Noël 2016, un CD et un cahier de danses : L'Atelier des Potes

A l’atelier des potes pas de despote, mais un melting pot’ qui dépote !

Ce CD très potable, est dédié à tous nos potes danseurs et animateurs d’ateliers. Il a été conçu pour que vous puissiez potasser ce pot-pourri de danses potagères qui sont la signature des Vironaires.

A l’atelier des Vironaires, pas de potiche potentielle ! Tout le monde danse et les grands potes rient des potins potaches. Pas de hip hop au tam (tam), mais de bons souvenirs pour tous nos potes âgés.

Retrouvez-nous à nos bals ! Nous, nous irons où nos potes iront !


Cliquez l'image pour voir la liste des morceaux. Voici un medley qui reprend tous les morceaux de l'album

Enregistré, mixé et masterisé par Arnaud Houpert (Studio U-Fly, "un violon sur le sable"...) ce CD est disponible dans nos bals et par correspondance  Bon de commande

Ce CD peut être accompagné du cahier de danses qui propose les explications et les partitions des 16 danses du disque.
Notez que ce cahier ne peut pas être acheté séparément.

 
 



Noël 2013 : Derrière chez moi...

La réalisation de ce CD a avant tout été motivée par les demandes des danseurs que nous rencontrons dans nos bals : il nous a été demandé de graver les danses estoniennes (Seejuva, Oiga, Aleksandra valss), les longs courriers et au moins une bourrée du Limousin, danse que nous n'avions jamais enregistrée.

Vous y trouverez les influences des différent(e)s musicien(ne)s du groupe : la période baroque et la musique ancienne, la musique classique, la pop et les musiques modernes. Nous avons voulu respecter les morceaux et ce qu'ils représentent pour nous, respecter le rythme qui est ce qui nous guide depuis toujours, et faire une musique pour vous et nous faire plaisir.

Cliquez l'image pour voir la liste des morceaux.


Enregistré et mijoté en studio, à la maison, ce CD est disponible dans nos bals et par correspondance. Voici un court medley qui reprend quelques morceaux de l'album


Montage photo : Pascale Tournu.

Bon de commande


Courrier des auditeurs :

Hugues Ducerisier dans Trad Mag : Revue de presse.

"Accordéons accordéonistes" : revue de presse ici.



2010 : Madeleine wants a fellow


Cliquez l'image pour voir la liste des morceaux.

Enregistré en "direct" (tous ensemble) les 27 et 28 mars 2010, ce CD est disponible dans nos bals et par correspondance. Nous avons choisi une technique d'enregistrement qui donne un résultat très proche de ce que vous entendez en bal, nous avons joué tous ensemble, sans métronome, laissant nos horloges internes faire le travail. Quelques petites imprécisions de jeu ont été laissées, nous avons favorisé l'élan musical et l'humanité de l'interprétation. Voici un court medley qui reprend quelques morceaux de l'album (format WMV Windows Audio).

   
 
Ce disque est en vente au magasin "CULTURA", zone des Montagnes à Angoulême, sinon vous pouvez nous le commander (lui et les autres !).

Voir la critique dans TRAD-MAG n° 135 (janv/fév. 2011) et dans Accordéons accordéonistes (septembre 2010).

Courrier des auditeurs :

Wim Poesen, compositeur de la valse à Madeleine qui a donné son titre au disque : Héél mooie cd, en Madeleine heel mooi gespeeld. Je gaat er op doedelzak heelgoed op vooruit. Volhouden zo! Mooie repertoirekeuze! Mochten jullie ooit eens een Vlaamse balgroep nodig hebben, .... We hebben in november in N-Frankrijk, in de buurt van Lille, een gans weekend stage voor doedelzak, trekzak en gitraar, plus we spelen daar het grootste deel van het bal. Alvast heel hartelijke groeten, en hopelijk tot gauw......

Jean-Seb (Deux-Sèvres) : Quelle jolie surprise aujourd'hui ! Le facteur a déposé "Madeleine wants a fellow". Au réveil de ma sieste je l'ai fait écouter à mes parents, et après j'ai continué à l'écouter 1, 2 ... euh .... 4 ah zut ! même avec les orteils j'ai pas assez de doigts pour compter le nombre de fois que je l'ai écouté. Et autant te dire que je n'ai pas non plus résisté à sortir la takamine pour chercher les accords. maintenant au bal tu pourras glisser sur une peau de banane je te remplacerai. [...] Merci encore à vous 7 pour ce moment de bonheur musical. Et retournez vite en studio, n'attendez pas 10 ans pour nous refaire un CD, car je déplore un peu de ne pas y avoir trouvé les airs yiddish que vous jouez parfois.

