ARTICLES

bandeau articles astrologie christine nguyen lan

Dane RUDHYAR

et Carl Gustav JUNG

Dane Rudhyar

est le père de l'Astrologie Humaniste, pionnier et précurseur de l'âge nouveau ; il a su montrer à travers sa philosophie la véritable place de l'homme dans l'univers.

Né en France sous le nom de Daniel Chennevière, le 23 mars 1895, après des études de philosophie à la Sorbonne, alors âgé de 21 ans, il prend le nom de Rudhyar dérivé du sanscrit Rudra, il émigre aux États-Unis à la recherche d'un Nouveau Monde qui lui semble un terrain nécessaire pour l'oeuvre future qu'il entrevoit.

Écrivain, poète, peintre et compositeur reconnu, Dane Rudhyar est attiré par l'astrologie dès 1920 à la suite de ses études sur la pensée orientale et ésotérique. Mais c'est la rencontre avec l'astrologue Marc Edmund Jones puis et avec les psychologues de l'école de Palo Alto qui joue un rôle décisif dans l'évolution de son approche astrologique. C'est à cette époque qu'il comprend la part importante que l'astrologie est susceptible de tenir dans le développement d'une nouvelle psychologie.

Parallèlement, il découvre l'oeuvre de Carl Gustav Jung. "En 1932 des ouvrages de Jung traduits en anglais tombèrent entre mes mains et m'ouvrirent un champ de pensée nouveau. L'idée me vint alors de produire une synthèse de l'astrologie traditionnelle et de cette nouvelle "psychologie des profondeurs..."

L' Astrologie Humaniste devient alors un courant majeur de l'astrologie moderne, en dénonçant d'une part les apports néfastes d'une "astrologie fataliste" ôtant toute liberté et toute responsabilité aux êtres humains, et en mettant d'autre part l'accent sur la connaissance de notre fonctionnement psychique et de nos cycles de vie, dans un processus permanent d'évolution.


Carl Gustav Jung

est le fondateur de la psychologie analytique, et un pionnier dans la psychologie des profondeurs. Né en 1875 en Suisse, Jung étudie la médecine, puis la psychiatrie. En 1907, il rencontre Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse. Jung fut son élève, ils échangeront des correspondances pendant 6 ans. En 1912, une divergence sépare les deux hommes. Jung cherchait certes un père auprès de Freud, mais il aspirait à élargir sa vision de la psyché humaine et n'envisageait pas d'abdiquer sa propre vision , notamment sur l'importance de la société et de la religion.

En 1913 la rupture était consommée, Jung continue seul ses recherches sur l'inconscient. S'ensuivit alors pour Jung, une période de retour sur lui renforcée par la guerre.

Après plusieurs années d'introspection et de doutes, Jung sortit de sa solitude en 1917 pour se consacrer pleinement à ses propres théories. Il publia plusieurs livres majeurs, et à la fin des années 20 fut introduit à la culture orientale par son ami Richard Wilhem. Il entreprit une longue série de voyages. Il s'intéressa ensuite de façon très approfondie à l'alchimie, le christianisme puis l'astrologie. Il approfondira la notion d'inconscient collectif, après avoir observé différentes civilisations "archaïques". Il étudiera différentes philosophies orientales ; Jung sera en effet l'un des premiers à oser mêler orient et occident dans ses recherches sur l'homme.

C'est à lui que l'on doit "le processus d'individuation", nourri par les concepts d'archétypes, d'inconscient collectif, de synchronicité, d'ombre, d'anima et d'animus, et les quatre fonctions psychiques (pensée, intuition, sensation, sentiment).

Il s'est passionné pour le symbolisme de l'astrologie, convaincu qu'il existe un lien entre les signes zodiacaux et les planètes d'une part, et les tempéraments psychologiques d'autre part. Il était convaincu qu'il existait une disposition innée dans chaque être humain du fait d'être ce qu'il est.


La psychologie analytique de Jung vise un objectif, tout comme l'astrologie humaniste évolutive : l'individuation et l'atteinte de son propre soi.


Christine Nguyen Lan

Quel est le sens de la crise actuelle ?


