Faune et Flore

La zone inondable de l'Adour (barthes), milieu humide et marécageux constitue un biotope très particulier pour quelques espèces végétales et animales.

Durant les dernières décennies, ce milieu s'est très nettement modifié pour les raisons suivantes :

  • Abandon parfois de l'entretien du réseau d'assainissement (esteys et canaux).
  • Assèchement (drainage) de certaines zones pour pratiques culturales nouvelles (maïsculture).
  • Disparition des prairies de fauche et du bétail (bovins - équins) servant à l'entretien.
  • Utilisation d'engrais et de pesticides entraînant une pollution néfaste.
  • Zones laissées en friche avec apparition de forêts-taillis sauvages, d'aulnes (vergnes) et saules.
  • Modification de certaines zones pour pratique cynégétique (étangs artificiels).

Cette évolution inexorable n'a pas été sans conséquences sur la flore et la faune présentes dans ce milieu fragile que l'on essaie aujourd'hui de mieux protéger.


Flore d'origine

Les espèces dans les barthes se différencient selon l'humidité du milieu :

  • Les zones les plus sèches (épisodiquement inondées) sont le domaine des graminées et des joncs (typhas).
  • Les secteurs en eau sont colonisés par des plantes immergées (lentilles d'eau, nénuphars, potamots, renoncules, ...), et les ceintures des plans d'eau par les roseaux, les laîches (carex) les marisques et fougères d'eau.
  • Les zones spécifiques des tourbières (Saint Laurent de Gosse, Mées), sont colonisées par des espèces très caractéristiques, les sphaignes actives (drosera, spiranthe, ...) et les spaignes évolutives (molinie, fougère aigle ...).
  • Les boisements des zones humides sont constitués de forêts-taillis de saules et aulnes (vergnes) avec présence de frènes, ormes, érables champêtres. Sur les parties moins humides on note la présence de peupleraies artificielles.

Remarques :

  1. Une des espèces de carex (laîche), était exploitée il y a peu de temps encore, par les artisans de la région pour pailler (ou rempailler) chaises et fauteuils. On la connaît sous le nom local de "sesque".
  2. Depuis quelques années les milieux humides des barthes sont colonisés par deux nouvelles espèces la jussie et la myriophylle du Brésil (plantes d'aquarium introduites dans la nature incidemment), dont la prolifération s'avère catastrophique (modification du biotope et disparition d'autres espèces). Actions d'arrachage (très couteuses) en cours dans le secteur du marais d'Orx.


Faune d'origine

La modification, voire la disparition des zones marécageuses ont entraîné celles d'espèces animales (mammifères, oiseaux, crustacés, mollusques, poissons ...) qui faisaient la richesse de ces milieux. La création de réserves naturelles (St Martin de Seignanx, Pontonx sur Adour), ou la protection des zones spécifiques (Rivière Saubusse) ont heureusement permis à la faune de trouver des lieux de vie et tranquillité, permanents.

Oiseaux

Les espèces les plus fréquentes sont :

  • Les anatidés : canards, colverts, canards souchets, canards chipeaux, canards pilets, sarcelles, oies, ...
  • Les limicoles : bécasseaux, chevaliers bécassines, vanneaux, courlis, avocettes, ..
  • Les rallidés : râles, foulques, poules d'eau, ...
  • Les hérons : cendrés, bihoreaux, gardes-boeufs, aigrettes, grandes aigrettes ...
  • Les cigognes, ... (en une vingtaine d'années leur nombre s'est fortement accru tout au long d la vallée de l'Adour. Soixante dix lieux de nidification aujourd'hui).
  • Les passereaux : martins pêcheurs, phragmites, fauvettes, bruants, mésanges, bergeronnettes, ...
  • Les rapaces : buses, busards, faucons, milans, hiboux, chouettes, ...
  • Les cigognes (fréquentation de mars à août).

Mammifères

Les plus nombreux actuellement sont les ragondins une espèce prolifique, et qu'on considère comme nuisible (gène pour d'autres espèces, et dégâts dans les digues de protection). Régulation par empoisonnement (déconseillé), piégeage, et battues.

A noter qu'il y a quelques années les ragondins étaient recherchés pour leur fourrure, leur chair (civets).

Le biotope humide des barthes convient également au vison d'Europe et à la loutre. Des espèces menacées de disparition. Le premier parce que fortement concurrencé par un nouveau venu, le vison d'Amérique, la seconde parce que très sensible à la pollution, et trouvant de moins en moins des zones aquatiques pour y trouver de la nourriture.

Bien sûr batraciens reptiles et crustacés (grenouilles, crapauds, tritons, salamandres, couleuvres, écrevisses américaines ...) sont en grand nombre dans les barthes (utiles dans la chaîne alimentaire), où vit également une curieuse petite tortue la cistude qui se fait de plus en plus rare.

L'implantation des cigognes dans la vallée de l'Adour est peut être liée à la prolifération de l'écrevisse américaine depuis les années 1980.

Sangsues

La présence de nombreuses sangsues dans les barthes a été longtemps la source d'un commerce florissant. Ces "bestioles" étaient vendues aux apothicaires des villes.