Bruno Rives

BIENVENUE SUR LE SITE PERSONNEL DE BRUNO RIVES !

1er septembre 2017, 5:33PM, Hillsborough, Californie, Terre - 37° 34' 27" N / 122° 22' 41" W

En recherche de donateurs/mécènes pour Musuro, nouvelles technologies pour l'autisme et les troubles cognitifs, avec 60$ on soulage les angoisses d'une adolescente en classe, avec un peu plus celles d'un début d'Alzheimer, par exemple; d'une structure pour héberger Pietro Bembo; d'aventuriers des nouveaux mondes numériques pour développer ou reprendre Tebaldo.

Pour plus d'information, voir la section sites pro plus bas, ou par mail bruno.m.rives @ gmail.com.


AMBITIONS

  • Personnelle: l'autre
  • Professionnelle: créer, rétablir, entretenir le lien avec l'autre, grâce aux nouvelles technologies


ETUDES

J'étais destiné à la mise en scène de cinéma. Dès 12 ans, je tournais mes premiers films. Le plus connu reste sans conteste Enlèvement au Château de Versailles, dont seul le début de la première scène a vu le jour. L'actrice principale, magnifique, Caroline de la Boulaye, décida de quitter le plateau après mon insistance pour tomber une dixième fois. Espérant protéger sa peau de mouton, d'un blanc immaculé, de la boue d'une pluie récente, elle évitait que le haut de son corps ne touche le sol, rendant mon futur chef-d'œuvre grotesque.

Une démarche mal entreprise lors de l'inscription à la Fémis mit fin à mon rêve. Mon père souleva la délicate question des mathématiques et de la physique au concours sous les yeux d'une secrétaire au nombril découvert. Elle me lança des oeillades prononcées, et, sans un regard pour mon géniteur, elle répondit: "non, rien de tout cela, nous vérifions seulement", clin d'œil, "les qualités artistiques de nos jeunes", clin d'œil. Fini terminé, je fus orienté vers la voie que je considérais la pire, l'économie. Dire qu'une inscription en ligne m'aurait sauvé!

La piste se révéla bénéfique, grâce au DESS économétrie et informatique, que je suivis suite au conseil salvateur, c'est rien de le dire, d'un bon ami. Son directeur, Maurice Desplas, mettait un point d'honneur à se faire rencontrer universitaires et entrepreneurs fiers de leur parcours. J'y ai appris les rudiments de la programmation, discipline des disciplines, du marketing et du boniment. Cela déclencha des revenus réguliers et quelquefois mahousses, et des rencontres exceptionnelles. Fort de ce bagage, j'ai pénétré l'univers sans limites des nouvelles technologies, sous la forme de machines hexadécimales, puis d'ordinateurs, le plus fantastique d'entre eux étant l'Apple II, puis de l'objet d'art qui a changé ma vie, comme celle de centaines de millions de personnes, le Macintosh. J'eus le privilège d'être l'un des directeurs produits d'Apple, de 81 à 86.

Mes études générales ont été émaillées de "petits" incidents, comme l'organisation d'une manifestation pacifique, en 4e, pour faire mettre à la porte un surveillant général. Elle échoua. Les forces de l'ordre chargèrent, enfin me chargèrent, car je ne m'étais pas assuré que la foule de mes disciples suivait. Direction la pension. Je fus repêché par les mathématiques et l'humour. Nul en allemand, par exemple, j'avais appris par cœur les premiers vers de la Loreleï, je les récite encore, et par je ne sais quel subterfuge, l'inspectrice proposa que je choisisse mon texte. Mimant l'hésitation, je jetai mon dévolu sur le préféré, et les larmes faillirent couler devant tant de beauté. Je conclus l'université in extremis grâce aux options de cinéma, une année de tournage sur les champs de course, avec la cinémathèque Chaillot comme école; de sport, boxe française, de mémoire, je ne l'ai en fait jamais pratiquée; et bien entendu, grâce enfin à la découverte de la machine. Elle me transporta, elle me transporte toujours.