Au niveau mondial, l’entrée d’Uranus en Taureau en 2018 auquelle s’ajoute la concentration exceptionnelle de planètes lentes en Capricorne en cette année 2020 révèle une transformation profonde de société, un passage nécessaire nous obligeant à laisser derrière nous un ancien monde, une ancienne ère, basée sur la capitalisme, le matérialisme, la surconsommation des biens de notre Terre et une utilisation non consciente des progrès technologiques (traffic aérien, etc.). Ce passage nous apporte l’occasion de nous ouvrir sur un nouveau monde, à l’inconnu, et la possibilité de créer cette nouvelle étape de vie, libérée de shémas du passé qui freinent notre évolution.

Le Capricorne est le signe de la discipline, du temps, de la responsabilité, de la sagesse grâce à ses qualités d’introspection, mais c’est aussi le signe du passé, de la rigidité car il a peur du futur et de l’inconnu. La présence de Saturne le Vieux Sage et de Pluton le Juge Cosmique engendre un travail de mise au point et donc de destruction d’une société figée dans des valeurs qui appartiennent à un passé révolu pour que l’humanité transforme complètement ses valeurs et se reconstruise sur de nouvelles bases, nourrie par des valeurs plus responsables, plus sages, où l’introspection sera la clé pour s’ouvrir d’une nouvelle façon, plus consciente, à la vie et aux autres. Nous sommes en présence d’une agression invisible : l’ennemi n’est pas humain ; ainsi, personne ne peut rejeter la faute sur l’autre. L’introspection pour une remise en question personnelle est la seule solution.

Le confinement est l’opportunité d’un retour à soi-même.

L’humanité a déjà connu des épidémies, des guerres et des révolutions culturelles. Il en ressort à chaque fois des qualités d’adaptation que l’on ne soupçonnait pas. De nouvelles habitudes vont apparaître en raison de cette restriction de libertés, et retrouver les valeurs essentielles.

« Après cette crise, il y aura des changements profonds car c’est la règle. A chaque épidémie, ou catastrophe naturelle, il y a eu changement culturel. Après le trauma, on est obligé de découvrir de nouvelles règles, de nouvelles manières de vivre ensemble. » (Boris Cyrulnik).

Avec l'entrée de Chiron dans le signe du Bélier, déjà depuis Mars 2019, signe dans lequel Chiron restera 8 ans, révèle que nous avons la possibilité, selon la conscience que nous y mettons, d'être mis en contact une nouvelle énergie de guérison, de faire un travail pour se connaître soi-même et ainsi s'ouvrir au monde de manière plus individualisé pour participer à l'évolution de l'humanité. Il s'agit d'un défi à relever ; ce défi pourra commencer à se mettre en place plus concrètement, à travers des solutions (antivirus, vaccin, nouvelle organisation économique, etc.) à partir de 2021.

En Janvier 2021, Saturne et Jupiter entrent en Verseau : une voie nouvelle commence à se faire jour, un nouvel horizon peut s'ouvrir, la possibilité d'une reconstruction de société qui sera basée sur des valeurs humaines altruistes ; mais tout cela exige des changements profonds au niveau des mentalités, d'où les tensions exacerbées durant cette année 2020. La crise sanitaire et les tensions sociales sont révélatrices de ce nettoyage des mémoires collectives enracinées depuis l'aube de l'humanité, nettoyage nécessaire à l'émergence d'une société nouvelle.

En 2021, Uranus en Taureau fait un carré à Saturne/Jupiter en Verseau, année charnière qui sera le défi d'un début de reconstruction, de la mise en place d’une nouvelle société, à travers une profonde crise économique mondiale, et des mouvements de contestation. Une transformation de société ne se fait pas en effet sans vagues.

Ce carré sera relayé en 2022 par un sextile de Pluton en Capricorne à de Neptune en Poissons qui sera porteur d’une nouvelle société, elle-même porteuse d'espoir, tout dépend des prises de conscience qui auront été faites en 2020 et 2021.


La crise actuelle annonce le début d'une nouvelle société qui a besoin de voir jour, car le système actuel ne répond plus aux besoins actuels de l'homme, besoins qui ne sont plus basés sur le monde de la matière mais sur le monde du sens.


