Le Général Deffontaines

Portrait

Hommage au Général Deffontaines, le Général Oublié

Le Général Deffontaines

On pourrait aussi l'appeler le "Général Oublié". Mort au combat trop tôt pour être dans les annales de la grande guerre et pourtant quel homme, quelle carrière et quel tempérament. Le destin, la mission et l'exemple que symbolisent ce général est un hommage à tous les sacrifiés de la première guerre mondiale.

La rencontre entre ses descendants et la famille Boniface fut à l'origine de la création d'un lieu de mémoire universelle. C'est ainsi que de nombreux et prestigieux souvenirs lui ayant appartenu ont été réunis dans une salle du musée du Fort de Seclin portant son nom, la Salle "Mémorial Général Deffontaines".

Inauguration

Un mémorial pour le général et son fils grâce aux familles Deffontaines et Boniface.

Petite Biographie d'un personnage qui fut à la fois le plus jeune et le premier général mort au front le 26 août 1914.

Le Général Achille DEFFONTAINES est natif de Bouvines. Il est né à la Ferme de la Courte. Second fils d'une fratrie de 6 fils issue de l'union de Charles-Louis DEFFONT AINES et Louise MAES. Il avait le caractère droit et rigoureux. Il était attaché aux valeurs fondamentales de la famille et de la patrie. Sa carrière fut brillante, notamment comme Instructeur à l'Ecole de Guerre pendant 5 ans. En Juillet 1914, il eut l'honneur de mener, à cheval, le détachement militaire, lors de la commémoration du 7ème centenaire de la Bataille de BOUVINES (1214). Plus jeune Général de France, il fut le premier Général tué au Front, en Août 1914, à la tête de sa Brigade. Son fils Jean, Aspirant, volontaire pour le Front, fut tué au combat en 1915, à l'âge de 18 ans.

Que symbolise le Mémorial Général Deffontaines :

  • Un hommage à un homme héroïque tombé au champ d'honneur "Tenir jusqu'à la mort"

  • Un enfant du Nord (originaire de Bouvines) illustre et reconnu. Cet homme eu des funérailles nationale en 1921.

  • Un officier d'exception qui mena courageusement ses hommes.

  • La vie de cet homme est aussi le reflet de la vie des hommes de cette époque : patriotisme, dévouement, sacrifice, fierté ...

  • Une nouveauté dans la muséographie du Fort de Seclin : jusqu'à présent, la mémoire était gardé par les objets mais à partir d'aujourd'hui la mémoire se fait aussi par la mémoire des hommes. Le "Mémorial Général Deffontaines" est un début, progressivement nous allons mettre en valeur l'histoire des hommes et des femmes qui se cachent derrière les objets leurs ayant appartenu. Car c'est un hommage nécessaires à ceux qui nous ont permis d'être libre aujourd'hui.

Quelqu’un de fort, droit, même si on le devine un peu rude. Le mémorial du Général Deffontaines a été inauguré le Dimanche 9 Septembre 2007 - 14 heures

Un jour, un membre de la famille Deffontaines est venue visiter le fort de Seclin. En découvrant le musée consacré à l’histoire militaire de la Première Guerre Mondiale, elle fut très surprise que le musée ne présente pas le général alors qu'en plus d'être un enfant de la région natif de Bouvines, il a été le plus jeune général de France à être tué au front.

Un deuil national

Un enterrement médiatisé dans le grand hebdomadaire illustré.

Andrée Deffontaines a donc expliqué à la famille Boniface, propriétaire du musée, que le Général souffrait d'un manque de reconnaissance, il avait été oublié des archives militaire. La famille a donc décidé d'accompagner la famille Deffontaines pour réparer l'injustice et présenter le général et son histoire à l'occasion de chaque visite guidée.

C'est ainsi que la famille Deffontaines a transmis des photos, des articles de journaux le concernant. La très grande famille, 2 800 descendants du père du général, a un bulletin de liaison qui leur permet de se tenir informé Noel, l'époux d'Andrée a écrit quelques lignes pour demander à chacun s’il n’avait pas gardé des souvenirs du général. Au vu des résultats de cette quête, c'est tout un espace d'exposition qui a alors été décidé entre la famille et Didier Boniface, le conservateur du musée.

Le résultat de ces recherches a été inespéré car tous les membres de la famille ont réagi. Noel Deffontaines et son épouse ont sillonné la France. Le bicorne vient du Calvados, la petite valise de bois pour le transporter de Paris. Près de Nancy, c’est presqu’un équipement complet qui a été sorti de l’oubli avec des pantalons rouges à cote noire, des vareuses, des épaulettes, des éperons... Tout ça intact, presqu’un siècle après.

Le plus émouvant, c’est sans doute le képi et la housse qui le recouvrait pour cacher son grade qui porte la marque du trou de la balle qui lui a été fatale. On a aussi déniché des livres qui lui ont servi quand il était instructeur à l’école de Guerre et les croix de bois qui ont marqué l’endroit où lui et son fils, l’aspirant Jean Deffontaines, furent tués.

Le mémorial au général nordiste Achille Deffontaines, le plus jeune général de son époque et le premier qui fut tué au combat, en août 1914, a été inauguré samedi soir, au fort de Seclin.

Cette cérémonie, à la fois familiale et officielle a été réalisé en présence, notamment, du petit neveu d’Achille Deffontaines, de son petit-fils, plusieurs personnalités, Victor Blanquart, président départemental des anciens combattants ; Roger Vienne, président de la section du Nord de la Légion d’honneur ; Bernard Debreu, le maire de Seclin ; et Bernard Podvin, président de l’association Deffontaines-Maes, ont, tour à tour, félicité le créateur du musée du fort de Seclin, vanté les qualités, le dévouement, le courage et le sens de la fidélité du général Deffontaines. « Un grand ancien » souligna le général Monfort, avant d’insister sur le nécessaire devoir de mémoire que les générations actuelles doivent cultiver en souvenir de leurs ancêtres qui se sont sacrifiés pour la liberté de leur pays. « C’est dans l’exemple de ces aînés que nous puisons notre force », a insisté le gouverneur de Lille tandis que Victor Blanquart rappelait en quelques chiffres (mille morts par jour…) le carnage qu’avait constitué la Grande Guerre. Bernard Debreu, maire de Seclin, a, pour sa part, souligné que ce mémorial « venait éclairer l’histoire de notre pays et de notre région d’un jour nouveau » et qu’il « donnait un nouvel attrait à notre ville dont l’intérêt patrimonial est de plus en plus reconnu… » Avant qu’une plaque à l’effigie du général, un buste créé par l’artiste seclinoise Annie Haquette, ne soient dévoilés, le petit-fils d’Achille Deffontaines et aîné de ses descendants a conclu : « C’est notre général à tous… » •

Album photos

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image