PARCOURS PROFESSIONNEL

Comme pour tout bon Japonais, ma formation professionnelle m'a été dispensée dans l'entreprise/famille. Moi, ce fût en premier lieu Apple. J'y reçus les enseignements de Steve Jobs, alchimie technologie, design, marque, et stratégie Apple, la première fois en 82 à 27 ans, nous avions le même âge, à plusieurs reprises par la suite. Puis, les laboratoires de la région d'Osaka, avec Minoru Asada, dès 2003, sur la robotique cognitive développementale; dans des entités que je ne peux nommer, avec Dominique Beau, sur tant de sujets, le dernier en date intellect et âme, mais aussi sur la méthodologie temps réel pour anticiper l'impact des innovations de rupture; chez CLM/BBDO, par Fanny Vielajus, sur la marque; enfin, à la maison par l'entremise de mon père, d'Akio Morita sur la stratégie de Sony à 25 ans, en 1975. Elle s'est vérifiée!

Après cinq années passées chez Apple, quelques structures et activités dans le numérique auxquelles le projet des Apple Store mit fin, il y a prescription, tant mieux pour eux, puis une expérience de publicitaire nouveaux médias en future-ex filiale de CLM/BBDO et de CKS, j'ai créé en 2001 Tebaldo, un observatoire stratégique sur les tendances et usages des nouvelles technologies. J'ai adapté pour la détection de disruptions une méthode américano japonaise unique, créé le premier livre/reader électronique digne de ce nom, à base d'encre électronique, pour le Groupe Les Echos, Citroën et SFR, doté d'un format de documents de mon invention, mais fortement inspiré d'HyperCard, du génial Bill Atkinson, et une plate-forme minimaliste de robotique cognitive, encore en cours de R&D, Téo.

Nous y avons instauré des Rencontres, des laboratoires d'usage (le plus fameux, visité du monde entier, le Labo BnF), des blogs et micro blogs sur les outils collaboratifs, iMode, Apple, le papier électronique, les robots/agents de nouvelle génération, les grandes innovations et la santé, Twitter pour dirigeantes(ts), l'AR/VR/Deep Learning, la marque et les machines. Nous nous sommes amusé à imaginer le Festival International des Pléiades, compétition de petits bijoux diffusés simultanément en salle dans le monde entier, pour comprendre la révolution du cinéma à l'ère du tout numérique, et parce que je n'ai cessé d'adorer le cinéma. La fiction en apprend plus que la vie.

J'ai assuré pendant deux ans la R&D et le marketing stratégique de Lirobia, structure que j'ai co-créée pour fabriquer une preuve de concept de robotique apprenant, Pio. Elle n'est pas passée au stade d'industrialisation, mais a permis au Groupe la Poste d'être lauréat 2014 du Concours mondial d'innovation 2030, organisé par la BPI. J'attends toujours la récompense promise par leurs équipes, elle ne saurait tarder.

En 2013, j'ai initié en marge de Tebaldo une nouvelle activité passionnante autour de l'autisme et des désordres cognitifs, AVC, burn out, bi polarité, deni de naissance, Alzheimer, etc., Musuro, qui pourrait se transformer en fondation, nous verrons. Son ouverture est prévue le premier octobre 2017. Je souhaite y consacrer l'essentiel de mon temps.

J'accompagne en auditeur libre un projet passionnant de détection des échanges verbaux entre nourrisson et entourage, dont on sait qu'en dépendent les futures capacités en sémantique et mathématique.


EDITION

Coté écriture, en 1997, mon premier ouvrage, Internet et la Pub, fut interdit in extrémis de sortie. L'un de ses chapitres « Internet, les Femmes et le Lavoir », qui anticipait l'arrivée des réseaux sociaux et leurs bénéfiques échanges, avait été pris pour une apologie du machisme. Ma critique du retard de la France sur le très haut débit n'avait pas été non plus trop appréciée par un éditeur 400% rive gauche. Elle était non seulement fondée, mais ses conséquence désastreuses pour l'éducation, la recherche et la santé, s'en ressentent 20 ans après. Rien n'a changé de ce point de vue là, c'est même pire.

