1ère Journée Thématique inter GDRs


4 décembre 2018

Campus de Paris 6, Tour 26, C25-26, salle 105, Paris

Avec les progrès menés ces dernières années dans les domaines du numérique, de la biologie, des biomatériaux, de la chimie et de l’électronique, nous assistons à une révolution dans le domaine de la santé connectée et du bien-être. Par exemple, il n’est plus à démontrer que la restauration ou encore la suppléance fonctionnelle de certaines déficiences (cardiaque, motrices, sensori-motrices) peut être effectuée à partir de la stimulation électrique. Elle a déjà rencontré un grand succès comme dans le cas des stimulateurs cardiaques, des implants cochléaires restaurant l’audition, ou même plus récemment des implants « cerveau profond » visant à supprimer les tremblements dans la maladie de Parkinson. De même dans le domaine du traitement de l’information, les assistants d’aide au diagnostic se sont multipliés au cours de la dernière décennie avec notamment avec les techniques de deep learning. En matière de bio-ingénierie pour la santé, la proposition de dispositifs capables d’aller jusqu’à la reconstruction de tissus, voire d’organes entiers, concerne les défis de la médecine régénérative du 21e siècle. Il convient ainsi de proposer et développer des biomatériaux de nouvelle génération. Il en de même dans le domaine des polymères fonctionnalisés pour les nouveaux pansements et les peptides pour le diagnostic moléculaire, en biochimie.

Ainsi, la montée en puissance de ces technologies et des dispositifs médicaux connectés bouleverse les usages et les services pour les usagers nomades, à domicile ou à l’hôpital. Le patient devient acteur de sa propre santé via le « quantified self », et les personnels soignants disposent de nouveaux outils pour la compréhension, la détection, la caractérisation, la réhabilitation de déficiences, et le suivi.

En réunissant les communautés académiques des deux GDRs SoC2 et Réparer l’Homme, les objectifs de cette journée sont :

  1. d’identifier des thématiques de recherche d’intérêt commun et des collaborations,
  2. d’établir des synergies,
  3. de programmer un plan d’action (journées thématiques, école d’été, manifestations scientifiques, etc.).