► Istòria del Nom / Histoire du Nom

Vaquí qualques tèxtes, dins l’òrdre cronologic, qu’illustran la relacion particulara entre Enric Mouly e lo "grelh", l’insècte cantaire de nòstre terrador, e que nos permeton de comprene melhor la causida del nom.

Voici quelques textes, dans l’ordre chronologique, qui illustrent la relation particulière entre Henri Mouly et le "grillon", l’insecte chanteur de notre terroir, et qui nous permettent de mieux comprendre le choix du nom.

► Lous Grelhs

Dins lo capítol, Lous Grelhs de Mas espingadas (1933), vesèm que, tre l’enfança, Enric Mouly s’interessava als grelhs, coma la màger part dels dròlles. Vaquí çò que nos conta (dins la grafia d’origina) :

« Sus la poncha dels artelhs abansabem dins l’èrba del coustat ount n’auzissiam cantar un, doussament, doussament, per assachar de l’espiar al lindal de sa tuta. Mas èra rare que lou vejèssem. E nos calia passar le gleba pessuc per pessuc, pial per pial, per troubar la croza del cantaire.

Paures felibrilhouns de moun païs ! Quantas de misèras vous ai fachas en gardant las fedas à sièis ans ! Es ben l’oura, fetibament ! que me repentiga, duèi, que cante vostra sapiensa è vante vostra cansoun simplounèla !

Quand abiam troubada la tuta, nous metiam al coustat è cantabem :

Grelh, grelh, grelh !

Sort de la tuta que fa soulelh !

Grelh, grelh, grelh !

Sort de la tuta que fa soulelh ! »


► Les Grillons

Dans le chapitre Lous Grelhs (Les Grillons) de Mas espingadas (Mon enfance paysanne, 1933), nous voyons que, dès l’enfance, Henri Mouly s’intéressait aux grillons, comme la plupart des enfants. En voci la traduction :

« Sur la pointe des orteils nous avancions dans l’herbe du côté où nous en entendions chanter un, doucement, doucement, pour essayer de l’apercevoir sur le seuil de son terrier. Mais il était rare que nous le voyions. Et nous devions scruter le terrain méticuleusement, petit à petit, pour trouver le repaire du chanteur.

Pauvres petits félibres de mon pays ! Combien de misères ne vous ai-je pas faites en gardant les brebis à six ans ! Il est temps, en effet ! que je me repentisse, aujourd’hui, que je chante votre sagesse et que j’exalte votre chanson si innocente !

Quand nous avions trouvé le terrier, nous nous placions à côté et nous chantions :

Grillon, grillon, grillon !

Sort du terrier, qu’il fait soleil !

Grillon, grillon, grillon !

Sort du terrier, qu’il fait soleil ! »



► Dins una aubèrja de Pòrt-d’Agrès

Aquel jorn, lo 9 d'octobre de 1920, Enric Mouly e son amic Eugèni Seguret èran partits a pè de la Vinzèla (prèp de Grand-Vabre) per anar a La Sala (Decazeville) prene lo tren per Vilafranca de Roergue, per assistir a l'inauguracion del monument per l'abat Justin Bessou (defuntat en 1918), l'endeman 10 d'octobre.

Vaquí çò que nos conta Enric Mouly dins son libre En tutant lo Grelh (dins la grafia d’origina, 1965) :

« S’arrestèron à l’auberjòta (de Pòrt-d’Agrès) que li avia per canviar de vestidura, se repausar un moment qu’èran escanats, è beure un còp qu’avian la lenga seca coma un clapon. E vejatz se li a de causas dròllas ! En se desabilhant, l’un prèp de l’autre, dins la cambreta que lor avian prestada, tot d’un còp, de l’un o de l’autre, sachèron pas de qual, tombèt un grelh. Un polit grelh cantaire, è plan vieu, qu’avian amassat, anatz me dire consí, en s’alimenant à travèrs las rocadas. Ont s’èra aglenat lo fotralòt ? Consí se podia que l’ajèsson portat sus elses, sus de kilomètres sens l’espotir ? Sufis qu’èra pas garrèl, vo’n respondi ! E que, tant lèu per tèrra, se destrigava de lor escapar.

