Uniformes en tous genres

Le costume de la noblesse polonaise

La noblesse polonaise (szlachta), du moins pour ses membres les plus fortunés (entre 1850 et 1939), avait son costume traditionnel hérité du XVIIème siècle, époque durant laquelle les hussards ailés du roi Jean Sobieski avaient délivré Vienne assiégée et défait la puissante armée ottomane.

C’est à partir de cette époque donc, que notre szlachta s’est mise à la mode orientale et que les caractéristiques du costume furent fixés jusqu’à nos jours, non seulement pour le folklore mais aussi avec la renaissance des valeurs polonaises d’avant la Seconde Guerre Mondiale.
 

     

Szlachcicy (nobles) en tenues traditionnelles

 
Composition du costume de la noblesse :
 
 

Żupan

Le Żupan est un vêtement de dessous, on le couvrait souvent d’un kontusz ou d’une delia. Il était très répandu, et porté quotidiennement. Sa caractéristique principale était le col bien haut, avec le devant orné d’un cordon de soie d’or.
 

 

 Kontusz

Le kontusz  est apparut dans la mode polonaise à peu près vers  1640. Il était porté quotidiennement . C’était le vêtement que l’on portait au dessus du Żupan. Sa couture particulière formait des plis réguliers sur le côté et grâce à son ampleur il était très commode. Depuis la ceinture jusqu’en bas, il avait une bande de couleur uniforme, ce qui donnait à la silhouette du noble de la majesté et du sérieux. Les kontusz étaient plutôt foncés, la mode était de coudre ces habits en velours, doublés de satin, le plus souvent de la même couleur que le Żupan ou d’une teinte assortie. D’autres couleurs à la mode étaient le rouge, le jaune et le vert tendre. Les kontusz cousus sans doublure, de couleur gris foncé, étaient aussi populaires.

En été, on les cousait de tissus légers, et en hiver on les doublait de peaux d’hermine ou de loup. Une des variantes du kontusz était le czechman, fermé jusqu’au cou avec de petits boutons et un col de velours.

 

 

 
Hajdawery , portki : ce sont des pantalons très larges et bouffants .
 
 

Delia

C'est un manteau, souvent doublé de peaux de renards et fermé par trois paires de ganses doubles. Il a la forme d'une pèlerine resserrée à la taille et s'élargissant vers le bas et avait souvent, des deux côtés, des coupures par lesquelles on passait les mains

 

Les chaussures, buty : elles avaient la forme de “semi bottes” à haut talon avec

ferrures, cousues le plus souvent de maroquin jaune ou rouge. Étaient populaires aussi les

bottes aux tiges molles, allant jusqu’aux genoux, dans lesquelles on mettait les pantalons. On

utilisait aussi des molletières, remplacées plus tard par les chausettes .

Pour les costumes de représentation on mettait des bottes de maroquin rouge ou jaune, et

quotidiennement, de couleur noire.

 
     
 
 

 

La ceinture , pas

La ceinture est l’accessoire qui termine le costume du noble. Elle est apparut en Pologne vers le milieu du XVIème siècle depuis la Turquie, la Perse, la Chine et l’Inde. On a d’abord utilisé les ceintures de soie ou de fil. Les ceintures turques étaient de différentes longueurs, le plus souvent de soie. La ceinture de base, nommée “mindelkowy” (du mot turc‘mendil’, mouchoir), fut la moins chère. Les riches ceintures étaient tissées de fils d’or ou d’argent, et brodées de motifs floraux. Au commencement, tous les types de ceintures avaient des motifs simples, sous forme de bordures transversales colorées. Bientôt ces motifs se virent diversifiés, formant des ornements ethniques, floraux ou animaliers. Les nobles portaient ces ceintures sur le kontusz, et les bourgeois pouvaient les porter seulement sur le zupan. Il y eut aussi les ceintures en métal avec des motifs gaufrés.

 

 

 

 

Kolpak : sans nul doute, la coiffe la plus populaire, le kolpak est un bonnet de fourrure, souvent fendu sur le devant. Les sénateurs, les riches magnats portaient des kołpaks de zibeline, y accrochant au dessus du front des pierres précieuses ou un panache de plumes de héron ou d’autruche.

 
     

 

 
 Karabela
 
C'est le sabre d'apparat de la noblesse, autrefois arme de guerre. Cette épée à lame courbe inspirée des armes ottomanes était utilisée aux XVIIIeme et XVIIIeme siècles.
Le pommeau représentait une tête d'aigle couronné (symbole de la Pologne).
 

  
     
 
   

Haut

Comments