MASSAGES UCHRONIQUES

ici sourde de l'expérimental, de l'acoustique des corps

LES UCHRONIQUES

Une "chronique" est un fait historique avéré lorsqu'une "uchronie" est une réécriture de ce fait.La dystopie quant-à elle c'est l'inverse de "l'utopie furieusement idéale" pour la faire tourner au cauchemar, à l'inavouable.

Je propose ainsi de détourner ces deux concepts d'uchronie et de dystopie au bénéfice de divers massages d'écriture pour former deux génériques exploitables destinés à proposer une autre forme de massage narratif qui ne soit plus seulement technique, connu, mais délibérément fictionnel. Donc voilà, les massages uchroniques sont des massages narratifs, lorsque les dystopiques tireront plus sur le noir avec toutes sortes d'énoncés.

De fait, quelque part le massage, qu'il soit ancien ou nouveau est toujours une histoire que l'on raconte à quelqu'un, une interprétation dans un rapport idéalisé et formel. Seulement son cadre restitue un monde qui n'existe pas vraiment, il est harmonieux parfois jusqu'à la nausée ce qui le met en situation d'uchronie et de dystopie. Le postulat très libertaire qui se dessine ici c'est qu'au lieu qu'il le devienne malgré lui, pourquoi ne pas lui aménager un espace créatif concret et ne pas tenter une réécriture du massage à partir du corps de chacun ? On ne peut pas masser tous le monde de la même manière, ce massage intègre l'idée de discrimination. Pourquoi ce serait au corps de tout le temps se glisser dans une technique qu'il ne connait pas et non à elle de composer avec lui, de procéder de lui ?

Mais alors, si les massages, même traditionnels, sont une histoire qui n'existe pas vraiment tant ils contiennent d'artifices, de faux-semblants, de marketing, est-ce que ceux qui n'existent par encore en tant que techniques débattues ne pourraient se concrétiser le temps d'une rencontre ?

Ainsi, le massage uchronique sera nécessairement expérimental, parfois déroutant, suspensif, réécrit jusqu'à l'absurde (j'adore l'absurde), là où le massage dystopique pourrait exposer une vision encore plus volontairement tourmentable du corps.