Un grelh ! cridèt Mouly, en li sautant dessus ; pauronèl ! li faguèt, te farem pas de misèras ! Mas, se te laissam dins aquela cambra, quaque cat t’engolara, o li crebaras d’aganiment !

– Lo cantaire de las devesas roergatas nos a volgut sègre dins nòstra escorreguda ! diguèt Seguret, es un bon sinne !

Amb la poncha del cotèl trauquilhèron una boèta d’alumetas, è lo li clauguèron, en esperant de lo tornar acampar dins qualque prat, à l’abroa de la rota. »

Qué pensar d’aquela anecdòta talament simplòta que sembla sortida de la boca d’un dròlle ? Que Mouly èra un contaire de tria, que se carrava de contar las scènas de la vida, e de parlar non solament dels òmes mas tanben de la natura, de la fauna e de la flòra.


► Dans une auberge de Port-d’Agrès

Ce jour-là, le 9 octobre 1920, Henry Mouly et son ami Eugène Séguret étaient partis à pied de la Vinzelle (près de Grand-Vabre) pour aller à Decazeville prendre le train pour Villefranche de Rouergue, pour assister à l'inauguration du monument à l'abbé Justin Bessou (décédé en 1918), le lendemain 10 octobre.

Voici ce que nous raconte Henry Mouly dans son livre En tutant lo Grelh (En taquinant le grillon) :

« Ils s’arrêtèrent à la petite auberge (de Port-d’Agrès) pour se changer, se reposer un moment tellement ils étaient épuisés, et boire un coup tellement ils avaient soif. Et voyez s’il y a des choses bizarres ! Alors qu’ils se déshabillaient, l’un près de l’autre, dans la chambrette mise à leur disposition, tout à coup un grillon tomba de l’un ou de l’autre, sans savoir de qui. Un joli grillon chanteur et bien vivant, qu’ils avaient ramené – allez voir comment – en traversant les rocailles. Où s’était-il caché le coquin ? Comment se faisait-il qu’ils l’aient porté sur eux sur des kilomètres sans l’écraser ? Et je peux vous dire qu’il n’était pas boiteux ! Sitôt par terre, il se dépêchait de leur échapper.

Un grillon ! s’écria Mouly en lui sautant dessus ; pauvre petit ! lui dit-il, nous ne te ferons pas de misères ! Mais, si nous te laissons dans cette chambre, quelque chat t’avalera ou tu crèveras de faim !

Le chanteur des prairies rouergates a voulu nous suivre dans notre périple ! dit Séguret, c’est bon signe !

Avec la pointe du couteau ils percèrent une boîte d’allumettes pour l’y mettre dedans, en prévoyant de le relâcher dans quelque pré au bord de la route. »

Que penser de cette anecdote tellement primesautière qu’elle semble sortie de la bouche d’un enfant ? Que Mouly était un excellent conteur, qui se plaisait à raconter des scènes de la vie, et à parler non seulement des hommes mais aussi de la nature, de la faune et de la flore.



► La causida del nom

Un còp presa la decision de fondar una associacion, li caliá trapar un nom. Vaquí çò qu’escriu Enric Mouly dins son libre En tutant lo Grelh (dins la grafia d’origina, 1965) :

« Al lòc de la batejar "Escòla del Roèrgue" o "Cigala Roergata", à l’exemple de tantas maitas societats felibrencas, l’apelarian "Lo Grelh Roergàs". Aquel nom tindaire lor agradava, estent que, de totas las bestiòtas cantairas de nòstre païs montanhòl, lo grelh es ben lo plus afogat e lo plus amarmit. Son cri-cri menèl qu’emplina nòstras devesas, nòstras pradas, nòstras bartas floridas ; son trin-tran gauchos al lindal ensolelhat de sa tuta de poèta sens lo sòu que li sufis per abrigar sas amors ; sa fidelitat al pautal de gleba que l’a vist naisse, è jusqu’à sa vestidura burèla de modèste felibrilhon, tot s’acordava ambe l’èime, ambe lo cant, ambe la paurièira, ambe l’estrambòrd d’aquels que prenian à prefach d’ensinhar al païs, en lor lenga, un inne de reviscòl. »

La causida es clara. Es gaireben una declaracion d’amor à l’insècte cantaire de nòstra lenga, plan segur.

