L'église

L'église St Jean-Baptiste

L’église Saint-Jean de Saubusse a été bâtie entre le début du XIIIe siècle et le XVème, mais l’ensemble présente une belle homogénéité. Texte de Christian Larrezet, extrait du bulletin d'informations de Mai 2005 : « Les Amis des Eglises Anciennes des Landes. »

L’église Saint-Jean de Saubusse : une réussite d’harmonie.

Ses parties les plus anciennes, édifiées en moyen appareil régulier , présentent les caractères du premier gothique. Le chevet à trois pans et une travée droite ne semblent pas avoir subi de modifications. Ils sont percés de cinq baies hautes et étroites en plein cintre, encadrées à l’intérieur et à l’extérieur de colonnettes décorées de chapiteaux simples à motifs variés. La voûte d’ogives ne comporte pas de clef. Sur la face sud de la travée droite, un léger retrait de la construction au dessus de la ligne de modillons et entre deux contreforts correspond sans doute à une modification dans la construction pour aménager un système de défense visible sous le toit. Du côté nord, il a fallu épauler deux des contreforts par deux constructions volumineuses, sortes de « murs-boutants » qui maintiennent la poussée de la voûte. Sur le mur sud de la nef, les ouvertures se réduisent à de simples meurtrières. Six contreforts minces viennent renforcer les angles de la travée et des trois pans. Ils s’élèvent jusqu’au toit en dépassant largement une ligne de modillons mutilés qui ont du soutenir une corniche. La nef de trois travées a été voûtée en deux périodes. Les voûtes des la première et de la deuxième travées sont de simples croisées quadripartites. La troisième a reçu un voûtement plus complexe avec liernes et tiercerons et plusieurs clefs de voûtes du XV ou du XVIème siècle. Le fond est occupé sur trois côtés par une belle tribune de bois, sur colonnes de pierre, comme on peut en voir en Béarn, Pays Basque ou Bigorre.

Deux chapelles latérales de dimensions différentes s’ouvrent l’une en face de l’autre sur la troisième travée. Le clocher massif avec son toit en bâtière est identique à celui de Pey et de plusieurs édifices du pays d’Orthe. Il est percé au nord et au sud de deux petites portes en arc brisé. Il s’élevait sur quatre étages (trois actuellement par suppression du plancher entre le rez-de-chaussée et le premier). D’étroites ouvertures à chaque étage indiquent une fonction défensive. A l’intérieur, un escalier à vis s’appuie sur la face sud. Un portail en arc brisé de la fin du XIIIème ou du début du XIVème siècle donne accès à l’église. Les trois baies de l’abside sont fermées de vitraux de Dagrand pouvant datés des années 1880. Hauts et étroits, ils représentent un réseau de médaillons en liaison avec l’histoire de Saint-Jean-Baptiste (palmier, plat, couteau, oriflamme, coquille). Dans le sanctuaire, deux scènes signées « Dagrand 1893 » représentent sur deux registres : une Assomption de la Vierge et un Martyre de Saint-Eugène (don de Marie et Eugène Fialon, maire de l’époque). La chapelle sud présente une des dernières compositions de l’atelier Mauméjean, vers 1970. Parmi le mobilier, la chapelle nord garde un petit retable du début du XIXème siècle avec une copie de Guido Reni représentant Saint-Michel, Saint-Laurent, et Saint-Martin. Un Christ en crois entouré de Saint-Jean et des Saintes-Femmes, œuvre du peintre oloronnais Montaud, occupe le fond de la tribune. Mais la pièce la plus remarquable est un Saint-Michel terrassant le démon, en pierre (avec traces de polychromie) d’une qualité exceptionnelle, attribué au XVème siècle. L’œuvre a été classée en 1957. Sur son socle, on distingue un blason sculpté et peint difficilement lisible : ce pourrait être celui de la famille Ducros de Belpeyre. Cette église a été restaurée dès les années 1960-70. Cette restauration, bien que parmi les plus anciennes dans cette région, ne manque pas de surprendre par sa qualité.

Malgré la suppression regrettable d’enduits ornés d’un faux appareil ancien, l’ensemble a gardé une belle homogénéité et un caractère exceptionnellement monumental pour une simple église de village.

Ainsi cette restauration qui a gardé l’authenticité du bâtiment peut apparaître comme un exemple pour toute commune désireuse de sauvegarder son patrimoine.

16 Place eugenie Desjobert 40180 Saubusse Tel : 05 58 57 70 38 Fax : 08 97 50 98 4 - Adresse Mail : mairie@saubusse.fr

Facebook Mairie - Tv Saubusse -