Ch. Crosland : Je l'ai écouté, le son est hyper bien et le contenu du CD également, du très très bon travail. La pochette est très bien.

Valérie, (Castres) : le pony express a livré votre nouveau cd... et je constate que votre musique joue plus vite que son ombre !! j'adoooore !
Les poules huppées, pour me laisser emporter les yeux fermés,
Kohaniska, je veux apprendre à la danser !!!
Aurore sand, la guitare sèche + la cornemuse = top,
Dil gaya, trop fort, trop entrainant.
Fairy-tale, mon fils va tenter, par l'intermédiaire de sa prof , de préparer ce morceau. Quelle gaité ! bravo bravo bravo.

Bernard ( Les Rabalbots) : Je viens d'écouter votre nouveau CD, il est magnifique !! La valse à Madeleine et la mazurka Fairy Tale sont à pleurer tellement c'est beau. Bravo aux musiciens et à trés bientot pour partager les danses.

Madeleine (!) (Vendée) : ce numéro 4 que nous avons écouté et réécouté (souligné dans le texte) nous enchante, encore plus Madeleine Wals.

Véronique R., auteur(e) de chansons (Rodez) : c'est vraiment super, ça donne envie de venir vous entendre !
Scottish> C'est exprès le souffle avec la flûte ?
[NDLR : Oui c'est exprès et ça prouve qu'elle est bien enregistrée] Joli ensemble !! (comme Kohaniska c'est très entrainant)
Madeleine est vraiment magnifique !!! ça donne la chair de poule !
[C'est pas bien de recopier le texte du Digipack hi hi hi ]
Les percus sur le Cercle Dil Gaya, c'est fort !!!!
La chanson de guillaume de Machault (j'ai surtout lu des trucs de lui (ses dits et ses lais) pas entendu ses bransles) c'est très sympa à écouter.
Punaiz, la guitare sur « Pibar Coch » ça a l'air chaud à faire

« Tes jolis sabots » c'est trop mignon !!! (enfin j'ai jamais aimé les paroles de la fin de cette chanson)
Le bonnet vert c'est chaud à chanter (prononciation) ça hou là (avec le guijo)
[guijo ?]
Noianeitsi> tu sais que je l'adore celle-là, elle donne très envie de marcher en cadence
L'ensemble fait très pro (je trouve Annegus très forte) ! Ah............. sacrée Germaine va !!!

JiPé Dub. (obscur musicien classique du fin fond du Var, pianiste professionnel) : D'abord, on regarde ... La présentation du digipack bleu ciel d'été est sobre et chaleureuse. Les jolis portraits des coupables, dus au talent de Lucile Duchemin, rehaussent la qualité graphique de l'ensemble. Chaque musicien est présenté avec humour et simplicité. On ne dit pas de quel conservatoire ils sortent mais on pressent déjà qu'ils connaissent leur affaire et qu'ils vont "assurer".
Et ça se confirme un peu plus loin ! La présentation liminaire officielle du groupe a le bon goût d'être bilingue : français et ... flamand néerlandais. Après, évidemment, on écoute ...
Très belle prise de son à la fois précise et douce. Pas de sons agressifs ou "sound designés" par des effets à la mode, plus ou moins heureux. La technique est à sa place, au service de la musique. Chaque morceau est une miniature finement ciselée qui ouvre un panorama différent sur l'éternelle danse populaire.
Passé le plaisir immédiat de la découverte, il faudra d'autres écoutes attentives pour goûter pleinement les cent trouvailles musicales qui fourmillent dans ce disque : contretemps jazziformes, changements de pulsation, déplacements subtils des points d'appuis du rythme à certains endroits et autres modifications discrètes des habitudes reçues en matière de danses séculaires. Le choix des morceaux balaye large, de Guillaume de Machault (XIVè siècle) au traditionnel estonien en passant par les musiques originaires des rives de l'Hari Rud afghan et les valses herbues des falaises galloises ... mais chaque étape s'assortit toujours du même respect musical et artistique. Les titres eux-mêmes sont teintés d'un humour qui annonce d'entrée la couleur, comme cette écossaise (scottish) du Poitou qui ouvre le bal ou ce clin d'oeil à Madame Aurore Dupin, Baronne Dudevant, plus connue sur les réseaux sociaux du XIXè siècle sous le pseudo de George Sand et qui se voit honorée d'une bourrée droite qui évoque le Berry profond (Plage 5). Cerise sur le gâteau, l'histoire se termine bien puisque Madeleine has trouvé le beau Robert ! Ce disque justifie autant d'intérêt par la musique pure qu'il contient que par l'irrésistible envie de danser qu'il déclenche.
Musimil

