Histoire-Géographie

au lycée

Olympe de Gouges


ACCUEIL

Bienvenue sur le site de l'équipe d'histoire-géographie du lycée Olympe de Gouges de Noisy-le-sec. Ce site a pour but d'offrir aux élèves de tous les niveaux des éléments complémentaires, soit directement en lien avec un chapitre (corrigés, exercices...), soit en plus des cours (expositions à visiter, films à voir, liens internet, éclairages sur l'actualité...).

Tout est classé à partir des menus déroulants en haut, où chacun devrait pouvoir s'y retrouver sans difficulté. Soyez attentifs aux liens hypertexte (en surligné bleu) qui vous emmèneront vers d'autres documents et ressources. Les documents sur la barre de gauche sont souvent actifs : cliquez dessus pour lancer les vidéos (que vous pouvez agrandir), les images, etc.

Les documents utilisés (images, vidéos, sons) le sont uniquement à des fins pédagogiques. Sauf exception, nous n'en sommes ni les auteurs, ni les propriétaires.

L'équipe d'histoire-géographie du lycée Olympe de Gouges (09.2017)

Actu : La vente d'esclaves en Libye

Nour, TES3, 01.12.2017. Sources : Le Monde, Le Figaro, Libération, Courrier international

Le 14 novembre 2017, CNN, une chaîne de télévision américaine a diffusé un reportage filmé en caméra cachée dans lequel on pouvait assister à une vente aux enchères d’êtres humains en Libye, un pays où règne une instabilité politique et sociale forte depuis le printemps arabe de 2011 et la chute de la dictature instaurée par Kadhafi. Dans ce reportage, on peut voir des migrants nigérians sur le point d’être vendus et les enchères s’enchaînent très rapidement.

A la suite de ce reportage, de nombreuses personnes ont réagi sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter où elles ont exprimé leur indignation. On peut distinguer trois autres types de réactions comme la dénonciation de la politique européenne : certains reprochent à l’Europe sa politique migratoire car d’un côté les pays européens comme la France, le Royaume-Uni ou encore l’Allemagne se disent pays d’accueil pour les migrants mais d’un autre côté ils refusent de s’occuper de la population migrante dans les pays d’origine ce qui va dans un certain sens représenter un désintérêt face aux populations de migrants et montrer un certain « jeu sur les deux tableaux » concernant ces pays. On trouve aussi des réactions communautaires et enfin une dénonciation de situations qui dépassent le cas libyen comme la révélation d’autres régions où des cas similaires sont présents comme en Corée du Nord ou encore en Inde et au Pakistan.

Certains hommes politiques ont réagi fortement à la suite de cette révélation comme Emmanuel Macron qui qualifie cet acte de vente de « crime contre l’humanité » et qui a immédiatement demandé l’organisation d’une réunion à l’ONU à ce sujet. Le président de l’Union Africaine Alpha Condé a, lui, exprimé son « indignation » face à ce « commerce abject » et le Haut Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme Zeid Ra’ad Al Hussein quant à lui a dénoncé « un outrage à la conscience de l’humanité ». Face à toutes ces réactions, le gouvernement libyen d’union nationale a affirmé l’ouverture d’une enquête.

De nombreuses manifestations ont eu lieu dans différentes villes françaises comme Toulouse, Lyon ou encore à Paris le 18 novembre. Cette manifestation a rassemblé plus de 1000 personnes et elle a été organisée par de nombreuses associations notamment le Collectif contre l’esclavage et les camps de concentration en Libye qui a été créé à la suite de ce reportage. On retrouve des manifestations dans plusieurs villes européennes comme à Bruxelles, Genève ou encore dans plusieurs pays du monde comme au Québec ou au Mali.

Sur la photo, on peut voir une manifestation au Québec le 19 novembre, qui a rassemblé plus d’une soixantaine de manifestants. On peut voir que les manifestants utilisent de nombreux slogans comme « Brisons le silence » et qu’ils reprennent même une citation d’Emmanuel Macron,« Dénoncer ce crime contre l’humanité ».

Actu : Legafrik, une startup numérique en Afrique

Grace, TL1, 18.10.2017. Source : jeuneafrique.com

Le juriste ivoirien Youssouf Ballo et l'ingénieur informaticien Daouda Diallo viennent de lancer une plateforme permettant de générer des documents juridiques et de mettre les entrepreneurs de tout l'espace Ohada en relation avec des avocats. L'espace Ohada, créé en 1993, est l'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires. Cette organisation vise à garantir la sécurité juridique des affaires en adoptant un droit commun entre les pays qui en sont membres, soit aujourd'hui 17 États d’Afrique subsaharienne (dont la Côte d'Ivoire, le Cameroun, le Congo…).

Le créateur de cette plateforme a eu l'idée de créer ce site après avoir échoué à trouver un modèle-type de document juridique en ligne pour aider un oncle entrepreneur. Youssouf Ballo décida de lancer sa propre startup pour créer un nouveau moyen d’échange rapide entre les juristes de son pays. Doté d’une maîtrise en droit des affaires de l’Institut universitaire d’Abidjan et d’un master de droit, finance et management de l’Inseec de Bordeaux, Youssouf Ballo, avec l'aide d'autres ingénieurs et informaticiens Ivoiriens a ainsi lancé Legafrik, qui offre la possible de créer son entreprise en quelques clics, en se laissant guider par un questionnaire. La plateforme propose près de 200 modèles de contrats : contrats de travail, de bail, de service, d'accords financier.

Legafrik, en facilitant la création d’entreprise à distance, facilite aussi les échanges financiers et participe au développement économique des pays d’Afrique de l’Ouest tout en rentrant dans une démarche de mondialisation.


Actu : L'opposition politique en Russie

Adam, TES3, 17.10.2017. Sources : Courrier international, Le Monde, Le Figaro.

Le 7 octobre 2017 des manifestations ont eu lieu dans les rues de plusieurs villes de Russie avec des milliers de manifestants et surtout de jeunes russes. Leurs slogans : ‘’ Poutine voleur’’, ‘’le pouvoir c’est nous’’, ‘’liberté pour Navalny’’. Ces manifestations ont eu le jour de l’anniversaire du président russe, car l’opposition ne veut plus de la politique de Poutine et réclament sa démission. Leur objectif était également de soutenir Alexei Navalny, principal rival de Poutine et le leader de l’opposition russe, qui a été emprisonné pour avoir protesté à Moscou contre la corruption. D’autres manifestants étaient présents en souvenir d’Anna Politkovskaïa, une journaliste russe assassinée le 7 octobre 2006.

Ces manifestations sont importantes car elles montrent que le pays est divisé, et qu’elles expriment la colère d’une partie de la population contre son propre gouvernent. La photo ci-contre a été prise lors des manifestations du 7 octobre 2017. Nous voyons beaucoup de manifestants avec le drapeau de la Russie. Cette photo nous montre l’ampleur de l’événement, avec beaucoup de personne réunies.