Cette évolution de société sera renforcée par l'entrée de Pluton en Verseau en 2024. Nous entrons bel et bien, progressivement, dans l'ère du Verseau, qui est l'ère de la liberté humaine ; la véritable liberté s'acquiert par la conscience de soi et de l'autre.


Janvier 2021



Pandémie de COVID-19 et transformation de société

Nous vivons à l’heure actuelle une période de crise exceptionnelle.

Je vous propose ici une analyse des cycles planétaires, sous l’angle de l’astrologie mondiale, afin d’essayer de comprendre le sens de l’épidémie de COVID-19 déclarée comme pandémie par l’OMS depuis le 11 mars 2020.

Quelle est la différence entre une épidémie et une pandémie ?

Une épidémie (du latin epidemia qui signifie « à la maison ») correspond au développement et à la propagation rapide d’une maladie contagieuse, le plus souvent d’origine infectieuse chez un grand nombre de personnes.

En revanche, une pandémie (du grec pan qui signifie « tout » et demos qui signifie « peuple ») est une épidémie avec plusieurs foyers. La pandémie s'étend à toute la population d'un continent, voire au monde entier. Son impact et sa gravité (nombre de contaminations et taux de mortalité) sont donc plus importants que ceux d'une épidémie.

Concernant la pandémie de coronavirus, la grande majorité de la population n'étant pas immunisée contre ce nouveau virus, son impact et sa gravité sont potentiellement plus élevés que dans le cas d'un virus déjà connu. Au départ, il n’y a qu’un seul foyer officiel, Wuhan en Chine, mais les milliers de contaminations et de décès font qu'il s'agit officiellement d'une "pandémie" avec la présence du virus dans plus de 150 pays du monde, notamment à Singapour, en Corée du Sud, en Iran et en Italie. Ces zones étant devenues de véritables foyers de l'épidémie.

Astrologie et expansion du virus

L’astrologie est un outil ancestral incomparable d’investigation ; elle nous permet d’identifier les différents cycles d’évolution de l’humanité. Afin de mieux comprendre le processus de transformation qui est à l’œuvre, intéressons-nous au cycle Saturne / Pluton, souvent présent, et accompagné de Jupiter, dans la plupart des grandes épidémies

Saturne est le symbole du passé collectif, cette planète gouverne les traditions, les valeurs culturelles, avec une résistance au futur, à l’inconnu. Pluton est le symbole de la mentalité collective qui évolue au fur à et à mesure des générations, cette planète représente les changements profonds dans les pressions et les exigences de la collectivité.


Deux pandémies marquantes de l’histoire :

· La peste noire, de 1347 à 1352, a fait 25 millions de victimes en Europe (moitié de la population européenne à l'époque) et 25 millions de morts dans le reste du monde, notamment en Chine, en Inde, en Egypte, en Syrie et aux Etats-Unis (conjonction Saturne/Pluton en Bélier au trigone de Jupiter en Lion).

· La grippe espagnole, en 1918 – 1919, a contaminé 50 millions de (un tiers de la population mondiale), soit 5 fois plus que lors des batailles de la 1ère Guerre mondiale. Très peu de régions dans le monde ont échappé à cette pandémie (conjonction Saturne/Neptune en Lion opposé à Uranus en Verseau et conjonction Jupiter/Pluton en Cancer)


La pandémie de coronavirus de 2020 :

Avant de me pencher plus particulièrement sur la période actuelle, mars 2020, revenons quelques années en arrière afin de nous éclairer sur les germes de ce bouleversement mondial. Le présent fait en effet partie d’une étape temporelle qui prend sa source dans le passé.

Depuis 2008, Pluton est en Capricorne ; ces années cruciales de transformation préparent l’entrée de Pluton en Verseau fin 2024, une ouverture sur la conscience vers une humanité plus altruiste et fraternelle. Ce passage de Pluton en Capricorne révèle une crise sociale et politique où l’équilibre économique mondial est en jeu. Toutes les formes de pouvoir qui se sont cristallisées depuis que Pluton est passé en Cancer (guerre de 1914 – 1918) sont alors remis en question.

