Pourquoi la politique ?

QUEL MOTEUR ?

Ce n'est un secret pour personne et même un lieu commun : la politique est en crise. On ne compte plus les affaires et autres scandales qui affaiblissent notre système démocratique au point de qu'on l'on voit ressurgir un peu partout dans le monde et en Europe les discours et les partis nationalistes, extrémistes, populistes, liberticides, racistes, antisémites, homophobes, ... Ils sont la faiblesse du système démocratique que nous n'avons pas su entretenir et protéger : le "vivre et faire ensemble" est malmené, les droits fondamentaux ne sont pas respectés 70 ans après la signature de la Déclaration universelle des droits de l'homme, les inégalités n'ont jamais été plus grandes malgré une richesse produite toujours plus importante et j'en passe, ...

Comme le souligne très bien le sociologue Bruno Latour : "le sol se dérobe sous nos pieds" et nous peinons à faire face aux grands enjeux de notre siècle : l'isolationisme qui engendre le repli sur soi et le rejet de l'Autre, le changement climatique qui redistribue les cartes comme jamais auparavant et les migrations, dues aux guerres, à la misère et aux bouleversements du climat.

Face à ce constat, il n'existe en fait que deux attitudes : se résigner ou agir. Je choisi résolument la deuxième. Il ne suffit pas de rester dans l'analyse des causes et des conséquences prévisibles des drames humains qui se jouent sous nos yeux. Encore faut-il proposer des moyens de les éviter et de nous projeter vers un avenir meilleur pour toutes et tous. Et au delà des propositions, il nous faut agir concrètement à la construction d'un monde plus juste, plus fraternel et plus solidaire.

Alors, bien sûr, il existe d'autres moyens d'action que la politique. Mais en ce que cette dernière touche à l'organisation concrète de la société elle est indissociable des autres. Mieux, elle est complémentaire à toute action sociale. C'est pourquoi je considère que la politique et l'engagement citoyen, notamment dans les milieux associatifs, poursuivent un seul et même but : une coexistence pacifique des individus dans le respect des droits fondamentaux de chacun. C'est à cela que je veux, modestement mais fermement, contribuer.

POURQUOI LA LISTE PS - SP.A CAUSE COMMUNE - SAMEN WERKEN ?

Le choix de me porter candidat sur cette liste est le fruit d'une longue réflexion qui m'a amené à considérer que les valeurs défendues par cette liste citoyenne, et soutenues par le PS et le SP.A étaient, non seulement des valeurs auxquelles j'adhère avec force, mais étaient avant tout celles dont avaient grandement besoin les habitant.e.s de Watermael-Boitsfort pour guider l'action politique dans leur commune.

Watermael-Boitsfort est bien souvent présentée comme un village, une commune riche et prospère où il fait bon vivre. Loin de cette image de carte postale à laquelle on peut adhérer lorsque l'on est privilégié.e se cache une autre réalité : une pauvreté grandissante, un important chômage des jeunes, une impossibilité d'accès au logement ou à la propriété pour de nombreux.ses habitant.e.s, un isolement et une précarisation croissante des personnes âgées.

Je suis convaincu que cela doit changer et que ce message est trop peu porté par la majorité actuelle et les précédentes. Car trop d'inégalité et d'injustice reflétées par la dualisation sociale de la commune ne peuvent que nuire à un vivre-ensemble apaisé. Et ces inégalités se creusent, inexorablement.

Notre ambition est réelle et permet de réfléchir l'action politique de notre commune en dehors de l'aveuglement qui voudrait que l'on cache cette injustice que l'on ne saurait voir.

Voilà pourquoi, en quelques mots, j'ai choisi de me présenter comme candidat d'ouverture sur cette liste citoyenne, éloigné des logiques partisanes traditionnelles.