J-P Thoron. (Infofolk) : "Bienvenue dans la nouvelle couleur musicale des Vironaires ! Quelques années d'évolution, l'arrivée de musiciens venus d'horizons très divers, une nouvelle dynamique pour notre plaisir et le vôtre !"
Voici comment les Vironaires commentent eux-mêmes leur dernier bébé. "nouvelle couleur musicale". Va savoir pourquoi, je dirais plutôt "nouvelles couleurs musicales" ! "Et nouvelle palette" ! Et quelle palette ! D'ailleurs attention, l'entame du CD est très… 'salle Gaveau" mais ne t'inquiète pas (!), très vite on se retrouve en "salle de bal" ! Les nouveaux instruments :
- les flûtes dont la traversière maîtresse du jeu en solo ou en accompagnement : elle introduit, structure, organise, souligne, encadre, maîtrise. Dans la plus grande partie des morceaux, elle s'impose par l'attaque précise, la justesse, la pureté, le filé, le perlé de chacune de ses notes. Sa technique de la plus haute précision cisèle ses appoggiatures, charpente ses contre-chants, façonne ses ornementations… C'est la Haute Ecole de Vienne, l'évolution du cheval lipizzan à l'amble cadencé, à la volte millimétrée, à la ruade maîtrisée, au rassemblé imperturbable !
- Les voix, surtout féminines, qui offrent un entrain, une vivacité et une sensibilité à faire fondre toutes les banquises (ne cherchez plus la cause du réchauffement climatique !)… Et quand elles sont en duo…! Une merveille : l'une, de soleil de midi, vive, puissante alternant avec l'autre, du petit matin, légèrement brumée, douce, fraîche. Et quand elles sont ensemble, c'est toute une journée de printemps. Deux juments qui galopent au vent, libres, de concert ou s'entraînant l'une l'autre dans les herbes folles, complices, insouciantes…
- Les cornemuses dont le jeu énergique et brut donne un délicieux et envoûtant goût de terroir, une fougue animale, ce sont des frisons (qui donnent des frissons d'ailleurs !), ce grand cheval du nord de l'Europe si beau, structuré et docile comme un trait, ardent au travail, mais vif, fougueux et puissant. Et il a "du poil aux pattes" qu'il montre de son trot aux jambes levées. Là-bas, il mène les chariots de barriques de bière et de harengs, c'est dire !
- Les diatos ne sont pas nouveaux mais toujours agréablement présents dans quelques (trop rares ?) morceaux. Ce sont des camarguais placides qui poussent et pressent de leur corps les taurillons affolés mais qui démarrent soudain comme des flèches pour guider le troupeau dans un autre direction ou récupérer l'évadé. Fidèles, zuvverlässig (excusez-moi mais je trouve ce mot allemand plus précis et surtout plus court que la version française "sur qui on peut compter" ou "dignes de confiance". Vous devriez apprendre l'allemand, ça m'aiderait dans mes textes ! Beuheuheu !).
- Et, encore timide, parfois la grosse voix (c'est pour cela qu'il a été créé) du contre-alto (son nom d'origine, et pour cause ! Stradivari ne voulait pas qu'il soit plus tard confondu avec le saxo ! Hihihi !) avec même un amusant contre-emploi dans un avant-deux, un ourson dans un vol d'hirondelles ! à découvrir…

Puis-je suggérer une idée aux Vironaires ? Sortez-nous la suite, vite : 3 CDs (tant qu'à faire !) Un CD en vif (les petites "imperfections" sont tellement vivantes. Bien sûr elles gênent les musiciens mais "la perfection tue la vie" et si la musique n'est pas vie, elle n'est que technique !) Un CD flûte traversière, contre-alto (j'y tiens, c'est son nom de naissance !) et guitare à goûter au fond de son crapaud en cuir véritable, un verre de porto à portée. Un CD chant, cornemuses, diato et flûtes à bec à écouter en épluchant les oignons (pour éviter de casser les meubles en partant dans quelque danse échevelée !) Mais bon, moi ce que j'en dis ! Tout ça n'est qu'une opinion bien personnelle que je partage souvent !

