LE SALUT

Dans le dojo lors de la cérémonie du salut du début et de la fin de cours est très chargée de significations.

Lorsque nous sommes tous assis en ligne le professeur se tourne et se retrouve dos aux élèves.

Les élèves et le professeur regardent tous dans la même direction.

A ce moment le Sampaï (le plus ancien élève lors du salut) annonce moukso (méditation). Tout le monde ferme les yeux et médite ou fait le vide pour se concentrer sur travail à effectuer en début de cours et se remémorer les points essentiels de l'entraînement à la fin du cours. Au niveau initiatique, ce travail signifie passer du monde profane au monde initiatique; le karaté à l'origine est un art initiatique secret.

Puis le Sampaï, dit moukso yamé (arrêtez la méditation).

Ensuite il dit "Shoméni-rei" qui est le signal du 1er salut assis.

"Shoméni" signifie l ' au-delà et "rei" c'est le commandement d 'exécution que l'on retrouve à chaque fois.

Ce salut principalement sert à remercier les anciens sans qui le karaté n'aurait pu prendre naissance et qui ont dédié leur vie pour le développer et le faire perdurer jusqu'à aujourd'hui. Ce salut est directement issu du Shintoïsme qui est le culte des morts, mais à notre niveau il est profane et nous permet de comprendre que la connaissance vient de ceux qui nous précèdent.

A ce moment le professeur et les élèves saluent dans la même direction; ils sont tous les deux au même niveau car ils remercient les anciens sans qui rien n’aurait été possible;

Après le professeur se retourne et fait face aux élèves pour le deuxième salut assis.

Le Sampaï dit "Sensei-ni-rei"!

Sensei signifie professeur en Japonais et souvent en Europe il est traduit par Maître. Il y a souvent une confusion entre la notion de professeur et celle de Maître.

Ce salut sert à remercier celui qui enseigne actuellement et sans qui la transmission du savoir ne serait pas possible.

A ce moment le professeur et les élèves se saluent mutuellement pour se remercier. Les élèves saluent avec la formule de politesse << Onegai Shimazu >> pour remercier le professeur qui leur enseigne ses connaissances. ( Onegai Shimazu : enseignez nous svp )

Le professeur les remercie lui aussi pour leur assiduité et pour leur persévérance car grâce à eux le karaté va continuer à perdurer.

Le troisième salut est "Ôtaga-ni rei"!

Ôtaga signifie élève ou partenaire d'entraînement.

Là les élèves se saluent entre eux car le professeur ne participe pas à ce salut. Les élèves se remercient mutuellement car chacun remercie les autres élèves de lui avoir servi de partenaires car sans partenaires il n'est pas possible de s'exercer.

Puis les élèves et le professeur se relèvent et se saluent à nouveau, pour un remerciement global.

Les trois saluts assis d'un point de vue symbolique sont à prendre globalement car ils représentent la chaîne du savoir et de la connaissance.

Un pratiquant sincère a des droits et le principal est l'accès à la connaissance et pour les plus opiniâtres c'est l'accès à une forme d'initiation.

Il a aussi des devoirs et le principal d'entre eux est de poursuivre l’œuvre commencée par les anciens et son professeur ainsi que tous les professeurs actuels.

Ces trois saluts, forment les trois temps de la transmission de toute forme de connaissance: le passé avec le Shomen qui symbolise les Maîtres passés, le présent avec le Senseï le professeur ou Maître présent, et l'avenir avec Ôtaga les élèves présents dans lesquels se trouvent quelques uns des futurs Maîtres.

Sur un autre plan le chiffre trois (car il y a trois saluts) représente l'esprit qui domine la matière qui symbolise l'animalité ou la force brute.

Pour résumer il y a beaucoup de symboles dans le karaté et le salut n'est que la partie la plus visible.

Il ne reste que plus qu'à persévérer pour découvrir toutes les richesses. Celles-ci sont à la vue de tous mais il faut savoir regarder et chercher pour les découvrir!

Chacun trouvera dans le karaté-do à la hauteur de ses aspirations car le karaté-do est un véritable parcours initiatique.

( En cas de retard ; on se prépare en silence, puis on se place en seiza au bord du tatami en attendant que le professeur fasse signe de rentrer ).


Le salut debout

Le salut debout, ritsu-rei, est celui qui est le plus pratiqué. Sans être un véritable éducatif, il sert souvent de point départ pédagogique, par exemple au débutd'une séquence de kihon, au début et à la fin d'un kata. Ce salut ne doit en aucun cas être une courbette théâtrale, ni un simple hochement de tête.

Dans de nombreuses civilisations et à différente époques, les saluts ont permis de montrer que l'on avait les mains vides d'armes (même si elles sont à la ceinture). Au temps des samouraïs, cacher ses mains en les perdant par exemple dans les plis du hakama ou dans son dos, pouvait inquiéter l'interlocuteur. Cette idée semble d'ailleurs proche de celle de la poignée de main occidentale. On y trouve sans doute une telle symbolique : montrer que sa main est vide, puis la confier.

Pour saluer prenez la position musubi dachi, les mains le long des cuisses, puis inclinez le buste vers l'avant.

Les deux formes de salut

En matière de salut, salut à la manière japonaise en inclinant le buste, dans un dojo il convient de distinguer au moins deux modes. L'un est un salut de respect ou de politesse, dans lequel on incline aussi la tête. L'autre est un salut envers le partenaire ou l'adversaire auquel vous devez manifester du respect, sans toutefois manquer de vigilance. En ce cas, vous ne devez pas le quitter des yeux pendant le geste du salut. Surtout dans le cas du combat, vous pouvez recevoir une attaque au moment où vous avez baissé le regard, puisque, selon la coutume du budo il s'agit d'une faute de votre part. Nous voyons pourtant fréquemment cette erreur lors de démonstrations ou de compétitions. Les adeptes japonais ont tendance à considérer qu'il s'agit d'une imitation imparfaite de la part des occidentaux et qu'on peut le tolérer parce qu'ils ne sont pas japonais. Je pense qu'une telle appréciation est fâcheuse. Il suffit de comprendre et de bien appliquer ces choses si simples. Cependant, ceux qui comprennent que le salut avant le combat est la seule forme et saluent de cette manière dans le dojo, comme à l'extérieur, feront avec les meilleures intentions un geste offensif, désagréable pour l'autre et de ce fait, malpoli. Puisque le karaté est un art martial qui vient du Japon, il convient de connaître les deux formes de salut afin de les appliquer selon la situation.

Kenji Tokitsu Les cahiers de l'académie n°1 novembre 1993