► Le choix du nom

Une fois prise la décision de fonder une association, il fallait lui trouver un nom. Voici ce qu’écrit Henri Mouly dans son livre En tutant lo Grelh (En taquinant le grillon) :

« Au lieu de la baptiser "École du Rouergue" ou "Cigale Rouergate", comme tant d’autres sociétés félibréennes, ils l’appelleraient "Lo Grelh Roergàs" (Le grillon rouergat). Cette expression sonore leur plaisait, car, parmi toutes les bestioles chanteuses de notre pays montagnard, le grillon est bien le plus ardent et le plus grâcieux. Son cri-cri délicat qui égaie nos pâturages, nos prairies, nos genêtières fleuries ; sa présence joyeuse sur le seuil ensoleillé de son terrier de poète désargenté qui lui suffit pour abriter ses amours ; sa fidélité au petit coin de terre qui l’a vu naître, et jusqu’à son habit brun de tout petit félibre, tout s’accordait avec l’esprit, avec le chant, avec le dénuement, avec l’enthousiasme de ceux qui s’engageaient à enseigner au pays un hymne de renaissance dans leur langue. »

Le choix est clair. C’est quasiment une déclaration d’amour à l’insecte chanteur de notre langue, bien sûr.


► LO GRELH

En 1978 pareguèron los dos darrièrs libres d’Enric mouly, Legendas e A ma Treson, un recuèlh de 112 sonets (amb lor revirada) que parlan dels aucèls, de las flors, dels arbres, de las bèstias, e de "maitas besucarietas". Nos deuriá pas estonar ; n’i a un que se titola : LO GRELH. Vaquí-lo çai jos dins la grafia d’orgina acompanhat de la revirada de l’autor.

En 1978 parurent les deux derniers livres d'Henry Mouly, Legendas (Légendes) et A ma Treson (A ma Thérèse), un recueil de 112 sonnets (avec leur traduction) qui parlent des oiseaux, des fleurs, des arbres, des bêtes, e "d'autres fariboles". Cela ne devrait pas nous étonner ; il y en a un qui s'intitule : LO GRELH (LE GRILLON). Le voici ci-dessous dans sa graphie d'origine accompagné de la traduction de l'auteur.

LO GRELH

Cinquanta grelhons an lor tuta

Pel pradon, darrièr mon ostal ;

Mas an pas la mendre disputa,

Que cadun a son trabalh.


Cap perdriá pas una minuta :

La grelhòta, sens pensar mal,

Topineja ; ambe lor flahuta,

Los grelhs s’entrainan sul lindal.


E cal ausir lor serenada !

Lors cric-cris afogats d’amor,

Lo ser, dins lo pradèl en flor,


Quand la nuèch de mai estelada,

Fa beluguejar sa claror

Al ritme de lor grelhonada !





LE GRILLON

Cinquante grillons ont leur retraite

Dans le pré, derrière la maison ;

Entre eux il n’y a jamais de dispute

Car chacun est à son travail.


Aucun ne saurait perdre une minute :

La grillonne, bien sagement,

Fait la cuisine ; avec leur instrument

Les grillons s’entraînent sur le seuil.


Et il faut entendre leur sérénade,

Leurs cris-cris émaillés d’amour

Le soir, dans la prairie en fleur,


Lorsque la nuit de mai, pleine d’étoiles,

Met en mouvement le scintillement de sa clarté

Au rythme de cette musique de grillons !