L'aumônerie catholique de Cochin vous fait part du décès du P. François COUDURIER-CURVEUR à l'âge de 93 ans, survenu samedi 19 octobre 2019 au matin, à la maison de retraite Marie-Thérèse où il résidait depuis 2007.

Aumônier des hôpitaux Cochin et Saint-Vincent de Paul pendant une vingtaine d'années jusqu'en 2003, il a laissé le souvenir d'un homme et d'un pasteur très présent et disponible, tant auprès des patients qu'envers les membres du personnel dont les plus anciens se souviennent aujourd'hui encore de sa personnalité attachante.

Ses obsèques ont été célébrées mercredi 23 octobre à la chapelle de la Maison de retraite Marie-Thérèse (277 Bd Raspail 75014).

* * *

Ci-après, le témoignage d'une soignante lu lors des obsèques (qu'on peut aussi télécharger ici ):


Père François,


Vous laisserez à tous les soignants l’image d’un Grand Homme, un homme généreux, joyeux, dynamique et rempli d’espérance, un homme de Dieu

Vous arriviez dans les services de l’hôpital en saluant les cadres par « Salut ma reine mère ! », les soignantes par « Salut beauté fatale ! » et certain avaient l’honneur d’un « Salut la brebis égarée ! ».

Les brancardiers et les plus jeunes d’entre nous étaient boxé gentiment mais fermement et chacun se prêtait à ce geste affectueux et fraternel. Pour d’autres, c’était un coup de poing pour les absoudre de leurs péchés puisqu’ils n’allaient pas à la messe.

Vous connaissiez pratiquement tout le personnel de l’hôpital du directeur aux chefs de service en passant par les cadres, les soignants, les équipes de ménages, les services techniques, les personnels administratifs et tout le monde savait que vous étiez « le Père François ».

Vous aimiez rappeler que vous aviez été, je cite « serpillothérapeute » puisque vous aviez travaillé comme garçon de salle à l’hôpital Tenon.

Très à l’écoute des malades, mais aussi des personnels, vous étiez toujours disponible.

Vous avez su redonner à la Parole de Dieu un message humaniste compréhensible et admissible par tous. Vous avez marié beaucoup d’entre nous, et baptisé beaucoup de nos enfants.

Nous vous croisions chaque jour avec votre petit carnet noir dans lequel étaient consignées les visites que vous deviez faire. Vous aviez toujours le sourire et un mot gentil pour chacun.

Quand vous n’aviez pas vu quelqu’un depuis longtemps, vous lanciez « Ça fait longtemps ! Il faut que je parle de toi à mon Grand Patron ».

La chapelle de la porte Ricord, chapelle de l’hôpital, n’était jamais vide lors des messes de 16h00 sept jours sur sept.

Prenant rarement du temps pour vous, l’hôpital était votre vie. Vous acceptiez de vous en éloigner juste quelques jours en juillet pour aller voir votre grande tante.

Grâce à vous, Doriane, qui était infirmière en orthopédie a pu œuvrer à vos côtés à l’aumônerie par l’appel et la confiance que vous lui aviez fait. Elle vous remercie de ces neuf années passées avec vous auprès des malades, avec la grâce de Dieu.

Vous rassembliez, organisiez des pèlerinages à Lourdes, en Terre Sainte pour la plus grande joie de tous, n’hésitant pas à offrir une partie du voyage à ceux qui ne pouvaient pas payer.

Chaque année, un peu avant Noël, vous réunissiez les différents cultes lors des veillées œcuméniques faisant participer les personnels et demandant aux chefs de service d’écrire la prière universelle. Pour l’occasion, vous ne vous gêniez pas pour demander la sono d’un syndicat.

Le 4 octobre, jour de la saint François, vous arriviez avec un chariot rempli de caisses de vin de messe dont vous faisiez la distribution dans tous les services avec des paquets de gâteaux tout en nous bénissant les uns les autres au passage.

Merci Père François pour le pasteur que vous avez été pour tout le personnel, les malades et leurs familles.

Merci pour votre soutien, votre bienveillance et votre sourire.

Merci d’avoir permis à « la brebis égarée » de rejoindre le troupeau.

Merci de nous avoir fait vivre l’Evangile au quotidien dans notre milieu professionnel.

Que le Seigneur vous accueille auprès de lui et continuez à veillez sur nous.

Marie-Christine BERTIN