable tombeau de Saint Yves, ce chef d’œuvre de la cathédrale de Tréguier (22), qui suffirait, à lui seul, à placer Mr Valentin au premier rang des artistes du 19e siècle?
C’est encore à son ciseau si délicat que l’église métropolitaine de Rennes et l’église de Bourg des Comptes doivent les statues si fidèles, si vivantes, du regretté cardinal Saint Marc, son concitoyen.
Monsieur Valentin est mort à la tache, en ciselant la statue de Monseigneur Gonindard, archevêque de Rennes. Pieux, modeste, aimable, il a imité jusqu’à la mort, le regretté prélat. Grâce à Dieu, le modèle est terminé; il est au moulage; et, dans quelques temps, nous pourrons admirer, dans notre cathédrale, le dernier chef d’œuvre de Mr Valentin, achevé par ses fils, auxquels il a laissé, avec son ardente foi, le secret de son art.
Que sa famille désolée veuille bien croire à notre sincère douleur, que partageront tous les artistes,
tous les Bretons, tous les amis de l’art chrétien »             
                        CR                    


        
       
Antoine Louis VALENTIN

Antoine Louis VALENTIN
  est né à Bruz (35) en 1784. Il se marie à Bourg des Comptes (35) en 1813 à Anne Garçon, s’installe comme Maître menuisier dans cette commune. En 1831, Il réalise le maître autel de la petite église de Saint Ganton: en effet, le 10 avril 1831, après les vêpres, le Conseil de Fabrique a approuvé le marché de 1312 francs pour la réalisation de ce mobilier de style néo classique.
Il a aussi exécuté le maître autel de l’église de Saint Malo de Phily (disparu). Antoine et Anne ont créé une grande famille: Jean Marie Valentin étant le septième enfant.


                                                                                                           
                                                         Maître autel de l'église de Saint Ganton (35)


ART ET PIÉTÉ
Jean Marie VALENTIN
est né le 17 octobre 1823 à bourg des Comptes (35). Dans l’atelier de son père, il aime d
essiner et sculpter, c’est ainsi qu’il se fait remarquer par un notable: Monsieur Garon s’intéresse au jeune artiste. En 1841, ce dernier l’inscrit à l’ École Municipale de Dessin et Sculpture à Rennes (devenue École Régionale des Beaux Arts en 1881).
Les Maîtres: Briand et Jourgeon pour le dessin et Barré pour la sculpture incitent le bon élève à continuer dans cette voie.
En 1845, Valentin obtient une bourse de la ville de Rennes (Monsieur Pontgérard était le Maire). C’est ainsi que le jeune étudiant ira à Paris où il rencontrera François Lanno avant de fréquenter les ateliers de François Rude.


Portrait réalisé par Léon Brune vers 1870


Paul VALENTIN

Paul VALENTIN est né à Rennes au 9 ruelle Pinsonnette le 26 août 1871. C’était un des jeunes enfants de Jean Marie et Marie Joseph son épouse. Il était très doué pour le dessin à la plume, la peinture et classé expert en photographie, très à la mode à cette époque.
Il était employé de commerce à la maison Vaugeois et Binois: fabrique de vêtements sacerdotaux et passementeries pour dames.
Vers 1920, il rassemble les archives de son Père Jean Marie et écrit un mémoire agrémenté de dessins et photos d’œuvres.





Aperçu du mémoire écrit par Paul Valentin vers 1920

Saint Servan sur Mer: Église Sainte Croix

C’est dans son atelier rue Haute à Rennes que l’artiste réalisera sa première grande œuvre: la chaire offerte par l’Empereur Napoléon III lors de son passage en Bretagne. Le Curé Huchet a dit à sa Majesté: « Nous avons une belle église, mais elle est vide ».
Jean Marie Valentin se faisait aider dans sa tâche par son jeune frère Antoine qui exécutait surtout les ornements. C’est pourquoi, la chaire est signée » Valentin Frères, Architectes et sculpteurs ».

                                                                                                                                                                                                                                           Haut de la chaire (Saint Servan)         

Rennes

Cathédrale Saint Pierre. Le magnifique Chemin de Croix en bas relief présente les personnages en grandeurs naturelles: vers 1875.







Saint Servan en Saint Malo

Église Sainte Croix: les treize statues de la nef (croquis) ont été réalisées en 1863: dont une Mère des Douleurs, un Ecce Homo, Un Saint Jean l’Evangéliste, un Saint François de Salles, une Sainte Cécile, Un Saint Étienne, un Saint Godefroy, une Sainte Barbe, et dans le chœur: un Aaron, un Melchisédech et deux anges.
Un remarquable groupe de l’Assomption est éclairé par un effet de lumière des plus heureux.