Entre 2008 et 2018, Pluton a fait son passage en Capricorne, Neptune en Poissons et Uranus en Taureau; les trois planètes transpersonnelles annoncent la fin d’une ère, la nécessité de laisser derrière nous un monde qui devient obsolète. Nous assistons depuis 2008 à une recrudescence de phénomènes sismiques (tremblements de terre, inondations, glissements de terrains, tempêtes) et de bouleversements sociaux et politiques (flux migratoires de la population, mouvements de contestation, réformes, crises sociales et modes de vie difficiles à gérer qui entraîne un éloignement des valeurs essentielles, comme le respect de la vie humaine et animale, le respect de la nature). Ce sont sur ces bases que le coronavirus a pris son origine et son expansion.

Le 12 janvier 2020, Saturne était en conjonction exacte à Pluton en Capricorne, pour rester dans son champ d’influence jusqu’en octobre 2020 en raison de sa rétrogradation. Une telle conjonction indique déjà en elle-même une tension explosive, des réserves d’énergie à libérer sous une forme ou sous une autre (à noter que le Capricorne est le signe du zodiaque le plus réceptif aux virus), détruire pour mieux reconstruire, sur de nouvelles bases.

Cette conjonction Saturne – Pluton en Capricorne était néanmoins déjà active en décembre (une conjonction appliquante est active environ 1 mois avant la conjonction exacte) : la première annonce de cas de Covid-19 a eu lieu le 31 décembre 2019 à Wuhan en Chine.

Le 15 mars, Jupiter se rapproche de la conjonction Saturne – Pluton (2° d’orbe), Jupiter étant en même temps activé par le transit exact Mars qui la rejoint par conjonction. L’expansion du virus s’étend rapidement sur différents endroits de la planète, qui deviennent des foyers problématiques. Jupiter est la planète de l’expansion, de l’amplification, et Mars la planète de l’action et de l’activation (vu de la Terre : alignement exceptionnel de Mars / Jupiter / Saturne/ Pluton en Capricorne). L’épidémie est considéré par l’OMS comme une pandémie. Mars rejoint Pluton par conjonction du 20 au 23 mars, le nettoyage s’intensifie (Pluton est l’octave supérieur de Mars), et quant à la conjonction Jupiter – Pluton, elle sera exacte jusqu’au 9 avril. Enfin, le Soleil en Bélier sera au carré de l’amas planétaires jusqu’au 15 avril, carré qui risque de correspondre au point culminant de la pandémie.

Nous pouvons donc considérer que le pic de l’expansion du virus se situe entre 19 mars et le 15 avril 2020 ; une conjonction séparante étant active 1 mois après la conjonction exacte, l'épidémie sera donc encore bien là jusqu’à la mi mai et la pandémie pourrait alors commencer à être contrôlée et à se réduire progressivement sur les semaines suivantes. C’est à partir de juin que nous pourrons y voir plus clair et évaluer les conséquences de cette crise sanitaire, entraînant une crise sociale, politique, économique mondiale.

Mais en raison des rétrogradations de Jupiter/Saturne/Pluton, les effets de cette conjonction exceptionnelle vont néanmoins s’étendre, qu'il s’agisse de la crise sanitaire et surtout de la crise économique. En effet, la conjonction exacte Jupiter/Saturne/Pluton en Capricorne sera au carré de Mars en octobre/novembre/décembre 2020. Cette dernière configuration de l’année (2ème vague) clôturera cet épisode exceptionnel, pour commencer à partir de fin janvier 2021, à connaître une stagnation, c'est à dire à partir du printemps 2021, pour s'éloigner progressivement sur les mois suivants.


Mars 2020



Chiron, le guérisseur de l'âme

Chiron, découvert astronomiquement le 1er novembre 1977 à Pasadena en Californie est de plus en plus considéré comme un élément essentiel du thème de naissance. En effet, cet astéroïde ou planétoïde représente à la fois notre douleur existentielle et l’énergie de notre guérison, en étant le guide de nos passages successifs vers la conscience de nous-même et du monde.

