Cette page est destinée à ceux qui souhaitent avoir une idée de la façon dont les différents marquages sont réalisés.


Le principe du flocage est de découper, au moyen d'un robot de découpe une matière thermocollante, fournie sous forme de rouleaux.
On envoie un fichier vectoriel (si indisponible, on vectorise un fichier bitmap - en haute résolution de préférence) au robot qui découpe la matière directement.
Le résultat est ensuite échenillé (opération manuelle qui consiste à enlever toutes les parties non désirées dans le motif à transférer), puis appliqué sur un textile avec une presse à chaud.
La température de chauffe oscille entre 140 et 170°C, en fonction des matières utilisées.

Le flocage est un terme générique pour désigner cette méthode de marquage.
On distingue, principalement, deux types de matières :
- Le FLEX (aspect lisse et fin au toucher)
- Le FLOCK (aspect et toucher velours, plus épais et plus cher).
C'est la technique la plus utilisée dans le domaine du marquage de textiles sportifs, notamment.

Les possibilités de cette technique sont très nombreuses.
Le Flex existe, en effet, dans de nombreuses couleurs (dont le Fluo et le Photo-luminescent), ainsi que dans de nombreuses déclinaisons de Pailletés, Or ou Argent, Métalliques, à Motifs…
La superposition de Flex est possible (2 à 3 couleurs maxi).
Quasiment tous les textiles sont susceptibles d'être floqués, clairs et foncés, qu'ils soient en coton, polyester ou fibres mélangées.

La tenue au lavage est durable, à condition de respecter les point suivants :
- lavage à l'envers à 40° maxi
- pas de sèche-linge,
- si repassage : à l'envers, avec, si possible, une feuille de papier sulfurisé (idem cuisine), les textiles sportifs, généralement en polyester, n'ayant pas besoin d'être repassés.

Cette technique est numérique. 
Il n'y a donc, sauf exception, pas de frais techniques pour le flocage (seuls des frais graphiques pouvant être facturés si le travail informatique est conséquent).
A noter que le terme « flocage » représente, par extension, le fait d'appliquer une matière thermo-collante, au moyen d'une presse à chaud, sur un support, généralement textile, que ce soit du Flex, du Flock, ou autre chose (voir plus loin le Flex imprimable et le Transfert sérigraphique).


La combinaison de deux mondes, celui du flocage (par découpe d'un motif sur une matière par un robot) et celui de l'impression numérique.
Le Flex, blanc, est imprimé sur une imprimante grand format, généralement équipée d'encres avec  solvants ou éco-solvants.
Il n'y a aucune limite en terme de nombre de couleurs et de détails pouvant être imprimés, nous sommes en qualité Photo.
Le Flex, une fois imprimé, est découpé (de la même manière que le flex ou le flock traditionnel).
Il est ensuite échenillé (opération manuelle qui consiste à enlever toutes les parties non désirées dans le motif à transférer).
La suite identique au flocage de Flex traditionnel, le motif est transféré sur le textile avec une presse à chaud.
Cette technologie est parfaite pour la réalisation de textiles avec des logos en couleurs en qualité photo (sponsors sur les maillots sportifs, par exemple).

Les textiles pouvant être marqués avec ce procédé sont les mêmes que pour le Flex, c'est-à-dire quasiment tous les textiles Coton, Polyester, ou mélangés.
Les précautions concernant le lavage (et le repassage) sont également identiques à celles du Flocage traditionnel (Flex).
Pour rappel :
- lavage à l'envers à 40° maxi
- pas de sèche-linge,
- si repassage : à l'envers, avec, si possible, une feuille de papier sulfurisé (idem cuisine), les textiles sportifs, généralement en polyester, n'ayant pas besoin d'être repassés.

Cette technique est également numérique. Il n'y a donc, dans ce cas également, sauf exception, pas de frais techniques pour le flocage (seuls des frais graphiques pouvant être facturés si le travail informatique est conséquent).


« En physique, la sublimation est le passage direct d'un corps de l'état solide à l'état gazeux, sans passer par l'état liquide...Cette transformation se fait sans passer par une étape de fusion (de solide en liquide), ni par une étape d'évaporation (de liquide en gaz). »

Dans le domaine du marquage, l'application de ce principe physique (constaté, mais pas toujours expliqué), qui a un petit côté « magique », est très récente, et particulièrement intéressante, en terme de résultat.
Il est ici question de Qualité Photo insensible au toucher, quels que soient les supports de destination (Textiles ou Objets).

Le fonctionnement est, toujours, numérique. On imprime un fichier (haute définition, si possible) sur une imprimante équipée avec des encres particulières (et assez coûteuses) et du papier spécialement dédié à la sublimation.

Le motif (texte, logo, photo, …) est ensuite transféré sur le support à très haute température (200°C en moyenne, pendant un temps de 45 secondes à quelques minutes).
Le résultat est superbe. Une photo en haute définition avec tous les détails et toutes les couleurs possibles sur un t-shirt ou un mug.


Ce procédé s'utilise uniquement sur des textiles blancs (ou de couleurs très claires – jaune, rose, bleu pâle ou écrues).
Une fois cette limite définie...il n'y a plus...de limites ;)
N'importe quelle photo de haute qualité en couleurs (noir et blanc également) peut être imprimée, avec ce procédé, sur un textile en polyester blanc.
Sous l’effet de la très haute température sous la presse, l’encre se gazéifie et pénètre directement la maille du textile.
L'impression est absolument insensible au toucher et fait réellement partie des fibres.
Dans l'absolu, on peut laver ce type de textile ainsi imprimé à 90° sans altération du visuel (le textile se dégradera avant le marquage dans ces conditions).
C'est le must pour l’événementiel ou des textiles sportifs (blancs ou pastels).


