Bernard Husson , le sculpteur et l'atelier.

Ma toute récente réalisation.
                                                                        Ma toute récente réalisation.






Bernard Husson s'adonne à la sculpture en 1982, après sa découverte  du travail  de la pierre au sein des compagnons tailleurs. D'instinct, il s'exprime dans l'esprit de la  sculpture romane et crée son propre bestiaire dans lequel évoluent des personnages. Par la suite, il s'intéresse plus particulièrement aux drapés, aux liens, cordages et représentations plus abstraites.

Il travail également le bois et le fer et crée des assemblages ou supports  étroitement mêlés à ses sculptures.

Lauréat du Centre International d'Etudes Romanes (CIER) en 1985 pour sa sculpture du "Pèlerin de St Jacques de Compostelle"  exposée depuis dans le cloître de l'Abbaye Saint Philibert de Tournus.

    - Médaille de bronze (conseil général) Bourgogne Sud à Mont Saint Vincent en 1995.

    - 1er prix de l'académie "Jacques Boitiat" à Barbizon en 2003 pour sa sculpture "Ulysse".


    - Il participe à de nombreuses expositions de renommée internationale et certaines de ses
      sculptures sont visibles à son atelier. 


Outre la réalisation de ses propres œuvres dans des styles très différents, allant du roman
au contemporain le plus libéré, Bernard Husson exécute également des restaurations de sculptures anciennes sur pierre.

 
                                                               
                                                                     

 
                        ( Crédit photos : Jean luc Petit )                                                                                                                                              ( Crédit photos : Jean luc Petit )

            Bernard Husson : de la matière de corps à la forme d'idée.

           Ce qui vient d'abord, à peine dégagé de l'épaisseur matricielle de la pierre et avec les allures de
           chapiteaux romans
c'est le corps ramassé en lui-même, humain ou animal, et comme enfoui
           dans la profondeur et le silence de son 
recueillement. Une face émerge, une ébauche se déploie,               mais sans cesser d'adhérer à la masse entière dont elle participe et qui la retient. 
            
           C'est comme la parturition de l'être, promise à l'infinitude de l'éternité, sans volonté de 
           mouvement, sans désir d'individuation, sans projet en direction du monde,sans autre aspiration                   que la contemplation enclose et infuse.
            
           Comme nous l'avons appris des plus anciens maîtres sculpteurs du moyen âge, la vérité de l'être               n'appartient pas à l'identité, qui a partie liée avec la société et avec l'histoire, mais à l'intériorité,               tout entière tournée vers le divin.
            
           Bernard Husson à fait étape longuement sur cette voie. Il a mené de ce coté un travail d'expression
           qui évoque pour nous la quête des origines et l'approfondissement de la conscience du sacré.
                                                                              

                                                                                                                         ( Crédit photos : Jean luc Petit )