J'avais entrepris Jeunesse éternelle mais pas trop, pour promouvoir la télé prévention et les bonnes habitudes alimentaires, une version avait même commencé à circuler, mais après les premiers avis, je crois bien qu'il ne sortira jamais.

Ma première docufiction Aldo Manuzio, passions et secret d'un Vénitien de génie, porte sur l'invention du livre moderne en 1501 par ce héros de Steve Jobs, d'Alan Kay et de tous les philosophes, les vrais, à la fois amoureux du savoir et technologues. Je prépare deux autres ouvrages, Autisme et nouvelles technologies, et Steve Jobs, Portrait d'un humaniste de caractère.


SANTE

Je faste tous les jours 16 heures, en prenant soin, du fait d'un léger trouble de type épileptique, de mixer à haute vitesse thé ou café du matin avec du gras de coco. C'est de plus délicieux. J'essaye de marcher 10 000 pas par jour, je circule à vélo, je pratique deux fois par semaine un sport qui déchire les muscles, pour qu'ils se régénèrent. Je nage et danse, par passion. J'ai fait un burn out sévère mi 2013, l'un des déclencheurs étant mon incapacité d'alors à réaliser rapidement une partie de mon patrimoine, augmentant par une pression financière insupportable un état de stress déjà trop élevé. S'en sont suivies 3 années de récupération, assez douloureuses, mais bénéfiques. Merci à celles et ceux qui n'ont pas fait demi-tour, mais je n'en veux pas aux autres, ce ne devait pas être évident. On m'a conseillé de réduire la pression, j'ai pris note: je travaille de 8 heures à 15 heures, avec des 20 minutes de répit, puis déjeuner de sortie de diète suivant des règles de nutrition excellentes, suivies de vacances ou loisir culturel. Chaque jour! N'est-ce pas génial? Je peux donner tout avis pour prévenir et accompagner dans ces domaines, si besoin est, et gare au burnout, lui ne prévient pas et commence tôt. Je dois désormais re générer quelques cellules grises et entretenir les autres (maths par l'image et coding), et éviter l'AVC. Un beau sujet d'étude.


ONE LAST THING

Je n'ai pas retenu les dernières leçons de ma coach de vie, j'aurais dû commencer par: que faites-vous? et, pour les plus proches, comment allez-vous? de quoi souhaiteriez-vous me parler? La ligne est ouverte à bruno.m.rives @ gmail.com. Bruno.m, car mon prénom est Bruno Marie.


A bientôt, en virtuel sans doute, mais en réel, ce serait mieux,

Bruno.


LIENS

SITES PRO


BLOGS


MICRO BLOGGING & RESEAUX SOCIAUX


OUVRAGES


ELLES(ILS) ONT CHANGE MA VIE

Jeannette Ducluzeau de Chabreuil, aux gènes anarchistes, laïcs, républicains, royalistes, religieux, subtilement répartis, pour m'avoir protégé de l'intellect assassin

Jean Rives, pour la preuve que tout être est fragile, poète, artiste, et pour la transmission de son savoir scientifique

Marie Boulant, pour son exigence de vie, sa foi en l'esprit; pour la bonne éducation qu'elle a donnée à trois enfants merveilleux et plus encore, et qu'elle distille aux tout petits

Eugénie, Jean-Baptiste et Jeanne Rives, les conquérants, ils savent ce que je leur dois, à eux et à leur moitié, pour leurs expérience et culture

Les tout petits, les deux premiers déjà m'en apprennent. Ils vont bientôt coder. Comme pour toutes les langues, il vaut mieux s'y mettre avant 5 ans, tant que les gyrus se développent.

Christine Géhin, pour m'avoir fait redevenir auteur de ma vie

Les 3 Zoé, femmes des îles, pour avoir complété mon éducation, fait devrais-je écrire

Johanna Hoffman, pour m'avoir adoubé dans le saint des saints, peuplé de gens inoubliables, entrainant passions personnelles et professionnelles sans fin

Haruko Tsujita, pour avoir partagé avec une subtilité toute japonaise, lire elle m'a enseigné, une autre approche du beau, de l'ergonomie, du design. Celle qui convient pour les hommes, mais aussi pour des machines faites d'atomes, et qui ont donc une âme.