Les trois champs de la connaissance

Il est important de comprendre que, en occident, trois champs et trois disciplines, trois regards ont permis d’élaborer une connaissance du corps humain et de l’être humain en général.

1. Le corps objectivé par la science.

C’est le corps des données «scientifiques», paramètres biologiques dosés, enregistrements électriques (ECG, EEG, EMG, etc.) et des données d’imagerie. Je n’y insiste pas car chacun sait de quoi il s’agit et connaît, aussi, tout l’intérêt que cette objectivation présente et toute l’efficacité qu’elle a permise.

2. L’image du corps ou le corps imaginaire de la psychanalyse.

L’image que chacun a de son corps n’est pas le résultat de l’observation neutre de l’objet-corps. Il y a, en nous, une représentation de notre corps, de nous mêmes, qui se construit dès la petite enfance et évolue ensuite. Elle est, selon la psychologie moderne et depuis Freud, accessible par le langage, les associations d’idées, lapsus, rêves, etc.

Je ne la développerai pas davantage non plus, ici, l’idée de ce court texte étant de souligner comment l'homéopathie pourrait s’inscrire dans ce triple regard, y trouver sa place et, aussi, de ce fait, s’articuler avec les deux autres.

3. Le corps vécu de la phénoménologie … et de l'homéopathie.

A côté de ces deux modèles majeurs, de ces deux représentations, le XX ° siècle a été marqué, en occident, par l’existence d’un troisième modèle, purement descriptif et théorique, sans correspondant thérapeutique : le modèle phénoménologique. Il étudie l'être humain et son corps, tel que chacun l’éprouve et l’expérimente, tel que chacun le vit. De ce point de vue, le corps, pour la phénoménologie, est toujours un « corps vécu ». Il est utile et important de savoir que ce corps vécu a été pensé et conceptualisé, étudié et présenté avec rigueur par un courant philosophique, né vers 1900, nommé phénoménologie.

Les grands penseurs de la phénoménologie sont Maurice Merleau-Ponty, Husserl et Heidegger notamment.

Il faut savoir, aussi, que des tentatives d’application du regard phénoménologique ont été faite en médecine, notamment en psychiatrie mais sans s’imposer vraiment.

Or, l'homéopathie a, de fait, une approche phénoménologique de l’être humain. Le problème est qu’elle n’en est pas consciente. Et, donc, aussi, ne sait pas s’en revendiquer.

La phénoménologie, c’est prendre au sérieux, donner l’importance première à ce que l’on éprouve et ressent. C’est donner la première place au « sentir et à l’agir ». C’est donc exactement ce que fait l'homéopathie.

Il faut être conscient, aussi, qu’une telle approche est tout à fait légitime au plan de la connaissance.

4. Homéopathie et phénoménologie.

L'homéopathie est donc la branche phénoménologique de la médecine. Le troisième regard médical, à côté de biomédecine et des démarches « psy » que l’on peut poser sur le vivant.

Je ne citerai que quelques phrases-clés qui feront comprendre à quel point la démarche phénoménologique correspond, point par point, du point de vue théorique, à la démarche homéopathique.

«Ce qu’il faut, c’est procéder à la description directe de notre expérience telle qu’elle est et sans aucun égard à sa genèse psychologique et aux explications causales». On dirait, mot pout mot, le contenu de la note du paragraphe 3 de l’Organon d’Hahnemann.

Ceci est confirmé par la phrase suivante. «Il s’agit de décrire et non pas d’expliquer ni d’analyser».

De ce fait, par souci de méthode et de rigueur phénoménologique (ou homéopathique), il faut « mettre entre parenthèses les données de la science ». Ce que l’on fait au quotidien en homéopathie.

Mais ceci ne doit pas se faire comme un « désaveu de la science ».

Il ne s’agit donc pas, pour autant, d’agresser nos confrères et les accuser de se tromper. Ils s’occupent, simplement, d’une autre dimension, d’une autre facette des maladies.

En se référant à la phénoménologie pour qualifier son regard original sur patients et maladies, l'homéopathie a beaucoup à gagner.

· La sémiologie homéopathique est, ainsi, complètement validé et légitimé en tant que connaissance rigoureuse et fiable qui reflète précisément son objet.

    • · Le vécu est totalement légitime et au fondement de la science qui abstrait ses données à partir de celui-ci.
    • · Le regard phénoménologique et homéopathique nécessite une «mise en entre parenthèses de la science» …
    • · Sans l’attester ni la contester.

Il faut, ici, prendre garde à ne pas tomber dans le piège de prétendre contester les données de la biomédecine sous prétexte que nous pouvons nous en passer, en les mettant entre parenthèses. Il ne faut pas, non plus, forcer les choses et affirmer, sans argument fort pour le faire, que l'homéopathie illustre telle ou telle donnée scientifique.


5. En résumé :

L'homéopathie applique, en médecine, un regard phénoménologique. C’est pourquoi, pour elle, le corps du patient est un corps vécu, ressenti, agi. Sa psyché, quand à elle, est une psyché incarnée, qui s’enracine dans le corps.

Il est donc logique et nécessaire qu’elle se fonde sur son observation en mettant entre parenthèses les données de la science.

Mais, notons bien que cette mise entre parenthèses ne peut survenir qu’après un diagnostic nosologique conforme aux données scientifiques.

Ce n’est qu’une fois que le médecin homéopathe sait que le cas présenté ne relève pas de l’approche biomédicale qu’il peut effectuer cette «mise entre parenthèses». D’où la très grande prudence qu’il convient d’avoir face à une pratique de l'homéopathie qui sortirait du champ de la médecine.

Du point de vue phénoménologique, l’objet de l'homéopathie est le patient en tant qu’in-dividu vivant. L'homéopathie aborde le corps de celui-ci en tant que corps vécu et aborde sa psyché en tant que psyché incarnée.

Elle étudie, de ce fait, le patient dans sa dynamique vitale et, en accord avec la phénoménologie, la maladie relève, pour l'homéopathie, d’une perturbation vitale (et non d l ’énergie vitale), d’un déséquilibre vital ou, pour employer un vocabulaire plus proche de nos confrères de biomédecine, d’un déséquilibre biologique global.

Novembre 2019