Actualités

Signez la pétition : Métro 3 : N'éventrons pas Bruxelles ! / Stop met het openbreken van Brussel!

Le chantier de la ligne 3 du métro éventrerait Bruxelles pendant 10 ans, du marché du Midi au square Riga, en passant par l'avenue de Stalingrad… Pourtant, il existe des solutions plus rapides, moins dévastatrices et moins ruineuses pour améliorer la mobilité douce ! Nous demandons à la Région bruxelloise et à la STIB de changer de cap. Il en est encore temps! Signez la pétition!

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 5 ANS EXPULSION GESU

GESU : TOUJOURS VIDE 5 ANS APRÈS L’EXPULSION… !


LOI ANTI-SQUAT, CRIMINALISATION DES SQUATTEURS…

A QUAND UNE POLITIQUE DU LOGEMENT PLUS HUMAINE ET MOINS ABSURDE?


4/11/2013, 5h du matin, 250 policiers suréquipés investissent le bâtiment du Gesù à Saint-Josse, sur ordre du bourgmestre, socialiste, Emir Kir avec l’accord tacite et l’appui d’autorités fédérales et régionales.


Pour arrêter de dangereux terroristes ? Non, pour expulser 220 personnes, dont 96 enfants, qui occupaient ce bâtiment depuis plus de 3 ans en vertu d’une convention d’occupation signée devant le juge de paix de Saint-Josse,…


Certes à l’intérieur, des problèmes il y en avait, mais au lieu d’aider les occupants pour leur permettre de rester encore sur place jusqu’au début des travaux, dans de bonnes conditions, l’Etat, personnifié ici par le bourgmestre de Saint-Josse, a préféré mettre tout le monde dehors, mettre fin à un réseau de solidarité, tirant du lit des familles, des enfants, terrorisés et dont le seul crime est d’être pauvre et, pour certains, sans-papier….



La logique et l’humanité face à la violence de la répression et l’absurdité ?

Et ce n’est pas fini, des occupations d’immeubles vides, il y en a beaucoup à Bruxelles : dans le meilleur des cas, c'est un choix de vie communautaire, mais trop souvent il s'agit aussi et surtout de la seule option de relogement quand on n’a pas ou peu de revenus. Dans un contexte de crise de logement avérée, l'Etat, plutôt que de proposer des solutions au mal-logement, préfère adopter une loi qui criminalise des squatteurs (le 5/10/17)…

C’est pourquoi, nous demandons, en vertu d'un principe de solidarité élémentaire, qui devrait constituer le socle de l'action publique :

  1. Que soit consacré le fait qu'aucune occupation précaire (conventionnée ou en voie de l’être) ne pourra être mise à mal tant que le projet immobilier ne sera pas sur le point d'être mis en oeuvre et sans que des possibilités de relogement aient été dégagées pour tous les occupants;
  2. Que les autorités publiques compétentes s'activent sérieusement afin de développer une offre suffisante 1) de logements d'urgence (accueil des plus démunis en situation de crise - cf. migrants par ex.) et 2) de logements sociaux;

3. Que soit retirée la loi anti-squat de 2017, qui n'est porteuse de rien d'autre que de la criminalisation des plus démunis, la défense froide du droit de propriété au mépris de règles élémentaires de solidarité et du droit (reconnu par la Constitution) de vivre une vie conforme à la dignité humaine ;

4. Que toute personne résidant sur le sol belge puisse accéder à des revenus minimum garantis, quelle que soit sa situation administrative.


Et pour mettre fin à la situation absurde du GESÙ, toujours vide, nous demandons :


UN RACHAT DU BÂTIMENT PAR LA RÉGION POUR EN FAIRE DES LOGEMENTS SOCIAUX

En accordant la priorité du relogement aux expulsés du Gesù qui sont toujours en recherche d’un logement stable et décent.


Signataires:

G-H Beauthier, ULM (Jocelyne Vouloir), ULSG (Stanislas MPunga), Ocasa (Robert Ruyffelaere), Tadzio Baudoux, Jacques Wathelet. FEBUL (Nicolas Bernard), Woningen123Logements (Marie Ringlet), Eglise protestante de Bruxelles.





Contacts :

Avocats bénévoles des occupants (Alexis Deswaef et Georges-Henri Beauthier – 0496/51.16.06)

ULM (Union des Locataires Marolllienne asbl) : tél : Emmanuelle Rabouin (0486/90.81.64) Jocelyne Vouloir (0485/42.16.72) et Kathleen Boulanger (0486/89.52.23).