Pour mieux comprendre sa souffrance et son rôle en tant que guérisseur, revenons à son Mythe. Chiron est immortel. Mais il n’est pas un centaure comme les autres (brutaux, vivant en meute). Il vit seul, ascète, marginal sans être en réactionnaire : il cherche l’équilibre, l’harmonie ; il représente la voie du milieu. Maître dans de nombreuses disciplines (astronomie, sciences physiques, philosophie, musique, art, arts martiaux), il est avant tout médecin du corps et de l’âme (astrologie, médecines naturelles, thérapies, chiromancie), guérisseur notamment par la puissance vibratoire du verbe, et a enseigné à de nombreux héros de la mythologie, tels que Hercule et Achille. Fils adultérin de Saturne et de la nymphe Philyra, Chiron est rejeté dès sa naissance par sa mère (1ère blessure) car il est mi-homme, mi-cheval. Blessé accidentellement, et donc injustement, par son élève Hercule (2ème blessure) lors d’une tentative de conciliation impossible avec les Centaures, Chiron souffrait d’une plaie inguérissable et, du fait de son immortalité, sa souffrance aurait été éternelle. Il demanda à être mortel pour y mettre fin.

Quel est donc le message de Chiron ?

Tout d’abord, situé entre l’orbite de Saturne et l’orbite d’Uranus, il a une position médiane : son but est d’assouplir notre rigidité saturnienne et de dépassionner nos excès uraniens. Il est la clé pour déverrouiller ce qui est bloqué, et nous invite à nous libérer de nos conditionnements, en ouvrant la porte entre le monde visible (Saturne) et le monde invisible (Uranus), entre les planètes personnelles et les planètes collectives, il est le médiateur entre deux états de conscience permettant de réunir et de guérir ce qui est divisé et donc blessé en nous. Chiron nous guide dans la compréhension de notre cheminement : comment se libérer des limitations instaurées par Saturne pour s’ouvrir à la conscience supérieure d’Uranus.

Le lieu où se trouve Chiron dans le thème natal indique une zone où l’on se sent profondément blessé, par des facteurs hors de notre contrôle. C’est une blessure ancestrale, archaïque. A la différence de Saturne qui compense notre souffrance par des mécanismes de défense personnels, Chiron développe notre sagesse, car seule une approche philosophique et élargie sur le monde et la vie peut nous aider à soigner ce traumatisme.

Il est notre blessure originelle, là où on se sent injustement rejeté. C’est à cause mais aussi grâce à cette douleur que dans le domaine où se trouve Chiron nous avons le pouvoir de soigner, de guérir, d’enseigner, d’ouvrir le passage.


Identifier notre blessure existentielle va permettre de reconnaître sa réalité et découvrir la dimension qu’elle a prise dans notre vie. Le lieu de la blessure intérieure devient alors lieu de guérion, de bienfaisance. Cela veut dire que Chiron nous invite à être présent à la réalité que nous vivons. Face à notre douleur, nous préférons généralement continuer à souffrir pour ne pas remettre en cause notre réalité quotidienne. Mais Chiron nous donne l’énergie et la lucidité (dans le signe et la maison où il se trouve et selon les aspects qu’il reçoit), pour observer notre douleur sans y mettre nos pensées. La solution ne peut en effet pas être mentale.

Il travaille au niveau de notre âme, de la blessure de l’âme, alors que Saturne travaille au niveau de la blessure de l’ego. Chiron nous montre alors ce qui bloque pour faire le chemin. Quelle est l’énergie à développer pour guérir la blessure qui empêche de vivre pleinement sa vie ? C’est là qu’apparaît Chiron le guérisseur. Il est la clé pour découvrir nos blessures cachées mais aussi nos dons et nos talents qui participent à notre guérison.

Le message que Chiron nous délivre est le suivant : celui d’accepter de laisser mourir quelque chose en nous pour accéder à la guérison de ce qui nous fait souffrir, afin de nous libérer de nos conditionnements. Chiron est, comme Uranus, un éveilleur, même si cet éveil passe par la douleur.


Christine Nguyen Lan