Eric (Isère) : Je le trouve super pro (pochette et contenu), vous avez un super jeu je trouve, globalement ça sonne super bien...Les arrangements sont bien faits, il n'y a pas de sensation de ritournelle répétée à l'infini (comme souvent en trad). Sur quelques morceaux j'ai trouvé la rythmique un tantinet derrière et pas assez motrice. A part ces points de détails, vous pouvez être vachement fier du boulot réalisé. Merci encore pour le cadeau !

Bon de commande


2004 : Nos Rondes et VOUS

Juste après le Beaujolais nouveau, mais il n'y a AUCUN rapport !

Ce CD 12 titres est disponible, voir le bon de commande ci-dessous.


La page centrale avec la liste des morceaux, c'est ici.

En cadeau : un morceau intégral !

Voici de courts extraits de la suite de Horn-Pipes, du rondeau et du cercle "Allée du Pressoir".


Traduction du texte de la page 2 intérieure du livret :

Musiques au Concertina par Roly Brown

traduction : JLB

Le Hornpipe a été adapté largement dans les îles Britaniques et l'Irlande. En Irlande, on le trouve dans la liste des morceaux joués régulièrement dans les sessions de musique ou pour la danse (le reel et la jigue prédominent) mais il est parfois utilisé pour la figure finale de certaines danses. Le premier des deux hornpipes joués ici, "the Stack of Barley" , est le favori parmi les musiciens les plus anciens. Le second, "Tuamgraney Castel", tient probablement son nom d'une petit ville à l'ouest de l'Irlande - bien que les noms n'aient souvent aucune signification réelle -. Je les ai appris tous les deux en jouant avec d'autres musiciens sur une période de plus de 20 ans.

Quand le nom d'un morceau s'échappe du cercle des musiques traditionnelles des îles Britanniques et d'Irlande, il est courant de le rattacher à un musicien, le plus souvent celui qui l'a appris aux autres. Dans ce cas précis, Bob Cann est un joueur d'accordéon du sud-ouest de l'Angleterre qui a nommé cette valse pour son oncle. Je n'ai jamais connu l'oncle mais j'ai eu le privilège de rencontrer Bob Cann, d'où la présence de ce morceau ici. Scan (Lewis) Tester était un musicien bien connu du sud de l'Angleterre et lui aussi a donné un nom au morceau joué ici : "The man in the Moon" (l'homme dans la Lune). Encore une fois, je donne son nom en hommage. Pour la danse telle que je la joue depuis environ 35 ans, les deux morceaux auraient mérité d'être joués un petit peu plus lentement qu'en France Note de JLB : Roly, tu étais là quand on a fixé le BPM sur le métronome ! C'est pas parce que c'est en anglais que je ne comprends pas ce que tu écris, hein ! :-)))) . Quoi qu'il en soit, une part de l'essence des traditions réside dans leur adaptation. Qu'il en soit ainsi et bonne chance !

Milley's Bequest est actuellement une musique de danse Morris de Lichfield, dans les Midlands en Angleterre. Je l'ai jouée dans des rencontres pendant plus de 35 ans et elle semble pouvoir être adaptée facilement à la scottish ici en France.
Note de JLB : La façon dont on prononce Scottish ici fait beaucoup rigoler Roly.

J'ajouterai que les danses Morris ont une importance historique et sociale majeure mais en Angleterre, elle sont souvent regardées avec condescendance et une totale incompréhension. C'est avec plaisir que ce morceau et les autres des îles Britaniques et d'Irlande sont offerts pour être réinvestis ici dans les traditions locales.

Courrier des auditeurs :

E.G. : Félicitations un travail de Pros. Un bal Folk une Kro et c'est la bonne soirée assurée!!
Note de JLB: j'aurais préféré du cidre bio, mais bon...

Booz (musicien "techno/dance") : bien recu le cd, j'attendais d'avoir ecouté;c'est bien sur pas ce que j'ecoute mais j'apprecie quand meme. Ce qui doit etre bien c'est le bal,moi ça me plairai de faire danser une belle fille en ronde sur vos musiques, l'ambiance doit etre sympa. je vous souhaite d'en vendre plein.

