Consultant Conférencier

Sur des problématiques liées à l'autisme / Diplômé BBA ESSEC

Ces vidéos sont volontairement non référencées sur Youtube. Elles ne sont disponibles qu'à partir de ce site

Il est important de préciser par rapport à cette troisième vidéo que certaines tâches ardues pour la plupart peuvent être plus aisées pour nous, et inversement.

1ère minute 1ère vidéo : présentation personnelle.

Reste : sujets traités et perspectives abordées en intervention

Point important : le diagnostic a été une délivrance dans mon cas, mais ce n'est pas forcément une généralité. Il ne faut par ailleurs pas toujours tout remettre sur le dos de l'autisme. Il ne définit pas l'identité de la personne en tant que telle.

  • Consultant régulier pour une série télévision à venir (sur M6) dont le personnage principal est Asperger
  • Animateur occasionnel de l'émission radio "Asperger Café" sur Idf 98.00 pour l'Association Asperger Amitié
  • Membre du Conseil d'orientation stratégique (COS) du Centre de Ressources autisme d'Ile-de-France (CRAIF)
  • Membre actif du PAARI (Personnes Autistes pour une Autodétermination Responsable et Innovante ) présidé par Stéphanie Bonnot-Briey (Stef)
  • Travail sur une Plaquette des étudiant(e)s avec le syndrome d'Asperger (avec Nicole Damaggio, Leka et Gérard Viens) - Cette plaquette est un guide d'ordre général, pas un manuel à utiliser au pied de la lettre
  • Conceptualisation et développement d'un Jeu-vidéo indépendant Infasia pour commercialisation vers 2020-2021


Je m’appelle Thomas PONCELET, suis personne autiste et diplômé de l'école de commerce ESSEC.

Initialement peu capable de suivre des études en faculté ou en BTS après mon BAC, c'est en passant le concours Sésame avec succès que j'ai pu obtenir mon diplôme dans les 10% meilleurs étudiants de promotion du programme Bachelor de l'ESSEC.

Cela n’a pu se faire qu’en apprenant à gérer les difficultés liées à mon syndrome d’Asperger, mais aussi à puiser dans ses forces et en développant des stratégies de compensation.

Intervenant dans un premier temps à titre bénévole dans l'enceinte de l’ESSEC pendant mes années de scolarité, j’ai notamment coordonné des semaines de sensibilisation au handicap. J’ai eu l’occasion d’y inviter Josef Schovanec en 2014 et 2015 et y suis moi-même intervenant depuis 2016.

Je suis également porte-parole de l'Association Asperger Amitié depuis Novembre 2017.

J’exerce donc à ce jour en tant que consultant conférencier à temps partiel sur des thématiques diverses en lien avec l’autisme. Une vocation à sensibiliser de manière légère afin de montrer ce handicap sous un nouveau jour, et en évitant soigneusement de tomber dans la culpabilisation ou le pathos. L’idée est de parler d’un aspect de cette différence trop souvent ignoré, sous-estimé ou parfois au contraire sur-estimé : l’autisme sans déficience intellectuelle.

Les sujets qui me semblent essentiels à aborder sont :

  • L'auto-détermination et l'expertise d'usage : Chacun a sa pierre à apporter à l'édifice. L'éducateur, le chercheur, le médecin, le psychologue,... c'est le rassemblement de toutes ces fonctions et visions diverses qui permet une vision globale sur la situation et les problématiques en lien avec l'autisme. Le rôle de la personne autiste (ou handicapée) est tout aussi crucial et demeure parfois sous-estimé / sous-traité. Il est difficile d'être pertinent quand on parle d'autisme sans personnes autistes capables de rationaliser leur mode de fonctionnement, ou capables de parler de vécu concret.
  • Le TSA comme grille de lecture : Certaines personnes autistes ont des troubles spécifiques, là où des personnes porteuses d'un autre handicap en auraient des distincts. Il est important de parler des différents types de handicap, mais de faire attention à ces "cases" qui peuvent parfois nous pousser, inconsciemment, à tout mettre dessus, ou à ne voir la personne qu'à travers ce spectre. Parler de TSA est une grille de lecture très intéressante et pertinente, qui permet de comprendre certains comportements et de déculpabiliser sur ce que l'on est. Cette détermination n'est en aucun cas absolue. Il serait d'ailleurs très rare qu'une personne désignée n'ait des troubles QUE autistiques (même si elle peut avoir un fonctionnement relevant principalement d'un TSA) : cela fonctionne d'ailleurs pour tout handicap psychique. Prendre du recul sur cette "grille" est très important pour éviter de tomber dans la généralisation, ou même pour éviter les erreurs de jugements.
  • La modération : Sans doute le plus important. Le militantisme est un pas vers la reconnaissance, mais il est à prendre avec du recul. Le militantisme exacerbé est, à mes yeux, encore plus contre-productif que ceux qui ne veulent pas entendre parler du handicap ou de la différence. Il discrédite de belles choses faites à côté, et peut créer une résistance dans le monde non-autiste qui n'avait peut-être pas lieu d'être à l'origine. L'idée est de collaborer, comprendre le point de vue de chacun, voir comment s'imbriquer dans les projets à plusieurs (personnes autistes, comme non-autistes). Il ne s'agit en aucun cas d'une guerre à mener contre la société : la guerre ne sera jamais une passerelle vers la collaboration.

Je tiens à préciser que je n’entends pas parler au nom de toutes les personnes autistes ni me prétendre un expert dans des sujets précis tels que ceux relevant de questions politico-juridiques ou encore de l’ordre d’expertises médicales par exemple. J'ai cependant appris à voir mon handicap sous un nouvel œil et à parvenir parfois à changer le regard de ceux qui m'ont rencontré sur la question.

A travers mon vécu, ma connaissance de moi-même et des autres, ma capacité et volonté de prendre en compte et rationaliser le raisonnement autiste mais aussi neurotypique (non autiste), avec une petite dose d'autodérision, je cherche à représenter et faire découvrir une facette cachée de l'autisme : celle qui semble invisible, qui intrigue... sans pour autant l'idéaliser.

La question des parcours scolaires et professionnels des personnes autistes, mais aussi la place entière de la différence dans la société m’apparaissent importantes. L'idée n'est pas d'idéaliser l'autisme, ni de la rendre pathétique : nous avons chacun nos forces et nos faiblesses et nous avons surtout tous beaucoup à apprendre les uns des autres.

A ce titre, n’hésitez pas à me contacter pour des interventions :

Contact : thomasponceletsigma@gmail.com

Rencontre Presse avec la Secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel, et la Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Frédérique Vidal