La sublimation thermique est également utilisée pour réaliser la personnalisation d'objets.
Ceux-ci sont obligatoirement traités Polyester, afin de recevoir le transfert.

Les objets sont divers, parmi lesquels (liste non exhaustive) :

Assiettes
Bagagerie
Bavoirs pour bébé
Bouteilles thermos
Cadres photos
Carreaux de carrelage
Cartes de visite en aluminium
Casquettes 
Céramiques
Coques de téléphones et tablettes 
Écharpes
Housses de coussins
Magnets, Marque-Pages
Mugs
Peluches
Planches à découper
Porte-clés

Portefeuilles
Puzzles
Sacs
Sous verres
Sous-vêtements (boxers, strings, chaussettes, …)
Tapis de souris
Serviettes de tables et Nappes
Serviettes de Sport ou de Bain
Tongs, …


Sans doute la méthode de marquage des textiles la plus ancienne, mais toujours d'actualité.
Elle se rapproche, pour simplifier, de la technique du pochoir.

Ce procédé d'impression consiste à faire passer de l'encre à travers les mailles très fines d'un écran à l'aide d'une racle pour être déposée sur le support à imprimer.
Un écran (composé d'un tissu tendu sur un cadre aluminium) est enduit d'une émulsion photosensible (enduction) qui durcit lorsqu'elle est exposée à un rayonnement ultraviolet (insolation) et bouche le tissu. L'encre ne passe pas. 
Un film (le typon) est positionné sur l'écran enduit avant l'insolation et permet de bloquer les rayons ultraviolets aux endroits où on souhaite que l'encre puisse traverser les mailles du tissu.
L'émulsion, protégée des ultraviolets, ne durcit pas, on l'enlève avec de l'eau.
L'écran ainsi préparé pour le tirage peut-être installé sur la machine de sérigraphie.

L'écran de sérigraphie à plat fait office de « pochoir » entre l'encre et le support à imprimer (tee-shirt) : l’encre passe là où la maille est non obturée.
Les racles et contre-racles sont également mis en place et l'encre est déposé manuellement sur le tissu de l'écran.

Le support à imprimer est introduit dans la machine et maintenu en position durant le processus d'impression grâce à une table aspirante. 
L'encre est étalée sur l'écran au moyen d'une contre-racle (nappage). Puis l'écran descend sur le support à imprimer jusqu'au niveau de hors-contact. La pression de la racle permet d'appliquer l'encre sur le support au travers des mailles du tissu afin de faire apparaître les motifs. 
Après impression, l'écran est relevé, le support enlevé et séché, généralement dans un tunnel de séchage (four). 

Cette opération doit être répétée autant de fois qu'il y a de couleurs (un écran par couleur).
Entre chaque passage, un séchage est effectué.

Cette technique, non numérique, génère des frais techniques incompressibles, il faut donc un minimum de textiles à marquer pour la rentabiliser.


La rencontre de 2 mondes, celui de la sérigraphie et du numérique.
De la sérigraphie sur des Pages (A3 généralement) à Transférer comme du Flex (un peu plus complexe, mais c'est le principe).

Avantage : une très belle qualité, permettant des détails importants en quadrichromie, sur tous types de types, Coton ou Polyester, Clairs ou Foncés.

Inconvénient : tout comme la sérigraphie "pure", des frais techniques qui nécessitent une quantité de 50 à 100 textiles à floquer pour obtenir un prix raisonnable.
Il est possible de faire des séries plus petites, mais le prix s'en ressent, compte-tenu des frais techniques, incompressibles.

Une technologie à ne pas négliger, en fonction des impressions que vous souhaitez réaliser. N'hésitez pas à nous consulter.


La broderie est réalisée en fils de coton de couleurs, sur des machines qui disposent de une à plusieurs têtes.

Chaque tête représente une couleur. Il n'est donc pas possible d'obtenir de dégradés ou d'effets en quadrichromie et toutes les petites finesses d'un logo ne pourront pas être reproduites.
Il en est de même pour la hauteur minimale des lettres (au moins 5 mm de haut sont nécessaires pour obtenir un texte lisible).

Une fois ces limites admises,  cette technologie est intéressante pour des logos de type cœur ou épaules et offre une excellente tenue dans le temps.

Cette technique est numérique, en partie, mais des frais de réalisation du programme de broderie sont généralement facturés.


La gravure laser de blocs de verre optique permet d'obtenir des objets superbes avec des images, photos ou logos (en 2D ou 3D).

Le faisceau laser dessine au cœur du verre, rapidement et avec une extraordinaire finesse, tout en laissant la surface du verre lisse.

Les objets réalisables sont, entre autres, des porte-clés (lumineux ou non), des accessoires de bureau (pendulette, porte-stylos, porte-cartes de visite, mémo-clip, vide-poches, presse-papiers, …), des blocs de verres de toutes tailles et forme avec logos d'entreprises (par exemple), des trophées ou récompenses (2D ou 3D), des plaques de verre avec socles, des cadres lumineux ou des socles de lampes, et même des coupes à champagne.

Vous trouverez des exemples de ces réalisations, ainsi que le catalogue des produits disponibles dans la page Gravure LASER.