Un festival d'initiatives
à ne pas perdre

Et maintenant...

MANIFESTE

« Depuis les premiers jours du confinement j’ai été émerveillé par la créativité liturgique, catéchétique, fraternelle, caritative des paroisses, des communautés et des mouvements, du diocèse et d’ailleurs. Beaucoup, en dehors de l’Eglise mais aussi parfois en son sein, l’imaginaient et l’affirmaient à bout de souffle, incapable de se renouveler, déconnectée du monde tel qu’il change. La réalité a pris le contrepied de ces diagnostics et ces pronostics sévères et pessimistes. Créativité ne rima pas nécessairement avec performance technologique. Beaucoup d’initiatives ont été prises avec des moyens très simples et très concrets : une chaîne téléphonique, l’ouverture d’un jardin, la décoration d’une façade, la distribution de dessins ou de méditations écrites.

Mais il est vrai que le numérique a eu la part belle durant le confinement, trop belle peut-être penseront certains. Le numérique comme la langue d’Esope, est sans doute la meilleure et la pire des choses. Il y a eu dans certaines retransmissions au service de la prière quelque chose de la richesse des icônes, qui ouvrent un chemin visible vers la communion invisible toujours essentielle et première. Mais le risque de tomber dans l’idolâtrie de la technologie elle-même et de la mise en scène de soi qu’elle peut encourager n’est pas nul. Nous aurons à réfléchir de manière approfondie à tout cela dans les temps qui viennent, en savourant en tout cas la joie de la « présence réelle », des personnes comme du Christ, qui est la condition par excellence de l’épanouissement de notre humanité.

Il faut ajouter que si le confinement a suscité de belles innovations, il a aussi engendré ou révélé de nouvelles formes de souffrances et de pauvreté auxquelles nous aurons à être durablement attentifs pour que de nouvelles diaconies viennent y répandre le baume de l’Esprit.

Aujourd’hui et demain, nous avons à vivre sous le signe de la créativité et de la nouveauté . Le monde change si vite que nous ne pouvons pas nous contenter de continuer à faire sérieusement ce que nous accomplissons déjà, même de très bien. »
(Mgr Matthieu Rougé, Un grand vent de liberté, extrait de la Lettre pastorale du 1er juin 2020).

Le confinement que nous venons de traverser a mis en lumière des dysfonctionnements mais aussi des potentialités nouvelles de notre vie personnelle et collective, dans tous les domaines : vie de prière, vie conjugale, familiale, amicale, intellectuelle, professionnelle, culturelle, politique, associative, caritative…

Voilà pourquoi, il vous est proposé de réfléchir seul, en famille ou entre amis, dans vos communautés paroissiales ou dans les mouvements ou associations auxquels vous appartenez, à ce que vous souhaitez continuer de vivre autrement. L’enquête ci-dessous pourrait fournir les éléments nécessaire à la publication d’un livre blanc qui contiendrait des repères pour un nouvel art de vivre.

Mgr Matthieu Rougé

Evêque de Nanterre