Retour à l'accueil.



L'Histoire des "Castors" de la Rose à Saint-Brieuc.


C'est après la première guerre mondiale que pour des raisons économiques des personnes de petits revenus se sont entre-aidés pour construire leurs maisons. Mais c'est dans la fin des années 40 que le terme de "castors" apparaît, avec la création d'une association Loi 1901.

A Saint-Brieuc c'est en 1951 que débute l'histoire des Castors de la Rose par la création des statuts. Comment des employés, ouvriers sont devenus propriétaires de leurs maisons :
  • en choisissant un terrain en limite de la ville pour y lotir 30 maisons
  • en mettant en commun leurs efforts, les matériaux, les outils, ils fonctionnent comme une coopérative.
  • enfin en mettant en commun le TRAVAIL et la camaraderie.

La maison comporte une cuisine, un salon, un salle à manger, 3 chambres, une salle d'eau, et un petit garage.
Maison Maison


Elle est construite comme un jeu de construction en panneaux préfabriqués remplis de poussolane de 40 cm de large et de 2,70 m de haut et remplis de mâchefer et de chaux.
Maison Maison
En haut : M. Gallais - en bas (de gauche à droite) :
inconnu, M. Rot, M. Séguillon, M. David, M. Fourré.
La photo est prise du terrain de l'actuelle maison située au 31, sur la gauche de la photo
le passage qui deviendra la rue Bernard Palissy (vers la rue E. Rostand)
dans le lointain deux maisons situées au 55 et 57 rue de Genève.


L'équipe comprend des gens de toute profession et bien sur du batiment (couvreurs, électricien, menuisier, plombier...).
Sur le chantier les équipes sont bien définies :
  • les platriers, (voir affiche ci-dessous), dont le chantier de préparation des ourdis se trouvait de l'autre coté de la rue E. Rostand.
  • les électriciens
  • les maçons
  • les chauffeurs (Le Cam, Denis, Graveran), car il faut ravitailler le chantier depuis la carrière située vers les Grèves des Courses, de tonnes de plâtre, ciment, ardoises de Mael Carhaix...)

  • Le travail est réparti au début en période de 40 heures par mois, taux de principe largement dépassé. Le fonctionnement du groupe est défini lors de réunions et inscrit au P.V. de cette réunion.
    Le secrétaire par courrier informe les différents membres du groupe des versements à effectuer.
    Courrier


    Un des travaux les plus durs sera la préparation de la route : 500 m3 de pierre à casser.

    Les travaux n'empêchent pas la camaraderie et la fête, la nuit du plâtre terminait le travail et finissait par un banquet.
    Nuit du plâtre


    Le télégramme titrait en janvier 1952 : "Pour construire sa maison de six pièces, le castor devra fournir plus de 1000 heures de travail mais il économisera ainsi la moitié de la valeur de son immeuble.
    Photos / articles : Le télégramme des 21 et 22 janvier 1952. 
    Le Télégramme          Le Télégramme


    Le Télégramme    Le Télégramme





    La route porte aujourd'hui le nom de "Bernard Palissy". 


    Autres documents :
    1 - Le Télégramme Nov 1953
    2 - Le Télégramme 1953
    3 - Le Télégramme 1953
    4 - Le Télégramme 1953
    5 - Le Télégramme 1952
    6 - Le Télégramme Janv 1952
    7 - Ouest-France Août 1952
    8 - Liste des castors
    9 - Le Télégramme
    10 - Le Télégramme
    11 - Article
    ą
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 11:58
    ą
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 12:00
    ą
    Castor-5.jpg
    (1436k)
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 11:54
    ą
    Castor-6.jpg
    (3173k)
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 11:54
    ą
    Castor-7.jpg
    (1692k)
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 11:55
    ą
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 11:59
    ą
    Castor-9.jpg
    (1180k)
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 11:59
    ą
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 10:52
    ą
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 10:53
    ą
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 11:53
    ą
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 11:53
    Ċ
    pv.pdf
    (85k)
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 09:43
    Ċ
    Jean-Luc H,
    5 sept. 2013 à 09:41
    Comments