Je suis né à Strasbourg le 12 juin 1969. Je reçois une machine à écrire à l’âge de 10 ans. J’écris un roman de science-fiction sur la plage à 15 ans. À 21 ans, j’apprends la guitare basse et co-écris une dizaine de chansons au sein d’un groupe de new wave qui s’est produit quelque temps dans les bars strasbourgeois. À 23 ans, j’auto-édite mon premier roman L’enfant du chien. Je tiens un journal jusqu’à l’âge de 25 ans, et décide de l’interrompre à la page 2000.

À 27 ans, je monte à Paris où les Éditions du Seuil publient Touché ! en 1999. Deux ans plus tard, mon second roman On part paraît chez Zéro Heure, ainsi que le poème en prose Autofille dans La Revue des ressources. En 2002, les Éditions Nicolas Philippe publient La vie triée. Entretien dans le magazine Lire. En marge de l’écriture, j’approfondis mon intérêt pour la peinture et le dessin. Exutoires salutaires, ces travaux autodidactes ont été assimilés à de l’art brut, une galériste de Lausanne saluant leur singularité.

En 2003, je quitte Paris pour la Bourgogne. Mon quatrième roman Otto le puceau paraît chez Florent Massot et je suis cité dans la postface de Contre la littérature facile, un pamphlet réédité aux Mille-Et-Une-Nuits. Un de mes dessins fait la couverture des Nottingham French Studies, la revue Passage d’encres publie ma nouvelle Élevés à Sein accompagnée d’un dessin inédit, tandis qu'un autre dessin est exposé dans ses locaux. En 2004, je suis invité aux Rendez-vous du livre de la ville de Mons. Un an plus tard, la revue La Sœur de l’ange publie ma nouvelle L’homme au cruchon. Je poursuis mes explorations plastiques, en particulier la fresque nuancé, en 2012 les Éditions l’Une & l’Autre publient Pépère.

Fin 2014, je me prépare à cheminer vers Saint-Jacques de Compostelle. Je vends quelques toiles afin d’aider à financer ces dix semaines de marche, un périple de 1900 kilomètres entre mai et juillet 2015. J’écris le récit Planète pèlerin et déménage en Occitanie, je renoue avec la Discothèque idéale dont les prémices remontent à 2011 et où j’exprime ma passion pour la musique à travers des notules. Discrètement oulipien, l’exercice offre une pratique distanciée de l’écriture, je travaille à sa refonte et elle sera remise en ligne prochainement.

En 2018, après avoir été un temps envisagé par un grand éditeur pour mon roman Le présent, j'ouvre une galerie virtuellemon univers est apprécié. J’écris le roman Cléa mais il ne trouve pas preneur, je réalise une série de dessins intitulée Toi et finalise Le Monolithe, un collage en volume constituant la dernière étape de ma fresque autobiographique. En 2020 je pose mes valises dans les Pyrénées-Atlantiques, je mets temporairement en ligne Cléa et donne la parole à mes lecteurs. Début 2021, je termine l’écriture d'un roman actuellement en lecture chez les éditeurs.