Plélan le Grand, Goven, Saint Thual

Église de Plélan le Grand: le maître autel date de1858, les deux autels latéraux: 1859, dont trois bas reliefs, huit statues.
Église de Goven: le maître autel date de 1855, et aussi les autels Saint Jacques 1856 et de la Sainte Vierge 1858.
Église de Saint Thual: maître autel 1876 et aussi les autels latéraux 1874.



Maitre autel: goven

Œuvres remarquables

Quelques œuvres ont été remarquées au cimetière de Chavagne: la Piéta (1877), à la Chapelle du collège Saint Martin à Rennes: Saint Martin partage son manteau, à l’église Saint Germain Rennes: l’autel latéral nord (1862) détail, au Minihic sur Rance: le groupe de l’Assomption (1867).



Rennes: Chapelle Saint Martin

Saint Malo, Vitré, la Guerche de Bretagne

Cathédrale Saint Vincent de Saint Malo: tombeau du curé Huchet a été exécuté en 1878, dans le journal Malouin et Dinannais, il est note: « l’importance et la beauté du monument dépendra de la générosité des souscriptions ». Une remarque: l’œuvre est inversée par rapport au modèle.
Église Notre Dame de Vitré: le tombeau du curé date de 1881, les trois statues en pierre blanche sont du même auteur.
Collégiale Notre Dame de la Guerche: monument de Messire Fourré. En 1879, un architecte fut appelé et était d’avis de faire une statue couchée. Un projet de statue à genoux que présenta Jean Marie Valentin lui fut préféré et exécuté.


                                                                                                                            Mr Huchet: Saint Malo

Dinard

La chaire a été inaugurée le deux septembre 1877 par le sermon de l’Abbé Launay, vicaire de Notre Dame de Rennes.
Le maître autel a été achevé en septembre 1866. Monsieur l’Abbé Pocquet de Haut Jussé a écrit en 1984: « Le Christ n’est pas un condamné pitoyable mais reste majestueux. Marie est debout, douloureuse mais digne, ainsi que Saint Jean. Seule Marie Madeleine s’est laissée tomber à genoux ».
 Lors des bombardements américains sur la ville en août 1944, la chaire a été détruite tandis que le maître autel, très abîmé, a été déposé au bas de l’église

  



Maître autel endommagé lors des bombardements en août 1944.

                                                        
Dol de Bretagne

La cathédrale Saint Samson renferme quatre autels latéraux: autel Saint Gildium (1873), autel du Sacré Cœur (1874), autel Saint Michel (1876), et celui du Crucifix (1876) ainsi que les statues.






Divers

Pour la Basilique de Sainte Anne d’Auray, J.M. Valentin a réalisé l’autel sud ainsi que les bustes de Sainte Elisabeth et de Saint Jean.
Après l’apparition de Notre Dame de Pontmain en 1871, l’artiste a réalisé le croquis et sculpté la Sainte Femme, mais celle ci ne se trouve pas au village.
Sainte Madeleine a été exposée au salon des artistes français en 1889. Ne sachant pas où se trouve cette statue, une question se pose: J.M. Valentin avait peu de travail et aurait peut être créé ce monument uniquement pour le présenté au salon?


Autel sainte Élisabeth: Saint Anne d'Auray (56)

Œuvres disparues

Saint Jouan des Guérêts, l’artiste a réalisé l’autel latéral sud 1884 et aussi la chaire en 1880: cette dernière a disparue.
Versailles (78): le maître autel de la chapelle Saint Jean Eudes a disparu.
Renazé (53): une église moderne remplace l’ancienne, c’est ainsi que l’autel latéral du Saint Rosaire avec ses deux bas reliefs et statues ont disparu.



                                                                                                          autel disparu: Versailles

Rennes

Église Notre Dame: statue du Curé Joseph Meslé: 1873, signée Valentin Frères. Deux statues sur la tour: Saint Pierre et Saint Amand.








Bourg des Comptes

La paroisse natale de Jean Marie Valentin est aussi celle de son modèle: le Cardinal Brossay Saint Marc. Un monument en marbre blanc a été élevé dans l’église et a été inauguré le 19 septembre 1881 par l’Abbé Quérard, secrétaire de l’Archevêché de Rennes.