ULSG (Union des Locataires de Saint-Gilles asbl): tél : Svetlana (0474 067 704), suivi des familles expulsées.

FEBUL (Fédération Bruxelloise de l’Union pour le Logement asbl) : tél : Maria Krislova 0471/05.26.07 (relogement de qqs familles, agence occupation, recours loi anti-squat).

Jacques Wathelet : Tél : 0479/61.09.14 (bénévole – soutien à des familles pendant et après l’occupation)

Woningen123Logements ASBL: Réginald de Potesta de Waleffe (0472/500.190).

Ocasa ASBL : Robert Ruyffelaere : Tél : 0471.036.482 (Accompagnement de 9 familles, ex-occupants)

Eglise protestante de Bruxelles (Andre Kolodziejak. Tél : 0468 307737)




A noter également :

Le Festival du Coucou Puissant qui a lieu du 4 au 14/10 dans plusieurs lieux bruxellois occupés : https://festival-du-coucou-puissant.site123.me


L'ULM se lance dans les ateliers d'écriture!

A l'occasion de l'événement "Dia de muertos dans les Marolles" engagée par le centre culturel Bruegel, l'ULM s'est lancée avec ses membres dans un atelier d'écriture sur base de la réalité du logement vécue par ceux-ci. En sont sortis trois textes, placardés dans les rues des Marolles.

169 acteurs associatifs, syndicaux, culturels et sociaux s’indignent de l’arrestation de sans-papiers, vendredi dernier, dans les locaux de l’association Globe Aroma. Ils dénoncent des contrôles arbitraires dans le cadre de lieux « sanctuarisés ».

"Ce vendredi 9 février, un cap supplémentaire a été franchi dans la lutte frénétique du gouvernement fédéral contre les personnes migrantes : des sans-papiers ont été arrêtés au sein même des locaux d’une association du secteur artistique. Un cap que nous, 169 organisations des secteurs associatif, syndical, culturel, artistique, social, humanitaire et médical, ainsi que des collectifs de sans-papiers, n’aurions pu imaginer il y a quelques années. Nous refusons d’être instrumentalisés et exigeons la libération immédiate de Jiyed et Mounir ! "




Né d’un réseau informel de connaissances nouées autour de la Plateforme Marolles qui s’est battue contre la construction d’un parking sous la place du Jeu de Balle, « Pavé dans les Marolles » est un journal fait par et pour des habitant-e-s et usagers des Marolles. Il existe à la fois sur Internet et en version papier à parution aléatoire, distribuée gratuitement dans une cinquantaine de lieux du quartier (il lui arrive même d’atterrir dans d’autres communes).



Le premier numéro est sorti le 20 avril 2017, et le numéro 1 est sorti au mois d'octobre. L'ULM soutient cette action, qu'on se l'arrache!




Le gouvernement fédéral a voté, le 5/10/2017, une nouvelle loi pénalisant les squatteurs, en assortissant des peines pouvant aller jusqu'à plusieurs semaines de prison. Quid du droit au logement, dans un contexte où des milliers de mètres carrés de logements sont actuellement vides à Bruxelles?


Décès du fondateur de l'ULM: L'abbé Van der Biest


Le 5 Mai 2016, l'Abbé Jacques Van der Biest est décédé à l'âge de 86 ans. Il avait contribué à fonder, en 1992, l'Union des Locataires Marollienne, et était resté son président jusqu'au début de l'année 2016.

Conférence de Presse: Gesù, la fin d'une utopie?

Dans le cadre de l'expulsion de l'ancien couvent du Gesù, occupé avec l'aide de l'ULM par cent quarante personnes dont 50 enfants, une conférence de presse fut organisée le 19 septembre 2013.

En présence de Maître Georges-Henri Beauthier, avocat des habitants du Gesù, Emmanuelle Rabouin, coordinatrice à l'Union des Locataires Marollienne ainsi que feu l'Abbé Vander Biest, président de l'Union des Locataires Marollienne.

Gesù Squat - un film de Dimitri Petrovic


Gesù Squat est un film de Dimitri Petrovic relatant la vie quotidienne des 140 habitants du couvent du Gesù occupé par des familles avec enfants en grande précarité et soutenues par l'Union des Locataires Marollienne.


Le film complet de 79 minutes est à regarder ici gratuitement, en français.

Gesù Squat a été réalisé entre février 2010 et octobre 2011, dans l'ancien couvant du Gesù à Saint-Josse-Ten-Noode, à deux pas des institutions européennes.


Union des Locataires Marollienne ASBL - 02/512.87.44 - ulmarolles@yahoo.fr - 24, Rue des Renards, 1000 Bruxelles