Bidache

Bidache se distingue au premier abord par sa situation géographique particulière. Située à la croisée des routes entre les Pays gascons (Landais et béarnais) et basques, les peuples s’y sont mêlés. Le Pays de Bidache est dit « Charnégou » (métis).

La Commune, chef-lieu de canton de 1 200 habitants, d’une superficie de 3043 ha, à une altitude de 45 m s’enorgueillit de posséder un riche patrimoine.

Le château des ducs de Gramont

Le plus beau fleuron de ce passé historique est sans contexte le château des ducs de Gramont (actuellement à l’état de ruines). La date de la première construction daterait de 1215 et Bidache s’élève au rang de principauté souveraine en 1570 lorsque Antoine 1er de Gramont se proclame premier souverain de Bidache. (Pour en savoir plus :www.bidache.org).

A l’heure actuelle, ce patrimoine s’inscrit dans la politique des sites majeurs conduite par la Région Aquitaine et fait l’objet de travaux destinés à la consolidation et à la mise en sécurité de l’édifice.

D’autres atouts éveillent la curiosité du passant qui se plaira à prendre son temps pour promener. A cet effet, un parcours patrimonial en 10 étapes fait découvrir, grâce à un lecteur MP3 (délivré gratuitement à l’Office de Tourisme : 05.59.56.03.49office.tourisme.bidache@wanadoo.fr) les éléments intéressants du village. On saisira ainsi les secrets des tailleurs de pierre, la Rue S-Jacques et ses maisons remarquables empreintes du poids de l’histoire, l’église où St-Vincent-de-Paul reçut les ordres mineurs, la fontaine de Talé… D’autres encore, tels le Port et son ancien commerce fluvial, le cimetière israëlite témoin d’une implantation juive, la maison « Barthes ».

Balades à pied, à vélo ou VTT

Extra muros, la campagne environnante offre des balades à pied, à vélo ou VTT dans les Barthes, sur le chemin de halage longeant la Bidouze ou sous les frondaisons du bois de Mixe.

Économie

Voici quelques décennies, l’économie de Bidache était marquée par l’exploitation des carrières de pierre et, dans les fermes, la polyculture familiale. Aujourd’hui, la pierre est de nouveau extraite mais vient d’ailleurs et trois carrières la travaillent et la taillent. (La Taillerie de Bidache, Les Carrières du Barbé, Les Carrières Pétrissans). L’agriculture est surtout tournée vers le maïs et l’élevage de canards. D’autre part, un chaisier perpétue la tradition de ce métier.

Bidache aujourd'hui

École, Collège, Gendarmerie, Poste, Trésor Public, Cyber-base, Bidache, qui n’a rien à envier aux grandes cités de la Côte, est riche en associations qui animent le village. Le sport est un élément moteur du quotidien et il faut être difficile pour ne pas y trouver son compte. Les installations existantes sont les suivantes : fronton, salle de sport mur à gauche, terrain de foot, de tennis, dojo, piscine.

La pierre de Bidache

Difficile de parler de Bidache sans évoquer la pierre qui est un élément fort dans les racines du village. Sur la place, une statue représente un homme assis sur ses sabots de bois penché sur le travail. Ses outils : équerre, maillet, ponchon, ciseau, boucharde, mètre, sont fixés dans la matière et une pensée rappelle que « Travailler la pierre, c’est travailler pour l’éternité ».

La pierre et Bidache, une longue histoire d’amour ! Le premier document connu date de 1508. A compter de 1700, on commence à exporter la pierre. Les chemins n’existant pas, la pierre descendait au fil de l’eau sur la Bidouze puis l’Adour jusqu’à Bayonne, sur les galupes. Une fois à Bayonne, les dalles de 30/30 étaient chargées sur des bateaux pour faire du poids. Après, direction Bordeaux, St-Domingue et la Guadeloupe.

En 1848, 580 hommes, 40 femmes et 80 enfants de 12 ans travaillaient 12 h/jour dans la pierre. La première grève se déclencha en 1802 et alors, la journée passa à 10 h. Après 1914, une centaine d’ouvriers travaillaient dans une dizaine de carrières. Chaque carrière à ciel ouvert avait un nom : Lalanne, Larrodé, Barbé, Berdic, Turc, Boissonnier… De nombreux bâtiments sont construits avec la pierre de Bidache : Place du Réduit, Palais de Justice, Mairie à Bayonne. Soubassements de maisons à Biarritz, clocher du Temple de Sauveterre. ..

La Fête de la Tigne

Forte de ce riche héritage du passé, chaque Ascension, comme autrefois, Bidache organise la Fête de la Tigne et des tailleurs de pierre. La tigne est du silex pris entre deux morceaux de calcaire dur. Ce silex était une misère et les outils s’abîmaient très vite. L’historiette dit que cette tigne a déteint sur le caractère Bidachot.

Texte et photos : Jean Portail