Rennes

Cathédrale Saint Pierre: le Cardinal Brossay Saint Marc.
Avec l’arrivée de la République au pouvoir, commença une véritable guerre de religion vers 1879.
Vers 1881, les commandes se firent de plus en plus rares, c’est ainsi que J.M. Valentin alla s’installer à Paris en 1883.
Sa première grande œuvre: le monument du Cardinal Brossay Saint Marc a été réalisé en marbre blanc dans son nouvel atelier situé 81 Bd Montparnasse.




Ce monument a été exposé au salon des Artistes français en 1883.




Caen

Saint Jean Eudes est né à Ri en Normandie le 14 novembre 1625. Le 25 mars 1643, il fonda avec quelques prêtres le Congrégation de Marie et de Jésus (Eudistes).
Autrefois l’église s’appelait Sainte Catherine des Arts. Depuis 1802, elle porte le nom de Notre Dame de Gloriette.


                                                       Maquette de Saint Jean Eudes: chez les Petites Sœurs des Pauvres


Tréguier (22)

En 1794, le sabre et la pioche des vandales ont détruit le tombeau de Saint Yves dans la belle cathédrale Saint Tugdual de Tréguier.
Cependant, le Pardon de Saint Yves n’était jamais tombé dans l’oubli. A maintes reprises, les pèlerins venaient invoquer le Grand Saint. Ils étaient couverts de poussières, épuisés et priaient en silence. A cet ardent amour, il fallait un monument.






Cathédrale Saint Pierre: Rennes

Il a fallu bien des mois avant que le monument représentant Monseigneur Gonindard soit commandé. L’artiste était impatient car il avait gardé son atelier 81 Bd Montparnasse uniquement pour créer cette dernière œuvre.
Jean Marie Valentin était déjà affaibli par la maladie et c’est d’une main tremblante qu’il écrit le 17 mars 1896: » je vous avoue, Monsieur le Grand Vicaire, que je suis à bout de patience et je crois que l’on attende encore des mois et des mois... ». Enfin le tombeau est commandé quelques jours plus tard.
L’artiste a réalisé la maquette avant de mourir le 8 août 1896 et ce sont ses fils qui ont sculpté le monument funéraire du Prélat. Sa fille Marie s’occupait du secrétariat et de la gestion.


Notre Dame de Pontmain (53)


L’artiste a dessiné et sculpté cette statue mais celle-ci ne se trouve pas au village de l’apparition de la Vierge. Afin de la reconnaitre, il est nécessaire de bien regarder la position de ses mains.






Sainte Madeleine

Le sculpteur a dessiné et sculpté ce monument, celui-ci a été exposé au salon des artistes français en 1889. Aujourd’hui, nous ne savons pas où se trouve cette œuvre. D’ailleurs, nous ne connaissons guère sa vie et ses réalisations dans la Capitale.
                                                                      Sainte Madeleine a été exposé au salon des Artistes français en 1889



Le monument de Saint Yves à Tréguier (22)


L’artiste J-M Valentin a exécuté le monument de saint Yves (gisant) dans son atelier 81 boulevard de Montparnasse. L’œuvre a été présentée au salon des artistes français en 1888, il a reçu une médaille d’honneur. Il a aussi sculpté sept statues du sarcophage. La maquette (plâtre) est exposée au musée Saint Nicolas à Vitré.


https://sites.google.com/site/generationvalentinfr/articles-de-presse

 

https://sites.google.com/site/generationvalentinfr/articles-de-presse/liste-des-tableaux


https://www.facebook.com/GENERATION.VALENTIN



 Quelques œuvres et archives en Ille et Vilaine.                                                           

Chaire de Bain de Bretagne










Chaire de Bain de Bretagne





















Ancienne église Saint Laurent à Rennes a été bombardée le 2 août 1944.

Les œuvres de Jean Marie Valentin ont été détruites:

Trois grandes statues, deux bas reliefs et deux statuettes.















archives municipales de Rennes





Église Notre Dame en Saint Melaine

Une statue de la Vierge et deux anges au Maître Autel ont disparus lors du bombardement du 3 août 1944.










archives municipales de Rennes






Bain de Bretagne: détail du Maître Autel





















Maître Autel : Saint Thual




























Forges la Forêt: Maître Autel
























Le Minihic sur rance: groupe de l'Assomption


























Montreiul le Gast




















Notre Dame de Pontmain.(53)

L’Artiste a dessiné et sculpté la statue, celle ci n'est pas localisée à ce jour.



(La peinture sur papier canson a été trouvée dans une déchetterie)


















Saint Servan: Église Sainte Croix

L’Assomption























Église Saint Germain Rennes











Aperçu des tableaux
 




Tous droits réservés

Comments