Les animations

Contact: Etienne POMMOIS

Courriel: epommois@orange.f r

Animations, conférences, expositions, visites guidées, livres, etc.

année 2019

En savoir plus sur nos activités : https://sites.google.com/view/share-activite

Consulter nos publications : https://sites.google.com/site/sharepublications

Visites guidées :

Toutes les visites guidées et conférences sont gratuites

Samedi 1er juin 2019 Découverte historique de Reichshoffen

Du Moyen-âge aux maîtres de forge De Dietrich: sur un parcours de 2 km dans les dédales de la cité, la visite guidée permettra de découvrir les témoins d’une histoire riche, parfois tragique ainsi que certains aspects insolites de la cité

LIEU DE RENDEZ-VOUS : Tour des Suédois, rue de Wœrth (parking devant la tour à côté du cimetière, derrière l’église) à 14 h 30

Pour en savoir plus sur les sites historiques de Reichhoffen, consulter : https://sites.google.com/view/share-activite

Samedi 22 juin 2019 Visite commentée d’une ancienne cité d e vignerons : Oberbronn

Découverte des richesses historiques d’un ancien village de vignerons : couvent, autrefois château des Comtes de Linange, maison du bailli, maisons des XVIe et XVIIe siècles, églises, remparts…

RENDEZ-VOUS : à 14 h 30, sur le parking en face du Couvent d’Oberbronn. Durée de la visite : 2 h à 2 h30

Les 6 et 7 juillet 2019 « Reichshoffen en fête »

La SHARE présentera probablement un spectacle dans la cour du château, avec les élèves du collège de Reichshoffen : « Evocation de la vie d'Amélie de Dietrich ».

Venez nous voir sur notre stand, consulter nos ouvrages, découvrir des documents inédits et nos diverses activités.

LIEU : Ile Luxembourg et parc du château à Reichshoffen

Samedi 21 septembre 2019 Jaegerthal, berceau d’une industrie

Dans le cadre des Journées du Patrimoine, visite à pied et commentaire historique des vestiges industriels de Jaegerthal, berceau depuis 1684 d’une grande dynastie industrielle, les Dietrich : forges, martinet, haut-fourneau…

RENDEZ-VOUS : à 14 h 30 sur le parking du Restaurant Fischer à Jaegerthal – Durée de la visite : 1 h 30 à 2 h

Dimanche 22 septembre 2019 L’histoire du château De Dietrich

Dans le cadre des Journées du Patrimoine, visite commentée par petits groupes à 14h, 15h, 16h et 17h.

ENTREE DU CHATEAU (piétons uniquement) : côté centre-ville

Divers parkings proches au centre-ville

Inscriptions au stand de la SHARE les 6 et 7 juillet à « Reichshoffen en fête ».

Conférences :

le mardi 14 mai à 20h

Salle Cuirassier à Reichshoffen

« Sur les rails avec De Dietrich,

un siècle de voyages »

par Francis ALBERT

En 1886, l'usine de Reichshoffen construit la première voiture de transport de voyageurs par chemin de fer. De la rustique 4ème classe aux prestigieux salons roulants, l'exposition présente de multiples plans, photographies, maquettes illustrant la production des voitures de voyageurs desservant les grandes lignes, les lignes d'intérêt régional ou assurant la desserte urbaine en tramway.

Lundi 4 novembre 2019 à 20h L’art du camouflage ou

« La grande illusion » en 1914/18

Salle polyvalente de Griesbach – par Lise POMMOIS

Le camouflage militaire date des années 1914-1918, il est le fait d’artistes renommés. La section de camouflage, créée en 1915, employa 3000 artistes en 1917, comme André Mare, André Dunoyer de Segonzac, Eugène Corbin…

Livres conseillés:

Elisabeth Messmer-Hitzke a publié en septembre 2018 une biographie consacrée à Sybille Louise de Dietrich (1755-1806), l’épouse de Philippe Frédéric de Dietrich, aux éditions de la Nuée Bleue.

Ce livre couronne des recherches approfondies sur « la baronne républicaine », dans des fonds français et étrangers, privés et publics, étayées par des publications historiques du XVIIIe à nos jours.

Jeune Bâloise née à Hambourg dans une famille de banquiers et de marchands enrichis sur les rivages de la Mer du Nord, baignée dans la mouvance de l’Aufklärung, Sybille Louise Ochs est autant une femme du XVIIIe que du XIXe siècle. Contraire-ment à Philippe Frédéric de Dietrich qu’elle épouse à dix-sept ans en 1772 et à qui elle insuffle son esprit démocratique, elle survit à la Révolution. Veuve du premier maire élu de Strasbourg, arrangeuse – comme le veut la légende – de la partition du Chant de guerre pour l’armée du Rhin, connue plus tard sous le nom de Marseillaise, elle a connu tous les malheurs : l’éloignement des siens, les cachots, le procès, la condamnation et l’exécution de son époux à l’époque de la Terreur, la pauvreté, le difficile redémarrage des établissements de Dietrich après la Révolution, la perte terrible de ses quatre fils... Avec en notes de lumière, des amis tels les Turckheim, les Franck, les Berckheim, les Oberkirch, les Montbrison, son frère chancelier de Bâle, sa bru Amélie mais aussi la tendresse d’une “seconde maman”, d’une petite-fille “illégitime”, avec en point d’orgue la franc-maçonnerie et une histoire passionnelle...

Détail d’une huile sur toile © Familienstiftung Ochs-His’sches Fideikommiss

La tentation d’en faire une héroïne romantique est très forte, mais l’auteure, dans ce récit historique vivant et lumineux, authentique, étayé de pièces et d’échanges épistolaires inédits, ne cherche ni à construire ni à déconstruire le « mythe de Sybille » ni à fabuler. Sous sa plume, la citoyenne Dietrich qui réside dans diverses villes européennes et soutient Rousseau, Lafayette puis Napoléon, joue de la musique, lit, écoute et donne son avis, commente la politique, pleure et réconforte, nous raconte en détails ses enfants et son entourage, fait la promotion du thé ou déguste une bonne bouteille, et aime. En un mot, elle vit – ou revit – à chaque page tournée de cet opus .