G. H. : Entre autres choses, vous savez, avec votre disque, engendrer la bonne humeur, celle qui a ses racines au plus profond de nos traditions. Si j'étais médecin, voici l'ordonnance que je rédigerais pour se guérir de la morosité ambiante :
10 minutes 3 fois par jours de "nos rondes et vous".

merci Monsieur...

JP. T. : lendemain de bal...BONJOUR,
pour savoir si une musique m'aggripe (où elle veut / peut), je lance le CD avec dans la tête l'intention de commencer une autre activité pour voir qui des deux va gagner, l'écoute ou l'occupation.

Premier défaut du votre: on ne peut rien faire d'autre que l'écouter, c'est terrible! Et en ce dimanche peu avant 14h, je l'écoute pour la 3ème fois!

Second défaut: le premier et dernier musicien du CD, celui qui fait l'intro et la fermeture, vous le boudez ou quoi ? Les 4 autres sont décrits sous quelques coutures mais le premier, ce siffleur à la flûte mélodieuse..piaf ignoré, merle moqué, rossignol évité! Jaloux va!

Troisième défaut (ben oui ça fait beaucoup, encore un ou deux et je vous demande le remboursement du CD pour incitation à la danse, provocation de fourmillements dans les guibolles, création d'acouphènes mélodieux dans les esgourdes...) vous incitez les gens à pas bien causer l'françaoui passe que si c'est que vous faisez les liaisons, vos pov'tez nin coprint' (ça ché du picchard fiu!)l'humour du titre de l'album. Par exemple si je demande un "rondzé vous" à une nana, hé ben si qu'a l'est pas québécoise, a va pas piger!

Quatrième défaut: mais il est trop court votre CD, quand c'est fini, on en attend encore et il y de la place que diable et puis si même il n'y avait plus de place, n'y a t'il pas un imbécile sur cette terre pour inventer la remorque à CD, les sacoches à CD ?

Changeons de ton: il est vraiment très bien, moins "trad" c'est vrai mais bien chaud, dansant à souhait et mélodieux comme il faut: un régal ! Avec un pareil son, si vous faisiez des complexes par rapport à quelque "grand groupe trad", oubliez-les.

Le petit rajout en fin de CD est précieux, ça lui donne un air de connivence, de complicité avec nous. Peut être pourriez vous même aller plus loin sur le prochain: 1 ou 2 airs complets sur le vif comme si vous aviez oublié de fermer les micros en fin d'enregistrement...Et pour être très pinailleur, un petit, tout petit 'défaut' technique à mon goût : l'attaque des morceaux 2 et 11 est un peu brutale, un minuscule morceau de souffle avant l'instrument arrondi l'angle, c'est surtout "gênant" sur le diato dont on attend une attaque moins nette, plus 'soufflée' que sur une guitare (fallait bien trouver un petit quéque chose quand même!)

G. & C. P. : Nos Rondes et Vous :
C'est du riche, du précis, juste et tonique, loin des poncifs auxquels sont trop souvent à tort associées les musiques d'un pays.
Voilà une visite, une balade revisitée dans le pays folky jazzy à travers ces airs rendus entraînants, comme le bain de jouvence offert au Bal d'Abzac.
D'autres petites préférences pour certains morceaux de référence : Grand- père Corbefin, Bransle des chevaux et la fameuse Valse des Puces... mais tout est bon chez eux, y' a rien à jeter.
Des intros et codas qui donnent à entendre tout autre chose qu'un aller simple vers le sempiternel
bis repetita placent. De la belle ouvrage à se caler entre les oreilles, à se donner des fourmis aux pattes, à s'en jouer quelques morceaux, comme ça, là, histoire de prendre l'air, l'air de se dégourdir l'esprit.

Continuez, Vironaires, cette grâce, cette émotion et ce partage.

merci Messieurs-Dames...





2001 : COURANTS D'AIRS (extrait 1, extrait 2)

DEFINITIVEMENT INDISPONIBLE

Des soirées et des après-midi entières d'enregistrement, des dizaines d'heures de mixage et quelques bêtises...


La presse en a parlé : extrait de la Charente-Libre du 10 juillet 2001.


Aller au bon de commande